L'effondrement de l'emblématique Maison des Merveilles porte les Zanzibaris à s'interroger sur le sort du patrimoine culturel

L'effondrement emblématique de la Maison des Merveilles porte les Zanzibaris à s'interroger sur le sort de leur patrimoine culturel

La Beit al Ajaib (Maison des Merveilles) est un bâtiment historique de Stone Town. C'est le plus grand bâtiment de Stone Town, ainsi que le plus haut ; il fait face aux jardins Forodhani sur le front de mer de la vieille ville, sur Mizingani Road. 4 juin 2012. Photo de Harvey Barrison via Wikimedia, sous licence CC BY 2.0.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndt.]

La Beit al-Ajaib (Maison des Merveilles), la somptueuse demeure des sultans omanais dans la ville de Stone Town, à Zanzibar, s'est partiellement effondrée le 25 décembre, selon des séquences vidéo et des photographies largement diffusées en ligne.

L'effondrement de ce monument aurait tué deux personnes et blessé plusieurs autres.

Des photographies montrant l'ampleur des dommages causés à un bâtiment # بيت_العجائب dans la ville de Stone Town, sur l'île d'Unguja, à Zanzibar. Ces images montrent l'effondrement de la porte principale de la maison et la destruction de l'ensemble du phare historique.

L'effondrement a été un choc et une déception ; des centaines de personnes inquiètes ont accouru près du site pour secourir ceux qui étaient piégés dans les décombres. La triste scène a également poussé de nombreuses personnes à s s'interroger sur le sort du patrimoine culturel de Zanzibar.

La tour de l'horloge de la Maison des Merveilles tombe après un effondrement partiel le 25 décembre 2020. Photo de Caroline Langervoord via Facebook, utilisée avec permission.

Le bâtiment, vestige du patrimoine culturel et de l'histoire omanaise de Zanzibar, était en cours de réhabilitation dans le cadre d'un important projet de 6 millions de dollars pour restaurer le bâtiment à son ancienne gloire – après des années de négligence – et le transformer en musée et centre culturel.

« Nous sommes très préoccupés par les nouvelles mais nous sommes toujours engagés dans la rénovation de la Maison des Merveilles », déclaré samedi dans un communiqué le ministère du Patrimoine et du Tourisme d'Oman, promettant d'envoyer des enquêteurs à Zanzibar pour déterminer les raisons de l'effondrement.

Les responsables omanais ont fermement démenti les allégations circulant sur les réseaux sociaux selon lesquelles l'effondrement s'était produit à cause d'une restauration hâtive :

False information is circulating about the partial collapse of the House of Wonders in Zanzibar stating that the collapse took place after the restoration and the truth is that the restoration was not completed but stopped since the beginning of the year due to the pandemic.

De fausses informations circulent sur l'effondrement partiel de la Maison des Merveilles à Zanzibar indiquant que l'effondrement a eu lieu après la restauration et la vérité est que celle-ci n'a pas été achevée mais s'est arrêtée depuis le début de l'année en raison de la pandémie.

Le gouvernement omanais a également promis 600 millions de dollars supplémentaires pour de nouvelles réparations afin de restaurer intégralement la Maison des Merveilles.

Après avoir été attristé par l'effondrement du bâtiment Beit Al Ajaib, construit par le deuxième roi de Zanzibar Sayyid Barghash, le gouvernement d'Oman a également décidé de fournir 600 millions de dollars pour financer les réparations et la restauration.

Lela Mohamed Mussa, ministre du Tourisme et des Antiquités de Zanzibar, a également annoncé son intention d'ouvrir une enquête sur les raisons de cet effondrement partiel.

Construit en 1883 pour le sultan Barghash bin Said, le bâtiment spectaculaire avec vue sur le front de mer de l'Océan Indien, a été le premier à disposer de l'électricité et d'un ascenseur en état de marche à Zanzibar. Les sultans d'Oman ont installé le siège de leur pouvoir à Zanzibar pendant plus de 200 ans, jusqu'à ce qu'une révolution violente renverse le sultanat en 1964.

LES FAITS : La Maison des Mervilles à Zanzibar, en Tanzanie, a été le premier bâtiment d'Afrique de l'Est à disposer d'un ascenseur. C'était également le premier bâtiment de Zanzibar à avoir l'électricité.

La Maison des Merveilles a subi des dommages mineurs pendant la guerre anglo-zanzibarite de 1896.

Beaucoup de citoyens se sont également tournés vers les médias sociaux pour déplorer la perte potentielle de ce site historique et partager leurs frustrations à propos des décennies de négligence et de délabrement du bâtiment.

