Covid-19 : les Bangladais·es se tournent vers les sites de vidéos pendant leur confinement

Un jeune homme prend diverses poses dramatiques avec des objets domestiques dont une serpillière et des légumes congelés.

Capture d'écran d'une des vidéos de The Ajaira Ltd : “Les Bangladais·es en quarantaine”. Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo.

Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais.

Chaque jour dans le monde entier, plus de deux milliards d'utilisateur·rice·s regardent plus d'un milliard d'heures de contenu sur YouTube. La plateforme est tellement prisée que plus de cinq cents heures de contenu sont téléchargées chaque minute.

Au Bangladesh, le développement de YouTube a été pendant longtemps retardé à cause des débits internet lents et d'une faible pénétration. Mais depuis l'implémentation des services 4G en 2018, le visionnage sur YouTube a explosé. Cette croissance est favorisée par l'arrivée de nouvelles et nouveaux créateur·rice·s de contenu bénéficiant d'un nombre considérable d'abonné·e·s et de vues, surtout en langue bengali.

Pendant l'actuel « congé national » (confinement), les Bangladais·es auraient augmenté leur utilisation des données internet de plus de 50 % par rapport à leur moyenne habituelle, et la plupart regardent des vidéos sur YouTube et Facebook dans leur langue locale.

Une croissance poussée par le téléphone mobile

Depuis février 2020, le Bangladesh comprenait plus de 166 millions d'abonné·e·s au téléphone mobile et 99,98 millions d'utilisateur·rice·s d'Internet, dont plus de 94 % utilisent leur téléphone pour naviguer sur Internet.

Durant les trois dernières années, le nombre d'internautes au Bangladesh a augmenté de plus de 50 %. Selon un article du Daily Star, on comptait plus de 29 millions de spectateur·rice·s sur YouTube en 2018, dont 28 % avaient entre 18 et 24 ans et 23 % entre 25 et 34 ans.

Ces chiffres ont largement augmenté à la suite d’une réduction de 50 % du prix de la bande passante décrétée par le gouvernement en juin 2019.

Divertissement

La catégorie de contenu la plus regardée pour les vidéos en langue locale est le divertissement (47 %), suivi de la musique (24 %) et enfin le style de vie (17 %).

Certain·e·s créateur·rice·s de contenu ont gagné en importance au fil des années. Salman Muqtadir a créé sa chaîne YouTube, « SalmoN TheBrownFish » en 2012 ; il a aujourd'hui 1,32 million d'abonné·e·s. Ses sketchs humoristiques sur la vie d'un jeune Bangladais continuent de divertir beaucoup de spectateur·rice·s. Dans la vidéo suivante (en anglais et en bengali, sous-titrage automatique en anglais), il répond aux questions de ses abonné·e·s sur la drague et sur sa vie personnelle  :

On retrouve d'autres animateurs connus comme « The Ajaira Limited » et « Prank King Entertainment ».

Le jeune Tawhid Afridi, qui s'est lancé sur YouTube en 2015 et a depuis atteint plus de 3 millions d'abonné·e·s, raconte des anecdotes amusantes et fait des blogs de voyage (vlogs) qui ont gagné le cœur des Bangladais·es. Tawhid Afridi a également rejoint d'autres YouTubeurs pour poster des messages sur la façon de rester en sécurité pendant la pandémie de Covid-19.

Comme le titre l'indique, « G-Series Bangla Movies » est une chaîne YouTube qui met à disposition des films « Dhallywood » [cinéma bangladais, mot formé à partir du nom de la capitale Dhaka, ndlt] gratuits en bengali, dont beaucoup sont en qualité HD. Créée il y a seulement cinq ans, la chaîne, dont les archives contiennent des centaines de films, a attiré plus de 3 millions d'abonné·e·s bangladais·es, venant à la fois de l'intérieur du pays et de la diaspora. « Jazz Multimedia » est une autre chaîne de divertissement sur les films.

Les séries télévisées en bengali sont aussi très populaires auprès de l'audience, et il existe de ce fait plusieurs chaînes destinées à ce type de séries, telle que « NTV Natok », qui attire des millions d'abonné·e·s.

« Mayajal » est une chaîne en bengali comparable à Buzzfeed. Créée par quelques jeunes YouTubeurs, elle est devenue extraordinairement populaire ces quatre dernières années.

Vu de l'espace, la Lune se est positionnée devant la Terre sur fond de galaxies illuminées.

Capture d'écran de Mayajal. Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo.

Musique

Qu'elle provienne de groupes bangladais ou de films et séries télévisées, la musique représente environ un quart du visionnage sur YouTube. « Eagle Music Video Station » est une des chaînes les plus populaires avec 4,92 millions d'abonné·e·s et plus de 950 millions de vues.

Dans le même style, on retrouve « G Series Music », « Anupam Movie Songs » et « Sangeeta Music ».

La chaîne YouTube de la télévision satellite « Gaan Bangla » a également gagné en popularité en attirant 1,48 million d'abonné·e·s. « Folk Studio Bangla », une autre chaîne qui publie des vidéos de musique folk en bengali, est également énormément regardée :

Screenshot from Folk Studio. Click on the image to watch video.

Capture d'écran de Folk Studio. Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo.

