Un nouveau projet rend accessibles en langue aymara des ressources sur la sécurité numérique

L’article d'origine a été publié en anglais le 9 octobre 2020.

Global Voices en aymara a récemment reçu une subvention d’Internews pour créer une base de données sur la sécurité numérique en langue aymara, au sein du projet Apthapi Digital. Le terme « Apthapi » désigne une pratique traditionnelle dans les cultures andines où les familles partagent une partie de leur récolte alimentaire avec d’autres membres de la communauté en plaçant ce qu’ils ont à offrir sur un « aguayo » (tissu) traditionnel. Dans ce même esprit de partage, un partage de connaissances dans le cas présent, le projet cherche à atteindre un nouveau public qui n’a généralement pas accès aux informations essentielles sur la sécurité numérique.

L'aymara est une langue parlée par plus de 2 millions de personnes dans la région andine, notamment en Bolivie, au Pérou et au Chili.

À compter de début octobre, deux membres de l’équipe de GV en aymara, la responsable du site Victoria Tinta et le traducteur Elias Quispe Chura traduiront cinq articles portant sur les bases de la sécurité des téléphones mobiles, les mots de passe plus sécurisés, les précautions à prendre contre les logiciels malveillants et le hameçonnage, les pratiques de navigation plus sûres sur le Web et l’importance de protéger ses données personnelles. Ces ressources seront adaptées au contexte local et publiées sur la page GV en aymara, accompagnées d'illustrations spécialement réalisées par Nicaela León, une artiste locale et co-fondatrice du projet Phuyu. Jacobo Nájera, membre de GV en espagnol, a en outre supervisé le processus en raison de son expérience solide dans le domaine de la sécurité numérique. Rising Voices aidera à coordonner la logistique du projet.

Plutôt que de construire de nouvelles ressources à partir de zéro, le projet s’associera à deux organisations régionales : Código Sur, qui a produit des ressources de sécurité numérique accessibles en espagnol à travers un projet appelé Milpa Digital, et l’organisation équatorienne Huaira, qui a adapté les ressources mentionnées précédemment et qui les a traduites dans la langue kichwa via le projet Shigra Digital. Ce nouveau projet s’appuiera sur ces ressources, mises à disposition sous licence Creative Commons.

Comme la plupart des personnes parlant l'aymara en Bolivie, au Pérou et au Chili ne lisent ni n’écrivent la langue, il est extrêmement important de rendre ces nouvelles ressources accessibles. Une fois les traductions terminées, de courtes versions audios en aymara seront adaptées à ce public cible grâce à une collaboration avec CEPRA, une organisation de production radiophonique basée à Cochabamba.

Une grande partie de la réflexion derrière ce projet est venue d’un projet antérieur mené par GV en aymara pour produire des versions audios des traductions. L’équipe a identifié le besoin de toucher les personnes parlant aymara et qui, n’ayant pas un accès régulier à Internet, consomment et partagent l’information par des canaux de communication orale.

Enfin, au fil de l’élaboration des ressources, l’équipe communiquera avec les organisations aymaras en Bolivie, au Pérou et au Chili pour leur demander de partager ces ressources avec leurs réseaux et leurs membres. Une attention particulière sera portée aux radios locales qui diffusent régulièrement dans cette langue.

[Mise à jour au 29 novembre 2020 : le projet est désormais consultable sur le site de GV en aymara.]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site