Une interview scénarisée d'un citoyen « patriote » de Hong Kong attire la dérision des internautes

L'image représente deux plans d'une interview. Sur la gauche, on distingue un homme interviewé par un autre homme qui lui tend un micro, tandis qu'un troisième homme filme le tout. Derrière, on voit un drapeau chinois et des manifestants tenant des drapeaux chinois. Sur l'image de droite, le même homme est interviewé par un autre homme. Ils se trouvent tous deux dans un petit logement, assis sur un lit. Les deux images sont accompagnées par des caractères chinois.

Illustration tirée du Stand News, utilisée avec autorisation.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en chinois, ndlt]

Lors de la fête nationale chinoise du 1er octobre, un coup médiatique orchestré par le bureau de liaison de Pékin à Hong Kong a provoqué la dérision générale sur la Toile.

Cette année, les célébrations de la Journée nationale ont été annulées en raison du COVID-19, et Pékin a donc remis aux médias hongkongais un kit d'informations sur la Fête nationale, comprenant une vidéo sans son, un ensemble de photos et un reportage.

L'article, publié le 1er octobre par plusieurs médias, décrivait la visite du directeur du Bureau de liaison, Luo Huining, chez deux citoyens de Hong Kong, dits « ordinaires ».

L'un d'eux, Ng Pik Han, âgé de 74 ans, habitant de Siu Sai Wan, affirme avoir fait un don de 110 000 dollars hongkongais (14 200 dollars US) à la Chine continentale, en début d'année, au moment où l'épidémie de COVID-19 faisait son apparition à Wuhan.

Luo Huining a salué le geste de Ng Pik Han comme un témoignage de la connexion entre Hong Kong et la Chine continentale, reprenant l'expression chinoise « les liens du sang sont les plus forts ». Ng Pik Han réplique ensuite par une citation reprenant le discours de Luo Huining, datant du 30 septembre [en], selon lequel « le patriotisme n'est pas un choix, mais une obligation et un chemin juste ».

La seconde personne interviewée se prénomme Xu Tianmin, et réside dans un appartement de 8 mètres carrés dans le complexe de Shum Shui Po. Xu Tianmin explique dans la vidéo que, étant sans emploi, sa femme et sa fille n'ont pas eu d'autre choix que de retourner dans leur ville natale, dans la province du Hunan.

Luo Huining raconte ensuite comment les manifestations et la pandémie ont perturbé l'économie de Hong Kong, et invite alors son personnel à épauler Xu Tianmin dans ses démarches pour trouver un nouvel emploi.

Dans une autre interview, parue le 1er octobre dans le journal Pro-Beijing Wen Wei Po, Xu Tianmin a indiqué avoir participé à l'organisation de manifestations pro-Chine depuis le mois de juin 2019, lorsque les protestations contre l'extradition ont éclaté, et avoir versé environ 100 000 dollars hongkongais (environ 13 000 dollars américains) pour nettoyer les graffitis et les affiches anti-Chine visibles dans les rues.

Les internautes n'ont pas tardé à douter de l'identité de Xu Tianmin.

Alors qu'une photo recadrée a brièvement amené certains à considérer à tort qu'il était un reporter de Pékin, il est rapidement devenu clair qu'il était en fait un manifestant pro-Chine, qui a été précédemment interviewé à plusieurs reprises par des médias de Chine continentale et pro-Pékin, à Hong Kong.

@Lazyyyyyyy figure parmi les internautes ayant approfondi l'histoire :

3/ Il semblerait que Xu Tianmin soit en effet originaire de la province de Hunan, et qu'il vive aujourd'hui à Hong Kong, comme le laisse entendre l'article de [l'agence de presse chinoise] Xinhua. Xu Tianmin semble être un “activiste” patriotique et favorable aux forces de police. Il y a de nombreuses photographies de sa participation à différents rassemblements anti-américains et pro-gouvernementaux.
— “爱国爱港”Lazyyyyyyy (@Lazyyyyyyy) October 2, 2020

[description image]
L'image présente un homme interviewé par un autre homme, lui tendant un micro, tandis qu'un troisième homme filme le tout. Derrière, on distingue un drapeau chinois et des manifestants.

[description 2ème image]
L'image est divisée en quatre parties, montrant chacune le même homme, entouré d'un cercle jaune pour le mettre en avant. On le voit lors de divers événements pro-Chine, dont les intentions sont marquées par des slogans sur les banderoles et par la présence du drapeau chinois.

Le 2 octobre, Wen Wei Po a fait paraître une autre interview de Xu Tianmin, en première page. Cette fois-ci, Xu Tianmin a déclaré avoir fait don de près d'un million de dollars hongkongais (130 000 dollars US), au début de l'année, à la Chine continentale au titre de l'aide aux victimes du COVID-19. L'article souligne que sa démarche reflétait l'esprit du discours de Luo Huining sur le fait que  « le patriotisme n'est pas un choix, mais une obligation ».

La recherche de la véritable identité de Xu Tianmin a engendré un grand nombre de commentaires et de plaisanteries sur la Toile hongkongaise. Voici quelques extraits de diverses pages publiques de Facebook :

連基層也是山寨

Feindre la base.

沒維穩費要一人分飾多角

Un acteur doit assumer plusieurs rôles, le fonds pour le maintien de la stabilité a été épuisé.

好撚煩,成鳩日做戲,同電話騙案一鳩樣,已經冇人上當㗎啦,都要做

Ce genre de drame est comparable aux escroqueries téléphoniques, personne n'y croit, mais on continue le spectacle.

其他愛國藍絲應該好好學習!賣左層樓奉獻畀國家!唔係點配得上愛國呢2粒字!

Les partisans de l'establishment devraient tirer les leçons de cette expérience. Ils doivent vendre leur appartement, en faire don au pays, ou alors ils ne sont pas des patriotes.

蘇聯作家、諾貝爾獎得主索忍尼辛:「我們知道他們在說謊,他們也知道自己是說謊,他們也知道我們知道他們在說謊,我們也知道他們知道我們知道他們說謊,但是他們依然在說謊。」

L'écrivain russe et prix Nobel, Alexandre Soljenitsyne, [citation largement partagée non certifiée, ndlr] : “Nous savons qu'ils mentent, ils savent qu'ils mentent, ils savent que nous savons qu'ils mentent, nous savons aussi qu'ils savent que nous savons qu'ils mentent, néanmoins ils continuent de mentir.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site