Les internautes gitxsan sont prêts à tout pour revitaliser leur langue « sérieusement en danger »

Casquette blanche et t-shirt noir imprimés avec le logo du concours. Il est écrit : Gitxsan Got Talent Virtual Talent Show 2020.

T-shirt et casquette qui font la promotion du concours de Gitxsan Got Talent. Photo prise par Erica Williams, utilisée avec permission.

L’article d'origine a été publié en anglais le 13 décembre 2020.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt.]

Alors que la pandémie de COVID-19 [fr] frappait le monde entier, les communautés autochtones des quatre coins de la planète ont trouvé des moyens ingénieux d'assurer la survie de leurs langues patrimoniales. On en veut pour exemple le peuple gitxsan de Colombie-Britannique (Canada). En avril, Cheyenne Raven et Jessica Starlund, deux militantes engagées pour la défense des langues, ont créé le groupe Facebook Gitxsan Got Talent Contest dont le but est de promouvoir le gitxsan et d'encourager les internautes à participer grâce à un concours en ligne.

Plus de 600 membres publient leurs interprétations de chansons, poèmes, et doublages en voix off populaires en gitxsanimaax/gitxsanimx, une langue des Premières nations. Les membres sont invité·e·s à laisser des commentaires sur chaque performance. Ces dernières sont jugées par des aîné·e·s de la tribu et des prix sont remis aux vainqueurs.

Jessica Starlund en face d'un mât totémique.

Jessica Starlund, une des coorganisatrices du concours Gitxsan Got Talent [en français : les Gitxsan ont un incroyable talent.] Photo prise par Talon Gillis Photography, utilisée avec permission.

D'après le rapport publié en 2018 sur le statut des langues des Premières nations de Colombie-Britannique [pdf], environ 523 personnes parlent le gitxsan (également orthographié « gitksan » dans certaines sources) couramment, et 983 le parlent et le comprennent un peu ou sont en train de l'apprendre dans l'une des six communautés gitxsan de la province. L'UNESCO a classifié cette langue dans la catégorie « sérieusement en danger », ce qui indique qu'elle est principalement parlée par les grands-parents et qu'elle n'est pas transmise aux générations plus jeunes.

D'après l'universitaire Dr M. Jane Smith, les Gitxsan sont originaires de T'lemlaxamit. Leur terre ancestrale est la haute vallée de la Skeena située au centre-nord-ouest de la Colombie-Britannique. Aujourd'hui encore, ce territoire est habité par le peuple gixtsan.

La culture gitxsan a une riche histoire orale offrant une perspective complètement différente de la vision du monde occidentale prédominante. C'est une optique qui, depuis des siècles, a apporté sa part à la destruction des cultures autochtones par le biais des entreprises coloniales européennes et des mesures restrictives dictées par plusieurs gouvernements successifs. En revanche, la culture gitxsan donne la priorité à la collectivité et l'harmonie avec la terre par rapport aux notions occidentales de richesse matérielle et d'individualisme.

Contrairement à d'autres communautés autochtones de Colombie-Britannique, les Gitxsans n'ont jamais signé de traité avec le gouvernement canadien et leurs terres ne leur ont jamais été achetées. Mais ça ne veut pas dire qu'ils n'ont pas été touchés par les mesures gouvernementales visant à réprimer leur culture et leur langue.

Les pensionnats autochtones [fr], des institutions principalement conçues pour « tuer l'Indien dans l'enfant » [fr] (« Kill the Indian, save the man »), ont eu des effets néfastes non seulement sur ceux et celles qui ont été forcés d'y être scolarisé·e·s, mais également sur les générations gitxsan suivantes. Ces établissements ont entraîné une interruption de la transmission de l'héritage linguistique. Il y a deux raisons à cela : soit les personnes qui ont vécu dans ces écoles résidentielles n'ont pas appris leur langue traditionnelle, soit elles ont été si sévèrement punies pour l'avoir parlée qu'elles ont abandonné l'idée de l'apprendre à leurs enfants.

Cheyenne Raven se tient debout devant une montagne, avec un microphone à la main.

