Journée mondiale du sida 2020 : comment s'est organisée la lutte contre le VIH dans les Caraïbes durant la pandémie de COVID-19 ?

Main de femme avec un ruban rouge qui symbolise la lutte contre le SIDA.

Une femme tient un ruban rouge dans sa main en soutien à la Journée mondiale de lutte contre le sida. Photo de Marco Verch Professional Photographer via Flickr, sous licence CC BY 2.0.

L’article d'origine a été publié en anglais le 1er décembre 2020.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt.]

Au 1er décembre de chaque année, a lieu la Journée mondiale de lutte contre le sida. Le slogan [fr] retenu pour l'édition 2020, une année qui a su mettre à l'épreuve notre résilience, est « Solidarité mondiale et responsabilité partagée » [fr]. Plusieurs organisations non gouvernementales et groupes de jeunes basés aux Caraïbes prêtent leurs voix à la cause pour vaincre la maladie et marquer l'événement de différentes manières.

Le 22 novembre, à l'approche de la Journée mondiale du sida, une organisation de défense les droits des personnes séropositives et atteintes du SIDA en Jamaïque, le Jamaican Network of Seropositives, a organisé une messe virtuelle en hommage à tous ceux et toutes celles qui ont été touché·e·s. Comme beaucoup d'autres communautés des Caraïbes, la Jamaïque est très croyante. Par conséquent, il était intéressant d'observer l'emploi de la prière comme moyen de cohésion dans un pays qui s'est souvent servi de la religion [fr] pour marginaliser les populations LGBTQ et les personnes séropositives.

Dans le même temps, le ministère de la Santé et du Bien-être de la Barbade a constaté que la pandémie de COVID-19 avait rendu la réponse multisectorielle au VIH/SIDA encore plus urgente :

Threatened livelihoods, disruption in supply chains, changes in health care delivery which affected access to health care are but some of the challenges that people living with HIV […] face in 2020 due to the pandemic.

Les populations atteintes du VIH ont rencontré de nombreux défis en 2020 suite à la pandémie, y compris des moyens de subsistance menacés, un approvisionnement interrompu, et un accès aux soins altéré par des modifications apportées aux prestations des soins de santé.

Malgré les grands progrès réalisés dans les Caraïbes pour réduire le nombre de décès liés au SIDA (de 11 000 en 2010 à 6 900 en 2019) et de nouveaux cas de contamination par le VIH (d'environ 18 000 à 13 000 par an), la gestion thérapeutique reste toujours un problème de santé publique majeur dans une région où l'éducation sexuelle est souvent négligée dans les programmes scolaires, et où le stigmate social autour de la maladie demeure.

L’Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) [fr] préconise que les kits de dépistage soient facilement accessibles dans toute la région Caraïbe :

L'ambassade des États-Unis à Bridgetown (La Barbade) se concentre sur les avancées en matière de combat contre le VIH/SIDA, y compris l'implantation du laboratoire de santé publique Best-dos Santos qui permet aux personnes à haut risque d'accéder rapidement à des tests de dépistage du VIH et ainsi de recevoir au plus tôt un traitement vital.

Le Dr Rosmond Adams, directeur du Partenariat pan-Caraïbes contre le VIH/SIDA (PANCAP) [fr], a constaté que les restrictions ordonnées au niveau régional du fait du COVID-19, avaient affecté la capacité à fournir des services liés au VIH, y compris des mesures pédagogiques et préventives, des traitements et des tests en laboratoire.

Cependant, plusieurs pays ont eu recours à des solutions provisoires. Le Belize a utilisé son large réseau de travailleur·euse·s sociales à bon escient et a demandé aux organisations de la société civile de réaliser une évaluation des besoins des personnes vivant avec le VIH. La Jamaïque a accédé à des subventions qui assistent les organisations dans leur tâche de soutien nutritionnel et financier. En plus d'offrir des consultations médicales en ligne, la Barbade a aussi organisé la livraison de nourriture et de médicaments aux patient·e·s.

Sur le groupe Facebook Queer Caribbean History, l'importance du fait que la Journée mondiale du sida ait eu lieu cette année en plein milieu d'une pandémie n'est pas passée inaperçue :

[…] we remember the origins of this pandemic during the silent epidemic years, and how in spite of the impact on our region, we remain resilient.

[…] nous nous souvenons des origines de cette pandémie au cours des années silencieuses de l'épidémie, et de notre force qui ne s'amenuise pas, en dépit de l'incidence sur notre région.

Youth Ambassadors TT a ajouté :

COVID-19 is showing once again how health is interlinked with other critical issues, such as reducing inequality, human rights, gender equality, social protection, and economic growth.

Le COVID-19 nous montre une fois de plus que la santé est interconnectée avec d'autres aspects importants tels que la baisse des inégalités, les droits humains, l'égalité des genres, la protection sociale, et la croissance économique.

Dans le cadre de l'agenda des Objectifs de développement durable [fr] des Nations unies, les Caraïbes espèrent mettre fin à l'épidémie de VIH/SIDA avant 2030.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site