Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les 100 livres des Caraïbes qui ont façonné notre identité

Affiche de l'initiative partagée sur Facebook: Pour participer, il suffit de partager une sélection de livres en commentaire, d'expliquer pourquoi on les aime, et d'inviter ses ami.e.s.

Capture d'écran d'une publication Facebook du Festival littéraire de Bocas promouvant l'initiative « Les 100 livres clef des Caraïbes ».

Note du traducteur : sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais. Les titres des œuvres sont donnés en français uniquement quand une traduction est parue dans cette langue.

Le Bocas Lit Fest (Festival littéraire de Bocas), qui se tient tous les deux ans à Trinité-et-Tobago, est devenu non seulement le festival littéraire le plus prestigieux des Caraïbes mais aussi l'un des meilleurs au monde. Pour son dixième anniversaire cette année, ses fondateurs avaient prévu de marquer l'événement en grande pompe du 18 au 20 septembre 2020.  Mais en raison de la pandémie de COVID-19, toutes les activités qui d'habitude précèdent le festival doivent se dérouler en ligne – et on ne sait toujours pas si les frontières du pays seront rouvertes à temps pour les dates prévues.

L'une des initiatives prises par le festival pour maintenir la participation et l'intérêt du public est sa campagne « Les 100 livres clef des Caraïbes ». Inspiré par les « 100 livres qui ont façonné notre monde » de la BBC, le défi consiste pour les lecteur·rice·s à soumettre les titres des livres caribéens qui les ont le plus marqué·e·s. Le festival de Bocas insiste sur le fait que « ce n'est pas un concours, mais l'occasion de partager les histoires qui occupent une place de choix sur vos étagères et dans vos cœurs ».

La campagne, qui s'est terminée le 8 mai 2020, a reçu une très bonne réponse sur les réseaux sociaux, via le hashtag #MyCaribbeanLibrary (Ma bibliothèque caribéenne). Certains fans de littérature ont simplement publié leurs choix dans des fils de commentaires, tandis que d'autres ont créé leurs propres publications et vidéos. Voici donc certains des choix les plus intéressants.

Le vlogueur littéraire trinidadien Saajid Hosein a donné le coup d'envoi en expliquant le fonctionnement de l'initiative et en présentant quelques-uns de ses choix (vidéo en anglais, avec sous-titrage automatique en anglais) :

Beaucoup de livres choisis par Hosein ont un thème en commun : le monde intérieur crée le monde extérieur. Parmi ceux-ci, on peut trouver Anna in between d'Elizabeth Nunez, un livre dans lequel l'héroïne apprend que « la maison n'est pas un espace défini, mais est plutôt composée des personnes que vous aimez et auxquelles vous tenez ». Un autre de ses choix, The beast of Kukuyo de Kevin Jared, est « l'histoire d'une fille qui apprend que les véritables monstres, ceux qui ne cessent de nous faire peur […], en fait, résident en nous ».

Le poète et blogueur Amilcar Sanatan a également publié une vidéo pour présenter ses choix (en anglais, sans sous-titrage) :

La liste d'Amilcar Sanatan est éclectique. Elle comprend des classiques de la littérature des Caraïbes comme La danse du dragon [Titre original : The dragon can't dance] d'Earl Lovelace et Growing up stupid under the Union Jack d'Austin Clarke, qui examine « la colonialité de l'éducation et de la vie sociale barbadienne ». Sa liste inclut aussi le recueil de poésie de la Jamaïcaine Lorna Goodison, I am becoming my mother, qui, d’après le blogueur, a contribué à forger son identité.

Il estime également que A Small Place de Jamaica Kincaid est « une œuvre très importante », « une contestation de l'espace, du lieu [et] du pouvoir » dans la région. En tant que poète de tradition orale, Amilcar Sanatan a également été attiré par The history of the voice de Kamau Brathwaite [fr], qui croyait que la poésie, tout comme la culture des Caraïbes, devait être vécue à travers la riche tradition orale de la région.

L'autrice Breanne Mc Ivor a également pris la parole, avec des choix qui comprennent une fiction policière caribéenne, Lire les morts [Titre original : The bone readers, traduction à paraître en octobre 2020, ndt] de Jacob Ross, et le roman acclamé d'Edwidge Danticat, Le briseur de rosée [Titre original :The Dew Breaker].