Capture d'écran d'un reportage de Cheyenne Raven pour le concours de Gitxsan Got Talent. Cliquez sur la photo pour regarder la vidéo.

Les séquelles laissées par les pensionnats autochtones ne sont pas le seul défi auquel sont confrontées les initiatives linguistiques telles que Gitxsan Got Talent. La popularisation de la langue anglaise dans le monde entier, la nécessité de parler anglais pour obtenir ce qui est perçu comme un emploi décent et l'essor du contenu médiatique en anglais, sont autant de facteurs contribuant à l'attrition des langues autochtones.

Cependant, ces obstacles ne font que souligner l'exceptionnelle vitalité du groupe Facebook Gitxsan Got Talent qui, en exploitant une technologie qui la menaçait autrefois d'extinction, a réussi à raviver l'intérêt pour la langue. Les communautés gitxsan se servent également d'une application mobile, disponible sur le Google Play Store et sur l'App Store d'Apple, pour apprendre la langue en écoutant des histoires et des mots enregistrés sous format audio.

Nous avons mené une interview par e-mail avec l'une des organisatrices du concours Facebook, Jessica Starlund. Selon elle, le concours rencontre déjà un franc succès, et « il a touché beaucoup plus de personnes que prévu ». Parmi les participant·e·s se trouvent des locuteur·rice·s, des apprenant·e·s, et des locuteur·rice·s latent·e·s [qui comprennent la langue mais ne la parlent pas, ndlt] des territoires gixtsan, ainsi que des membres de la communauté habitant dans les zones urbaines. L'objectif du concours est d'étendre l'utilisation de la langue à des domaines plus courants en réalisant des doublages en gitxsan de vidéos sur les consignes de sécurité en avion, d'épisodes d'émissions populaires comme « Grey's Anatomy » ou « Sesame Street » et en chantant des chansons populaires dans la langue.

Le concours a sans aucun doute inspiré la créativité. Skyla Olivia, connue sous le nom de « gitxsanbushgirl » sur YouTube, a participé au concours avec la création de cette vidéo en stop-motion :

Elle souligne que le concours a été particulièrement important pendant le COVID-19, car c'est un moyen de « promouvoir la langue à distance, de façon virtuelle et sans risques » et d'aider à « remonter le moral » au sein des communautés gitxsan. C'est précisément pour cette raison que le groupe Facebook est public : il s'agit d'interagir avec un maximum de Gitxsans et pour promouvoir la langue, même pendant une pandémie mondiale. Les membres du groupe décrivent la participation au concours comme étant « thérapeutique » et considèrent les publications comme « éducatives ».

Jessica Starlund a annoncé que la communauté avait récemment demandé un financement afin de créer un programme de foyers de revitalisation linguistique pour les jeunes enfants – similaire à ceux en activité à Hawai'i, ou en Nouvelle-Zélande chez les Maoris – afin qu'ils soient immergés dans la langue gitxsan dès le plus jeune âge et deviennent ainsi bilingues en gitxsan et en anglais. La communauté a également fait une demande de financement pour organiser des stages linguistiques et culturels sur leur territoire.

Une autre initiative florissante de sauvegarde de la langue consiste à mettre en place des programmes de mentorat, similaires à ceux organisés en Californie et dans d'autres États américains. Il s'agit de mettre en contact un·e aîné·e et un·e jeune de la communauté, qui communiquent uniquement dans leur langue autochtone. Le groupe Facebook a lui-même recueilli un soutien financier sous la forme de dons, de prix alloués par des organisations locales et de défraiement pour les juges qui parlent couramment le gitxsan. Des prix en espèces sont offerts aux gagnant·e·s, et des prix de participation sont attribués aux meilleures soumissions.

Gitxsan Got Talent est plus qu'un lieu d'expression et de divertissement pour la communauté gitxsan. C'est un témoignage de sa constante adaptabilité et de sa résilience. Les Gitxsans du monde entier peuvent rejoindre le groupe et y contribuer. Cela servira non seulement à renforcer les liens entre les Gitxsans, mais aussi entre le peuple et sa langue.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site