Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des projets innovants pour la « nouvelle normalité » en Équateur

Gros plans sur les visages de Chris Chalcraft et Greg Partyka concentrés pendant un hackathon de géophysique.

Chris Chalcraft et Greg Partyka pendant un hackathon de géophysique à Houston (Texas) en 2013. Photo par Matt via Flickr, sous licence CC-BY 2.0.

Cet article a été initialement publié sur le site du média équatorien Ojo al Dato, puis republié et édité par Global Voices. Ce lien renvoie  à la version originale en espagnol.

Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en espagnol.

Après des mois de confinement liés à la COVID-19, l’Équateur envisage un retour au new normal, la nouvelle normalité, mais avec de nouvelles idées, grâce au Hackathon qui s’est déroulé entièrement en ligne les 29 et 30 avril.

L’Équateur a subi la COVID-19 avec 3 642 décès selon les statistiques officielles, bien que l’on estime très supérieurs les chiffres réels.

Le Hackathon

MediaLab (Ciespal), GIZ (la coopération allemande), l’Alliance pour l'entrepreneuriat et l'innovation (Alianza para el Empredimiento e Innovación) et le Réseau de recherche sur les connaissance, le software et hardware libres (Red de Investigación de Conocimiento, Software y Hardware Libre) ont organisé le Hackathon post-crise. Sur le site on peut lire : « Le monde ne sera plus le même, le coup porté a été inattendu et nous pouvons à peine en mesurer les conséquences. Comment sortir de nos schémas face au monde qui se profile ? »

Ce Hackathon est le fruit d’une initiative intégralement menée par la société civile et quelques ONG qui aiment travailler sur les questions de participation citoyenne, a indiqué Iván Terceros. Il a ajouté : « Je crois qu’à un moment donné l’État était intéressé à soutenir le Hackathon, mais cela s’est fait au dernier moment, alors que celui-ci était déjà en cours de développement. L’État n’a présenté qu’une lettre d’intention, mais tout à la fin, quand il était devenu très compliqué d’intégrer le projet. »

Iván Terceros, activiste, sociologue et membre de MediaLab, l’une des organisations coordinatrices du Hackathon post-crise a expliqué à Ojo al Dato que 116 projets avaient été inscrits, mais dont 52 seulement présentaient des propositions complètes. « Ces 52 projets ont par ailleurs été évalués par 33 organisations partenaires. », a-t-il ajouté.

Sur les 52 projets évalués, 19 ont été sélectionnés. Les détails concernant ces projets ont été publiés sur le site du Hackathon. Par la suite, une phase de vote populaire a été mise en place. « Nous avons demandé aux équipes d’ajouter leurs projets et d’inciter leurs amis et les gens à voter », indique Iván Terceros. Ce vote populaire s’est achevé le 28 mai dernier.

Le 30 mai, les résultats finaux ont été transmis en direct sur You Tube. Pour ce qui est du vote, la préférence du public est allée majoritairement aux projets Wiyapoint et Chasquicheck.

Wiyapoint, qui a obtenu le plus de voix, recevra le soutien de la plateforme de financement participatif Green Crowds pour l’inscription sur la plateforme, le lancement de la campagne, la publicité sur les réseaux sociaux et les mailings. Un soutien qui atteint en moyenne mille dollars. Chasquicheck se verra attribuer la même somme par l’association des professionnel·le·s de la gestion des risques de l’Équateur.

Les innovations pour le monde de l’après COVID-19

Le projet Wiyapoint consiste en une application mobile qui vise à récompenser les consommateur·ice·s qui n’utiliseront pas de sac plastique lors de leurs achats, tandis que Chasquicheck entend développer une plateforme virtuelle de vérification, d’identification et de classification de l’information pour lutter contre les fausses informations.

14 autres projets ont été encouragés par une partie du jury. C'est le cas du projet de potagers autosuffisants qui pourraient pallier une éventuelle pénurie alimentaire due à la pandémie. Le Grupo Faro [en] et l'incubateur d'entreprises La Libertad apporteront une expertise technique à hauteur de mille dollars. Le projet Todos Más Cerca (Tous plus proches) recevra de son côté une subvention de trois mille dollars du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), tandis que l'incubateur La Libertad et l'agence de promotion économique Conquito seront en charge de l'accompagnement, l'expertise et le mentorat.

Todos Más Cerca est une plateforme virtuelle qui connecte les petits et moyens commerces pour les aider à relancer leur économie, en proposant leurs produits à des consommateurs de proximité. Des accords sont déjà passés avec les Chambres de commerce de différentes zones de l'Équateur comme Zamora, Loja, Cuenca, entre autres, le but étant d'éviter une affluence qui pourrait favoriser une augmentation du nombre de personnes contaminées par la COVID-19.

Le Hackathon fait partie d'une douzaine d'initiatives qui se mettent en place à travers le monde [en] pour affronter l'après confinement. Iván Terceros a expliqué que, pour l'Équateur, MediaLab resterait attaché aux projets réalisés afin qu'ils puissent être incubés et développés tout au long de l'année. Sa conclusion : « Cela a été une très grande expérience pour nous. »

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site