Des vies sauvées grâce à la solidarité de la population hondurienne, frappée par l’ouragan Eta

Une rue dans laquelle l'eau est montée jusqu'à la moitié des maisons. On peut voir 3 hommes avec de l'eau jusqu'au dessus des genoux. L'un tient dans ses bras un bébé emmailloté.

Capture d'écran de la vidéo YouTube de Noticias Telemundo diffusant des images du Honduras, le 5 novembre 2020.

Lorsque l'ouragan Eta a ravagé l'Amérique centrale, il a frappé une région déjà très durement éprouvée.

Cet ouragan de catégorie 4 s'est rapidement transformé en tempête tropicale. Au 9 novembre, à la suite d'inondations, de coulées de boue et d'effondrements de maisons, le nombre de morts s'élevait à 235 personnes – un nombre mis à jour quotidiennement.

Au Honduras, 1,6 million de personnes [es] ont été touchées et des milliers sont en quête d'abris. Sur le terrain, les gens ressentent un « mélange d'angoisse, d'indignation et de solidarité », selon Maite Matheu, directrice de l'organisation humanitaire CARE au Honduras. S'adressant à Global Voices par téléphone depuis la capitale Tegucigalpa, elle a déclaré : « Il y a beaucoup de solidarité entre Hondurien·nes, entre familles. Les gens aident d'autres familles à sortir de l'eau, ils aident même les petits animaux. »

Maite Matheu a expliqué qu'il règne un sentiment généralisé d'indignation dans le pays, car le Honduras – comme le reste de l'Amérique centrale – était au courant des prévisions météorologiques relatives à l'ouragan une semaine avant que la tempête ne touche terre. Or, il semble que les autorités n'aient pas pris de mesures préventives, ni procédé à l'évacuation des populations à l'avance.

Sur Twitter, la journaliste Jennifer Avila explique :

Comme chaque année, les autorités ne se préparent pas pour les pluies, #ETA nous surprend comme toute autre dépression tropicale. Et chaque année, les familles cherchent à sauver leur vie. Quand la pluie s'arrêtera, les politiciens reviendront sur le terrain mener campagne. Lire ce fil de discussion 🧵

Les médias, quant à eux, se sont concentrés [es] sur les dégâts subis dans le nord, où se trouve la majeure partie de l’activité économique de libre-échange du pays, y compris les maquiladoras (usines qui bénéficient d’une exonération du droit de douane).

De son côté, CARE concentre son attention sur les communautés les plus vulnérables du « couloir de la sécheresse » du Honduras, une zone située dans le sud et le sud-ouest du pays, qui a été ravagée par la sécheresse ces cinq dernières années. Au moment où Matheu s’est entretenue avec Global Voices, pas moins de 200 femmes, enfants et personnes âgées se trouvaient sur les toits depuis plus de 30 heures dans cette région. La situation était si terrible que les Hondurien·nes du secteur louaient des bateaux privés pour pouvoir les sauver, a-t-elle expliqué.

Les ouragans sont des catastrophes naturelles aggravées par le réchauffement climatique causé par les activités humaines. Or, l'Amérique centrale est l'une des régions les plus vulnérables au changement climatique. De nombreux petits exploitants dans tout le nord de l'Amérique centrale ont des difficultés à cultiver des quantités suffisantes pour se nourrir. Cette insécurité alimentaire [en] les pousse à migrer vers le Mexique et les États-Unis.

La pandémie de COVID-19 a également exacerbé la pauvreté et l'extrême pauvreté. Avec le ralentissement de l'économie et l'augmentation des inégalités, l'organisation humanitaire CARE s'est déclarée préoccupée par l'exode massif des personnes déplacées. Selon la directrice Maite Matheu, « [s]i la reprise économique ne donne pas la priorité aux populations les plus pauvres et les plus marginalisées, on verra des milliers de personnes dans les caravanes en direction du nord ».

 Le fantôme des ouragans passés

La force de l'ouragan Eta a été comparée à celle d'un ouragan qui, en 1998, avait détruit des quartiers entiers et fait plus de 20 000 victimes. « Les images que nous avons vues nous rappellent l'ouragan Mitch », a déclaré Matheu.

