Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chronique de la COVID-19 depuis Wuhan : « On peut survivre à la pandémie, mais pas au rejet, à la peur et à la haine. »

Deux personnes sautent en l'air dans un parking en bas d'un immeuble tandis que leur ami, accroupi, les prend en photo.

Des enfants qui jouent dans une cour. Photo par Guo Jing, utilisée avec permission.

La chronique ci-dessous est la treizième d’une série de « journaux intimes » rédigés par la cinéaste indépendante et universitaire féministe Ai Xiaoming [zh] et la militante féministe Guo Jing [zh]. Elles résident toutes les deux à Wuhan, l'épicentre initial de la pandémie de Covid-19. Les liens suivant vous redirigeront vers la première, la seconde, la troisième, la quatrième, la cinquième, la sixième, la septième, la huitième, la neuvième, la dixième, la onzième et la douzième chronique de la série.

Ces chroniques ont été écrites entre le 20 et le 22 mars 2020. Les versions chinoises de ces journaux intimes ont été publiées par Matter News.

Guo Jing : 20 mars 2020

有人在群里发消息:治好回家后复发后有症状大家知晓还好点,还有回家复发无任何症状那才真可怕,建议不要过早溜娃溜狗,引起重视不能最后放松警惕啊!
有几个人应和了起来。每次发类似信息的都是那几个人。我开始替那些依然走不出家门的人担心,不知道他们内心的自我封锁什么时候可以结束

Quelqu'un a envoyé un message sur notre groupe en ligne : certain·es patient·es qui ont été guéri·es de la Covid-19 peuvent à nouveau être testé·es positif·ves avec ou sans symptômes. La nouvelle qui suit est plus terrible encore. Il ne vaut mieux pas laisser les enfants dehors ou promener son chien trop tôt. Nous ne devons pas baisser la garde.
Ce message a reçu un certain écho. Des messages similaires sont généralement relayés par quelques personnes du groupe. J'ai commencé à me faire du souci pour les personnes qui n'osaient pas sortir de chez elles. Quand est-ce que leur esprit sera apaisé ?

Guo Jing : 21 mars 2020

封锁让很多人没有收入,可很多支出又没法停。封锁给越来越多的人带来了经济危机。湖北封城将近2个月,很多行业也受到重创。湖北的一个朋友说,她家附近的一个养鸡户由于封城买不到饲料,开始把家里的鸡便宜卖给别人,甚至送人。
人们承受着封锁带来的经济负担、心理压力,这些重压已经到了危及生命的程度。很多国家和地区都在给居民发放补贴。发放补贴是展现政府责任的措施。我们要把走投无路的人拉回来,而不是推出去。

En dépit du confinement, les factures continuent de tomber alors que beaucoup de gens ne touchent plus d'argent. Le confinement a déclenché une crise financière atteingnant de plus en plus de personnes. La province d'Hubei est enfermée depuis presque deux mois, affectant considérablement le secteur commercial. Un de mes amis à Hubei rapporte qu'un élevage de volailles a commencé à vendre ses poulets à bas prix, voire même gratuitement, puisqu'on ne peut plus acheter de quoi les nourrir pendant le confinement.
Les gens ont subi un stress financier et psychologique énorme, et la pression a atteint un niveau potentiellement fatal. Un bon nombre de pays ont débloqué des aides pour leurs résident·e·s. Une telle mesure reflète le niveau de responsabilité d'un gouvernement. Nous devrions aider les personnes qui n'arrivent pas à trouver de solution à ce problème, plutôt que de les rejeter.

Ai Xiaoming : 22 mars 2020

武汉被封城60天了,小区里生活平静。莺飞草长,门前的日本晚樱马上就是繁花满树。人们都宅在家中,网格员让大家每日在小程序里填写报表。为了得到今后顺利出行的机会,我也每日汇报个人隐私:在家吗?在家。体温正常吗?正常。住房是自己的还是别人的?居家自住。家中几个人?……除此之外,每天还在湖北健康码小程序上打卡。总之,我们的个人信息比玻璃都透明。
我们一直在放弃,等待上级有关部门决定自己的命运。如今的等待就是小区解封,可以自由出行,可以去超市买菜,外出见朋友;至少,湖边跑个步什么的。忍了这么久,动力是什么呢?无非是不得病,活下去。
可是,我们活下去了,世界改变了。你还相信一切会是从前的样子吗?
作为一个户籍广州现居武汉的人,我被告知,现在既不能去北京,也不能回广州。…如果武汉新增病例已经归零,如果健康码以及每日小区疫情报表都管用,如果说我们是健康的;为什么不能回到户籍或工作所在地?
另一个如果是:我们依然被假定为无症状的病毒携带者;那么,归零的统计、健康码打卡以及每日报表,不是浪费了很多人的时间吗?
又或者,我们属于疫区居民,不管健康与否,对其他地区总是一个风险人群。
在这个想象意义大于统计意义的推论中,个人的喜怒哀乐、个人权利和尊严,都无足轻重,不在考量的范围内。它依然在全社会范围内,支持对湖北人的地域偏见和恐惧。
一个人可能从新冠肺炎中幸存下来,却难以在排挤、恐惧和仇恨中活下去。
当人们无法应对一种困难,一个简单的办法就是找替罪羊。统治者也可以以此转移公众焦虑,缓解真正的危机,逃避被问责。这是原始的做法,但很方便。
人民的希望未必仅在于瑞德西韦,希望之有无,还在于我们内心是否保有对疾病带来的伤亡而深感悲痛的能力。……总之,把对方看做人之同类的情感,是缓解他人病苦的起点。