Cuisine

Alors que les recettes de plats indiens, asiatiques ou occidentaux sont très faciles d'accès, trouver des recettes pour des plats du Bangladesh était assez difficile jusqu'il y a quelques années, lorsque des YouTubeurs et Youtubeuses bangladais·es ont commencé à publier des vidéos de cuisine. Nombre de ces chaînes sont très regardées.

« Cooking Studio by Umme » détient pour l'instant 1,46 million d'abonné·e·s et plus de 213 millions de vues au total. Dans ses vidéos, Umme explique la logique derrière chaque étape de ses recettes et recommande souvent des méthodes de cuisine alternatives pour le même plat, comme par exemple dans la recette du célèbre « Biryani au poulet » du vieux Dhaka (vidéo en bengali, sans sous-titres) :

« Spice Bangla » est une autre chaîne de cuisine tout aussi appréciée, puisqu'elle élargit son champ culinaire en proposant des mets provenant d'autres régions du continent asiatique, par exemple la cuisine « indochinoise ». Pendant ce temps, la chaîne de Nahida Tuli, plus spécialisée dans les gâteaux et biscuits, a atteint le million d'abonné·e·s en décembre 2019.

Actualité

Du fait de l'absence de télévision par câble dans beaucoup de foyers ruraux au Bangladesh, et de la prolifération des smartphones permettant un accès à Internet abordable, un bon nombre de chaînes de télévision ont également lancé leur propre chaîne YouTube pour offrir des diffusions de l'actualité en direct, mais aussi d'autres types de contenu. Ces chaînes suscitent l'intérêt des spectateurs, allant de 1,84 million  jusqu'à 5 millions d'abonné·e·s.

Contenus décalés

Il existe une audience toute trouvée pour d'autres thématiques tel que l'éducation, la religion et les critiques sur la technologie.

À titre d'exemple, le diocèse catholique de Rajshahi possède sa propre chaîne YouTube, qui sert à partager des sermons, les messes du dimanche et d'autres messages de l'évêque. Selon le Père Patrick Gomes, Secrétaire de la Commission du diocèse, l'objectif est « d'entretenir l'esprit des fidèles qui ne peuvent pas participer à la liturgie », étant donné que le jour de repos au Bangladesh, un pays à majorité musulmane est le vendredi, et non le dimanche.

« Farjana Drawing Academy » est une chaîne tenue par une Bangladaise qui poste des vidéos de ses dessins faits au crayon. Avec une audience mondiale de près de 4 millions d'abonné·e·s, ses vidéos ont été vues pas moins de 459 millions de fois ces quatre dernières années.

Dépassant légèrement la barre des 2,5 millions d'abonné·e·s, « AroundmeBD » est une autre chaîne remarquable. Liton Ali Khan, qui est originaire du village de Shimulia dans le district de Kushtia à l'est du Bangladesh, a commencé à publier des vidéos sur le marché de poissons local de son village et donne des astuces sur la façon d'élever des poissons à des fins commerciales. Une fois sa chaîne devenue populaire, il a utilisé les revenus générés par ses vidéos pour nourrir entre 500 et 1 000 personnes par semaine dans son village et a partagé son initiative sur sa chaîne. Après avoir vu cela, Sonny, un célèbre blogueur culinaire américain a passé en revue la chaîne de Khan. C'est ainsi que Shimulia s'est fait connaître comme étant le premier « village YouTube ». Des vidéos sur l'activité du village sont publiées sur la plateforme et les habitant·e·s en tirent profit ensemble (vidéo en bengali, sans sous-titres) :

Au-delà de YouTube

Désormais, au Bangladesh, le visionnage du divertissement en ligne ne se limite pas seulement à YouTube. Des plateformes telles que BongoBD (qui a elle-même démarré sur YouTube), produisent également du contenu en bengali et font de la diffusion en direct. Surnommé le « Netflix du Bangladesh », BongoBD propose une plateforme de vidéos en streaming avec un abonnement, ainsi qu'une application dédiée.

Dans le même style, nous retrouvons Rabbitholebd Entertainment, qui arrive à entretenir ses chaînes YouTube populaires en parallèle.

Les vidéos en période de coronavirus

Compte tenu de la pandémie de Covid-19, « BongoBD » a publié plusieurs vidéos éducatives sur YouTube afin de transmettre des informations concernant les mesures de précaution dans la langue locale (vidéo en bengali, avec sous-titrage en bengali et en français) :

Le but étant de continuer à divertir au mieux les gens chez eux, depuis le début du confinement, BongoBD a mis à disposition l'intégralité de sa bibliothèque de divertissement gratuitement sur son site de vidéos en streaming pour tous les utilisateurs du Bangladesh.

Le Dr Jahangir Kabir, qui est à la tête d'une chaîne YouTube de consultations gratuites pour la perte de poids et le changement d'habitudes de vie, partage ses conseils sur le yoga ainsi que des exercices pour rester en forme pendant le confinement.

Le visionnage de contenu sur YouTube dans le pays a augmenté de 61 % par rapport à la même période en 2019. La tendance actuelle veut que cela continue de se développer, faisant de ce secteur un marché attractif pour les créateur·rice·s de contenu en bengali.

Articles récents Asie du Sud

Articles les plus lus

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site