Le symbole de Zanzibar, Beit al-Ajaib, la Maison des Merveilles (Jumba la Maajabu [en swahili]) s'est de nouveau effondré. 5 millions de dollars ont été fournis par le gouvernement d'Oman pour sa réhabilitation. #NotrePatrimoine #SauvegardezLePatrimoinedeZanzibar

Sur Twitter, Maria Sarungi Tsehai a reproché à l'Organisation des Nations Unies pour les sciences, l'éducation et la culture (UNESCO) d'avoir laissé la Maison des Merveilles – un bâtiment qui contribue à faire de Stone Town une ville du patrimoine mondial depuis l'an 2000 – tomber dans un tel état de délabrement.

Alors @UNESCO, pourquoi avez-vous laissé la Maison des Merveilles à #zanzibar, qui fait partie du patrimoine mondial, s'effondrer ?? Où étiez-vous ?
Cc @bbcswahili @BBCAfrica @VOAAfrica @UN_News_Centre 👇🏽
À suivre ! Pourquoi l'UNESCO observait-elle tranquillement cette dégradation ?

Le 26 décembre, l'agence culturelle de l'ONU exprimé « ses regrets et sa tristesse » face à cet effondrement partiel : 

« Nous sommes en contact avec l'Autorité de conservation et de développement de Stone Town (STCDA) qui mène actuellement une opération de sauvetage et va bientôt commencer une évaluation préliminaire des dommages causés par l'effondrement », déclaré Mechtild Rössler, directeur du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO dans un communiqué publié sur le site Internet de l'organisation onusienne, selon l’Oman Observer.

Le regretté sultan Qaboos bin Said laissé 15 millions de dollars dans son testament pour assurer la restitution de la célèbre Maison des Merveilles à son ancienne splendeur. Pas plus tard qu'en décembre 2020, les gouvernements de Zanzibar et d'Oman ont signé des documents fondamentaux confirmant les projets de rénovation.

Une délégation du ministère du Patrimoine et du Tourisme s'est rendue à Zanzibar, dirigée par Son Excellence l'ingénieur Ibrahim bin Saeed al-Kharousi, sous-secrétaire au ministère du Patrimoine, pour suivre le projet de réhabilitation et de restauration de la Maison des Merveilles, accompagné de Son Excellence Laila Muhammad Musa, ministre du Tourisme et du Patrimoine de Zanzibar.

La Maison des Merveilles donne sur les jardins Forodhani à Stone Town, Zanzibar. Photo prise par Amanda Leigh Lichtenstein, utilisée avec permission, 3 mai 2010.

Un écroulement sous le poids du symbolisme culturel ?

La Maison des Merveilles, avec ses portes monumentales en bois sculpté et ses escaliers intérieurs en colimaçon, est une attraction touristique majeure depuis des décennies : les voyageurs et les habitants viennent y découvrir les liens historiques de Zanzibar avec les sultans d'Oman.

Pour de nombreuses personnes, le bâtiment représente le riche patrimoine culturel et la tradition arabe de Zanzibar. Le bâtiment, cependant, rappelle également le passé colonial de la traite des esclaves de Zanzibar.

Des rapports faisant état de l'effondrement de la Maison des Merveilles remontent à au moins neuf ans, en 2012, lorsqu'une partie du toit est tombé et plusieurs piliers se sont effondrés.

Pour la deuxième fois depuis 2012, une autre partie de la Maison des Merveilles s'est effondrée dans la ville de Stone Town, sur l'île d'Unguja, à Zanzibar. Le premier effondrement, en 2012, était du côté est (arrière) de la maison, et cette fois (aujourd'hui) il s'agit de l'entrée principale.

Des pourparlers pour restaurer le célèbre bâtiment se poursuivent alors que Zanzibar et Oman s'engagent dans une série d'actions de réconciliation destinées à renforcer les liens qui les unissent. En 2011, après 50 ans d'interruption, Omani Air a repris ses vols à destination et en provenance de l'archipel.

Mais ce n'est qu'en 2019 qu'Oman a officiellement signé des accords avec Zanzibar pour commencer le projet de réhabilitation qui devait durer 15 mois, et dont l'achèvement était prévu en 2021.

L'année dernière, Oman a engagé des architectes italiens pour aider à la restauration, qui n'ont pas encore publié de déclaration sur l'effondrement le plus récent :

Une société italienne sera chargée de la rénovation de la Maison des Merveilles
La société Costruzioni Generali Gilardi de Turin a remporté l'appel d'offres de 6 millions de dollars pour la réhabilitation du palais le plus important de Stone Town, la Maison des Merveilles ou Beit-el-Ajaib, grâce à une subvention du Sultanat d'Oman.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site