Breanne Mc Ivor a également choisi le premier recueil surprenant de la poétesse trinidadienne Shivanee Ramlochan, Everyone knows I am a haunting, qu'elle appelle de « la poésie qui nous montre le meilleur et le pire de nous-mêmes ».

Un autre poète trinidadien, Andre Bagoo, estime que le livre de son compatriote Lawrence Scott, Aelred's sin, a eu un impact profond sur lui :

Look closely, it is as though Lawrence Scott has ripped out the spine of Umberto Eco’s “The Name of the Rose,” the yearning root, the bones beneath tender flesh and transplanted the same mood and energy, the same series of baffling yet dazzling antinomies into the heat of the islands— in all senses, across geographies. A book that is bold in its willingness to explore a hidden struggle which, even in all its particulars, manages to be universal. An incredible feat not only of art, but also, in its own way, restitution, justice and song. Bless you, Lawrence Scott.

Quand on y regarde de plus près, c'est comme si Lawrence Scott avait arraché le dos du livre Le Nom de la rose d'Umberto Eco, la racine du désir, les os sous la chair tendre, et transplanté la même atmosphère et énergie, les mêmes antinomies déconcertantes mais cependant éblouissantes dans la chaleur des îles – et cela quel que soit l'angle sous lequel on y regarde –  à travers l'espace géographique. C’est un livre audacieux qui n'a pas peur d'explorer une lutte qui reste cachée et, bien que spécifique, est cependant universelle. Ce livre est un exploit incroyable, non seulement au niveau artistique, mais aussi en tant qu'objet de réparation, de justice et en tant que chanson. Que Dieu te bénisse, Lawrence Scott !

Enfin, les suggestions d'Anna Lucie-Smith restent résolument dans le domaine de la littérature pour enfants et jeunes adultes, afin d'aider à façonner les lecteur·rice·s  – et écrivain·e·s –  des Caraïbes de demain :

The Bocas Lit Fest is asking us to name the 100 [Caribbean] books that made us. Well, I think we might well make it to 1,000! […] Yes, there are the obvious classics and I won't rehash any of that. But there are a few very recent books that I want to see on the list.

Le festival nous a demandé  de nommer les 100 livres [des Caraïbes] qui ont façonné notre identité. Eh bien, je pense qu'on pourrait facilement en citer 1 000 ! […] Bien sûr, il y a les classiques indiscutables sur lesquels je ne vais pas revenir. Mais il y a quelques livres publiés plus récemment que je voudrais voir sur la liste.

Ses choix comprennent Home home de Lisa Allen-Agostini , « un petit livre tout simple, facile à lire mais tellement important car il aborde tant de sujets sérieux que nous, les Caribéen·ne·s, préférons enterrer,  ignorer ou tourner en plaisanterie  – mais nous ne les comprenons jamais vraiment  ».

Anna Lucie-Smith aime également My fishy stepmom de Shakirah M. Bourne pour ses « puissants messages aux jeunes, et pour la façon dont la langue joue avec le folklore des Caraïbes d'une manière plus légère ». Sa liste figure aussi Ready, set … hatch ! de Jeunanne Alkins – un livre d'images qui éduque les enfants sur les tortues luth à travers l’histoire adorable d'un petit bébé tortue qui a l'esprit de compétition et apprend une bonne leçon sur le travail d'équipe.

Lucie-Smith termine en disant :

Bocas Lit Fest forgive me for only mentioning YA [young adult] and children's lit — but it's our foundation! Long before my children read lovelace and naipaul, we will be enjoying Alkins, Bourne and Allen-Agostini as a family!

Le festival littéraire de Bocas me pardonnera de ne mentionner que des livres pour jeunes adultes et enfants – mais c'est par là qu'on commence ! Bien avant que mes enfants ne se mettent à lire Lovelace et Naipaul, nous apprécierons Alkins, Bourne et Allen-Agostini en famille!

Parmi les 20 premiers livres sélectionnés par le festival, la liste comprend « plusieurs genres […] recouvrant plusieurs générations, styles, et milieux  et aussi abordant des problèmes différents. Les barrières de classe, la xénophobie, les amours de jeunesse, le développement de l'espace rural, l'exil, ou encore le colorisme ne sont quelques-uns des thèmes explorés dans ces livres de fiction, non-fiction et poésie ».

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site