En Russie, Twitter pourrait être complètement inaccessible dans le mois à venir

La photo représente plein de logos Twitter les uns sur les autres.

D'accès déjà limité, Twitter pourrait bientôt devenir complètement inaccessible en Russie. Photo de Gerd Altmann sur Pixabay.

Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Selon les médias publics russes et le régulateur d'Internet du pays, Roskomnadzor, le service de microblogging Twitter pourrait devenir complètement inaccessible en Russie au cours du mois à venir.

Le 16 mars, le régulateur a déclaré [ru] que la plateforme continuait d'ignorer ses demandes de suppression de contenu dit illégal. Si ces posts blessants restent en ligne, Roskomnadzor a indiqué être prêt à bloquer entièrement le service, le rendant inaccessible pour les utilisateurs russes.

Vadim Soubbotine, le directeur adjoint de Roskomnadzor, a déclaré [ru] à l'agence de presse d'État TASS que, pendant un mois, ils « observeraient la réaction de Twitter au sujet de la suppression du contenu interdit » et que, seulement ensuite, « ils prendraient une décision » en fonction des dispositions prises par l'entreprise :

Если Twitter не исполнит требования Роскомнадзора, требования российского законодательства, соответственно, будем рассматривать вопрос о полной блокировке сервиса на территории России.

Si Twitter ne répond pas aux demandes de Roskomnadzor et aux exigences de la législation russe, nous devrons, par conséquent, envisager le blocage du service sur le territoire russe.

Comme indiqué précédemment, le 10 mars, des censeurs russes ont commencé à réduire les vitesses de chargement de Twitter dans le pays en utilisant l'équipement IAP (inspection approfondie des paquets) que les fournisseurs de services Internet russes sont tenus d'installer dans le cadre de la nouvelle stratégie « Internet souverain ».

Lire aussi : Ce qu'il faut attendre de la nouvelle loi russe sur “l'internet souverain” [fr]

À l'époque, Roskomnadzor avait défendu [ru] cette action, la présentant comme un premier avertissement après de multiples demandes de suppression du contenu blessant, que Twitter aurait ignoré. Récemment, la plateforme a également reçu une amende pour avoir omis de retirer « les appels à la participation à des rassemblements de masse non autorisés visant les mineurs ». Twitter n'a toujours pas réagi à ce sujet.

Paradoxalement, les experts en droits numériques indiquent qu'un blocage général de Twitter serait probablement plus simple à mettre en place en Russie qu'un ralentissement efficace des vitesses d'accès. Vladislav Zdolnikov, qui dirige la chaîne Telegram « IT and SORM », trouve [ru] que l'État ne prendrait pas trop de risques en bloquant Twitter, comme cette plateforme « a relativement peu d'utilisateurs en Russie » et pourrait servir « d'épouvantail à Google » et d'autres sans provoquer beaucoup d'indignation publique :

Твиттер будет заблокирован в течение 15 минут с момента принятия решения об этом.
Телеграм не удалось заблокировать не потому, что РКН криворукие, а потому что он вложил в это огромное количество ресурсов — как финансовых, так и уникальных скиллов.
Заблокировать сайт не составляет никакой сложности. Если приложение не сопротивляется блокировкам, оно тоже будет заблокировано.

Twitter sera bloqué dans les 15 minutes qui suivront la décision à ce sujet. Ils n'ont pas réussi à bloquer Telegram, non pas parce que [Roskomnadzor] est malchanceux, mais parce que [Telegram] a engagé beaucoup de ressources — sur un plan financier et des compétences uniques.

Bloquer un site Internet n'est pas si compliqué. Si une application ne lutte pas contre les blocages, elle sera également bloquée.

Cependant, d'autres commentateurs restent sceptiques quant au fait que les géants d'Internet tels que Google puissent faire face à des menaces similaires, sachant qu'ils sont trop importants pour l'écosystème RuNet.  Mariëlle Wijermars, une chercheuse néerlandaise qui étudie la cybersécurité et les droits numériques en Russie, pense que les divers services de Google, tel que YouTube, sont « trop profondément ancrés » dans l'économie numérique du pays :

Google est un acteur infrastructurel (ex : Android) tandis que la portée de Twitter est limitée. Bloquer ce dernier pourrait mener à un agacement du public, mais toucher Google est sûr d'entraîner des interruptions [des activités] du gouvernement et des entreprises, une énorme rancœur du public, et une remise en cause de la propagande d'État.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site