La jeune militante Licypriya Kangujam, tête de proue du mouvement indien contre le changement climatique

Licypriya se tient devant un micro, prête à prendre la parole. Derrière elle sont visibles les drapeaux de l'ONU et de l'Angola.

Licypriya Kangujam s'adressant au Forum des partenaires de l'UNESCO (Biennale de Luanda) en Angola, le 20 septembre 2019. Image par Dilanlekamge via Wikimedia Commons, sous licence CC BY-SA 4.0.

L’article d'origine a été publié en anglais le 4 octobre 2020. Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Deux jours avant ses neuf ans, la militante pour le climat Licypriya Kangujam – qui compte plus de 93,4 millions de followers sur Twitter,  plus de 20 000 fans sur Facebook, et plus de 18 000 abonnés à sa chaîne YouTube - a tweeté :

Je lance un appel à tous les habitants de mon État natal, le Manipur, pour qu'ils plantent un arbre🌱 chacun le 2 octobre.

Si 2,8 millions de personnes au Manipur plantent 2,8 millions d'arbres ce jour-là, cela contribuera à lutter contre la crise climatique mondiale.

Nous obtenons des retours extrêmement positifs [sur cette action] 🙏🏻

Licypriya Kangujam utilise ces médias sociaux populaires pour défendre la cause de la justice climatique, non seulement en Inde, d'où elle est originaire, mais aussi dans le monde entier. La réponse à son appel témoigne du soutien qu'elle a recueilli en ligne pour sa cause :

Aujourd'hui, plantation d'arbres 🌱par 4 communautés : Wabagai Kadajit, Wangkhei Ningthem Pukhri Mapal, Wabagai Mayai Leikai & Sangaiyumpham. C'est la première partie de mon anniversaire 🎂.

Merci à tous🙏🏻🙏🏻🙏🏻😇😇😇❤❤❤#1ArbrePourL'AnniversaireDeLicy

De nombreux fans de Kangujam, comme Nandini Dixit, une amoureuse des plantes de Chhattisgarh, poussent souvent ses idées encore plus loin :

Vœux de pré-anniversaire pour licypriya
Les amis, emboîtons-lui le pas et plantons un arbre le jour de l'anniversaire de @LicypriyaK, le 2 octobre, mais aussi le jour de l'anniversaire de tous vos proches. Comme l'anniversaire de ma grand-mère est aussi le 2 octobre, je vais planter plus d'arbres ce jour-là.

Ces enthousiastes apportent également un soutien à la jeune militante pour le climat par d'autres moyens tangibles. Le 24 septembre, par exemple, de farouches militants pour le climat ont accompagné Kangujam car – fidèle à sa promesse sur Twitter – elle cherchait à s'introduire au Parlement indien dans le but d'exhorter les législateurs à adopter des projets de loi sur le changement climatique. Bien que le groupe n'ait pas été autorisé à y accéder, les membres ont organisé un rassemblement pacifique devant le bâtiment du Parlement à Delhi :

Plusieurs journaux locaux et nationaux ont couvert la tentative de Kanujam d'établir un dialogue avec les législateurs en Inde, citant une déclaration de l'activiste selon laquelle les lois contre les émissions de carbone et les gaz à effet de serre pourraient avoir un fort impact au niveau de la sensibilisation du public sur les questions climatiques.

Kangujam est également une fervente partisane de l'introduction de l'éducation au changement climatique dans les écoles, une intervention promue par de nombreux militants qui pensent que la sensibilisation au climat à un âge précoce peut être efficace pour réduire les activités nocives pour l'environnement.

Née à Manipur [fr] dans le nord-est de l'Inde, Kangujam vit maintenant à Noida, une ville située en périphérie de Delhi, la capitale. Elle s'est saisie de la question du changement climatique dès l'âge de six ans et n'a pas abandonné depuis. Sa participation à la Conférence ministérielle asiatique sur la réduction des risques de catastrophe en juillet 2018 a éveillé son intérêt pour l'impact du changement climatique : c'est ce qui l'a encouragée à s'impliquer davantage dans la sauvegarde de la planète.

À son retour de la conférence, elle a créé Child Movement, une initiative basée en Inde visant à sensibiliser le public au changement climatique et à lutter contre les catastrophes afin de protéger l'avenir de la planète.

Depuis lors, elle organise activement des rassemblements dans différentes régions du pays et s'est rendue dans plus de 30 pays à ce jour, ajoutant sa voix à des initiatives à travers le monde. Kangujam a même prononcé un discours devant les dirigeants mondiaux réunis à Madrid, en Espagne, lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques en 2019 [fr].

Bien qu'elle considère Greta Thunberg comme une « bonne amie »,  Kangujam a catégoriquement rejeté les comparaisons avec la jeune militante suédoise pour le climat, préférant se forger sa propre identité. Dans une interview pour WION News, elle a expliqué :

People call me ‘Greta of India’, but truly I am ‘Licypriya of India’.

Les gens m'appellent la « Greta de l'Inde », mais en réalité je suis la « Licypriya de l'Inde ».

Compte tenu de la mauvaise qualité de l'air à Delhi et dans les environs, Kangujam a déclaré que vivre à Noida l'avait rendue plus sensible au climat que jamais. Chaque hiver, les poumons des habitants sont soumis à l'attaque impitoyable des polluants rejetés dans l'atmosphère par le brûlage du chaume, ajoutant aux émissions déjà écrasantes des usines et des véhicules :

En 2019, les habitants de l'Inde portent un simple masque😷 pour les protéger de la pollution atmosphérique.

En 2020, les résidents indiens devraient porter un double masque😷 pour les protéger de la pollution atmosphérique et du COVID-19.

Depuis neuf mois règne un silence absolu et maintenant les médias se mettent à lutter contre la pollution atmosphérique.

C'est hors de question maintenant. Il est trop tard. 🙏🏻

En ce qui concerne le changement climatique, elle souhaite que les problèmes du Sud (y compris l'Inde) soient reconnus, sans être noyés dans le casse-tête auquel le reste du monde est confronté. Elle a expliqué sa position dans un discours prononcé au TEDxSBSC (Shaheed Bhagat Singh College à Delhi) en 2020 :

Les efforts de la jeune Licypriya Kangujam – sans parler de son immense popularité sur les médias sociaux – montrent que les jeunes ne sont pas ambivalents face à la question du changement climatique et que de nombreuses personnes, de tous âges, s'identifient à cette cause. C'est une lueur d'espoir qui suggère que tout n'est pas perdu et que le monde a encore une chance.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site