Wuhan est à son soixantième jour de confinement. La vie dans mon quartier résidentiel est calme. Les oiseaux chantent et l'herbe pousse. Les cerisiers japonais devant ma porte vont bientôt fleurir. Tout le monde est bloqué chez soi. L'agent communautaire [personne responsable de la collecte d'informations et de la gestion sociale communautaire [en], ndlt] nous demande de mettre à jour notre statut en ligne tous les jours en échange d'une permission de sortie à la fin du confinement. Je renseigne moi aussi mes informations personnelles quotidiennement : « Êtes-vous à votre domicile ? – Oui. - Avez-vous une température normale ? – Oui. – Habitez-vous dans votre propre appartement ou dans celui de quelqu'un d'autre ?Je vis dans mon propre appartement.Combien de personnes habitent avec vous ? »… De plus, il faut que je fasse un bilan sur l'application en ligne « Hubei Health Code » tous les jours. En résumé, nos informations personnelles sont transparentes comme le verre.
Nous continuons de céder. Nous continuons d'attendre que les représentant·e·s décident de notre sort. Désormais, nous attendons la levée du confinement dans notre district. Enfin, nous serons libres de circuler dehors, d'acheter de la nourriture au supermarché et de rendre visite à nos ami·e·s. Enfin, nous pourrons aller courir autour du lac. Qu'est-ce qui nous a poussé·e·s à endurer tout cela ? Nous ne voulons pas tomber malade, nous voulons survivre à cette pandémie.
Aujourd'hui, nous avons survécu et le monde a changé. Pensez-vous que tout reviendra à la normale ?
Mon foyer est enregistré à Canton, mais je réside à Wuhan actuellement, on m'a donc dit que, désormais, je n'avais le droit d'aller ni à Pékin ni à Canton… Si le nombre de nouveaux cas confirmés est nul aujourd'hui, et si l'on peut en croire les soit-disant codes sanitaires et le système d'information communautaire sur la pandémie, nous sommes censé·e·s être en bonne santé et débarrasé·e·s du virus. Pourquoi ne pouvons-nous pas nous rendre là où notre foyer est enregistré ou à notre lieu de travail ?
Si nous sommes accusé·es d'être des porteur·ses asymptomatiques du virus, quel est l'intérêt de mettre à jour notre statut et notre bilan de santé tous les jours ?
Peut-être que les résident·es provenant des régions endémiques, peu importe leur état de santé, sont considéré·es comme « à risque » pour d'autres endroits.
Toutes les possibilités évoquées ci-dessus sont le résultat d'une logique issue de l'imagination des gens plutôt que de données statistiques. En vertu de cette logique, les émotions de chacun, leurs droits et leur dignité sont mis de côté. Les préjugés et la peur envers les gens provenant d'Hubei sont ancrés dans l'esprit des gens.
Une personne peut survivre à la Covid-19, mais pas à la brutalité, la peur ou la haine.
Lorsque les gens n'arrivent pas à supporter une situation difficile, le moyen le plus simple d'en échapper est de trouver un bouc émissaire. Le gouvernement peut également appliquer des procédés pour détourner l'attention du public, atténuer la crise politique et fuir les responsabilités. C'est une méthode primitive, mais bien pratique pour s'en sortir.
Nos espoirs ne se limitent pas au remdésivir [médicament actuellement à l'étude comme traitement pour la Covid-19 [fr], ndlt]. Ils se fondent sur notre capacité à ressentir du regret pour les victimes de la pandémie… La compassion est le premier remède pour apaiser les maux des autres.

Guo Jing : 22 mars 2020

今天,中国民航局等五部门发公告称,国际航班目的地为北京的航班需从天津、石家庄等12个指定的第一入境点入境,在第一入境点做完检疫并符登机条件的旅客可搭乘原航班入京。看到这个消息的时候,我脑海中浮现了一些北京人用趾高气扬的口气说着:“我们北京人……”。
这些北京人确实有得意的资本,毕竟北京为了控制入境感染人数的增加,能把别的城市作为过滤器,还有哪个城市可以做到呢?北京各方面的资源都很多,应对疫情上的资源也不会少,可是却在这种时候将风险转移出去。这是极其不好的示范。

Aujourd'hui, cinq ministères, dont l'administration de l'aviation civile de Chine [Civil Aviation Administration of China (CAAC), ndlt], ont annoncé que les vols internationaux en direction de Pékin devraient atterrir dans d'autres aéroports, dont Tianjin et Shijiazhuang. Une fois que les passagers et passagères auront terminé les procédures de quarantaine et les vérifications, il leur sera possible de reprendre le même vol pour Pékin. Cette nouvelle m'a renvoyée à un souvenir d'un Pékinois élitiste et arrogant, toujours avec son « nous, les Pékinois·es… » à la bouche.
Ces Pékinois·es apprécient le statut de capitale (politique) qui les rend si fier·es. Elles et ils ont le pouvoir de traiter les autres villes comme des passoires pour réduire le nombre de cas importés dans leur ville. Aucune autre ville ne possède un tel pouvoir. Pékin possède de nombreuses ressources en tout genre et doit disposer d'un tas de ressources médicales pour traiter la pandémie aussi. Néanmoins, la ville essaye encore de transférer le risque à d'autres villes. Elle montre le très mauvais exemple.

Découvrez le dossier spécial de Global Voices sur l'impact mondial de la Covid-19.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site