En 1998, l'ouragan Mitch avait détruit un quartier entier de Tegucigalpa, la capitale du Honduras ; 7 000 personnes étaient mortes et 11 000 avaient disparu. Certains disent qu'Eta sera pire que Mitch. Le nord du pays est inondé, et les pluies risquent de reprendre dans la soirée. #OuraganEta #Tegucigalpa #Honduras

Les analystes estiment que les dégâts causés par l'ouragan Mitch ont été un facteur clé de l’appauvrissement du Honduras et que le pays en ressent les conséquences encore aujourd'hui. Le statut de protection temporaire (TPS) des États-Unis, dont bénéficient 83 836 Hondurien·nes et Nicaraguayen·nes, était initialement destiné aux victimes de l'ouragan Mitch.

#OuraganEta De nombreuses causes sont à l’origine des problèmes graves que connaît le Honduras aujourd'hui, mais j'ai tendance à penser qu'on peut attribuer beaucoup de choses à la dévastation semée par Mitch en 1998 – qui a déplacé des millions de personnes et tué des milliers 1/4

Questions sur la gouvernance

Pour faire face à l'ouragan Eta, le Gouvernement hondurien a demandé à la Banque interaméricaine de développement d'avancer une partie de ses fonds – d'un montant de 35 millions de dollars états-uniens – initialement destinés à faire face à la crise climatique. Cependant, des allégations de corruption concernant l'utilisation d'aides internationales prévues pour la lutte contre la pandémie de COVID-19 hantent déjà le gouvernement du président Juan Orlando Hernández.

Le détournement de fonds alloués aux secours en cas de catastrophe n'est pas une nouveauté dans la région. En effet, l'ancien président du Salvador, Francisco Flores, est soupçonné d'avoir détourné des millions de dollars de fonds taïwanais destinés à aider les victimes des tremblements de terre et de l'ouragan Mitch. Il a fait l'objet d'une enquête à ce sujet et était toujours assigné à résidence au moment de son décès en 2016.

La politique hondurienne est de plus en plus instable depuis le coup d'État de 2009, qui a vu le départ de Manuel Zelaya, un homme politique de gauche. Les États-Unis, ainsi que d'autres pays d'Amérique latine, ont fini par reconnaître le nouveau gouvernement.

En 2017, le président Hernández a prêté serment pour un second mandat sur fond d'accusations de fraude [en] et de protestations – notamment des allégations des procureurs américains selon lesquelles il serait impliqué dans des affaires de trafic de drogue. En 2019, son frère Tony Hernández a été condamné pour trafic de cocaïne vers les États-Unis.

Les militants des droits humains, les analystes et les journalistes estiment que le Honduras est coopté par le crime organisé et les intérêts des corporations. Ainsi, la solidarité locale est essentielle à la survie de la plupart des Hondurien·nes.

HONDURAS
Vague de solidarité du peuple hondurien face à l'ouragan Eta pour parer à l'absence de l'État

Je ne sais pas si vous le saviez, mais j'ai ressenti le besoin de le poster.

Le Honduras est en train de couler, sur les toits des maisons les gens appellent à l’aide, le gouvernement brille par son absence et le monde n'en sait toujours rien.
#ETAauHonduras #PriezPourLeHonduras #LeHondurasRésiste

[images]
Dans une zone inondée, des habitant·es sont secouru·es par un bateau tandis qu'un enfant pleure dans les bras d'un policier. Des vues aériennes montrent des quartiers entiers sous les eaux. Des dizaines de personnes se sont réfugiées sur les toits et l'eau arrive presque à leur niveau.

Cette photo incarne la bonté qui se trouve dans le cœur de la plupart des Hondurien·nes.
😭💙

[image]
Scène d'évacuation d'une zone inondée : un enfant se trouve sur le dos d'un homme qui porte un casque de chantier et un masque de protection faciale. L'homme porte aussi d'une main un petit lapin blanc.

Les organisations locales et la diaspora hondurienne participent aussi activement à des collectes de fonds pour les communautés touchées par Eta, que les pannes de courant et des inondations rendent difficiles d'accès.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site