L'art de rue engagé devient pratique courante au Kazakhstan

Ceci est un portrait de l'ancien président du Kazakhstan. Son visage a été recouvert par de la peinture, ce qui le fait ressembler au Joker. Il y a également des inscriptions tout autour du portrait

La dernière itération de la peinture murale avant qu'elle soit effacée. Capture d'écran de la chaîne YouTube de Radio Azattyk

Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.

Un graffiti au pochoir reprenant de vieilles photos de l'ancien président a suscité des questions parmi les autorités au Kazakhstan. Quand les messages sur le mur sont devenus politiquement sensibles, ils les ont promptement recouverts. La « guerre du mur » entre les militants d'art de rue et le gouvernement semble être centrée autour de l'héritage de l'homme le plus influent du Kazakhstan indépendant, Noursoultan Nazarbaïev.

Nazarbaïev a quitté ses fonctions en mars 2019, dans une transition de pouvoir soigneusement gérée qui a remis la présidence à Kassym-Jomart Tokaïev, un ancien diplomate et loyal président du Sénat.

Suite à la démission et l'élection qui ont scellé la position de Tokaïev, le peuple du Kazakhstan est descendu dans la rue pour manifester contre la continuation d'un régime qui a longtemps réprimé les opinions divergentes.

Cependant, les manifestations de rue sont allées de pair avec des flash mobs et des réalisations artistiques qui sont devenues virales sur tous les réseaux sociaux du pays.

En raison de sa désignation de « capitale culturelle et commerciale », la plupart de ces actions se sont déroulées à Almaty, la plus grande ville du pays.

Un coin de rue en particulier à Almaty, l'intersection entre les rues Zharokov et Mynbaïev, a été la cible des artistes de rue qui ont décidé de représenter Nazarbaïev dans des tableaux stylisés, des portraits légendaires qui ont très rapidement été modifiés pour y ajouter des traits satiriques.

À l'origine, le local technique était orné d'une fresque en hommage à XXXTentacion [ru], un rappeur américain décédé en 2018 à seulement 20 ans. Dane One, un artiste de graffiti originaire d'Almaty, a stylisé le portrait du rappeur et a ajouté une phrase de sa chanson : « What is real will prosper. » (« Ce qui est réel prospèrera. »)

La bataille du mur

Le mur a été blanchi et la fresque a sombré dans l'oubli parmi les habitants d'Almaty, jusqu'à ce que ce lieu devienne, en 2021, la cible aussi bien des artistes de rue que des autorités.

Le 4 mai, un portrait de Nazarbaïev est apparu, accompagné du chiffre « 01 », qui est le surnom qu'utilisent les Kazakhstanais pour parler de lui, ainsi que « Elbasy » (« Dirigeant de la nation »), le titre qui lui a été donné dans une loi de 2010, et « Forever Young » (« toujours jeune »), un commentaire ironique sur sa longévité au pouvoir.

Le 19 mai, le front de Nazarbaïev sur la peinture murale a été tagué [ru] par le mot « Cancel » (« annuler »), un mot très utilisé sur Internet pour souligner un désaccord avec quelque chose ou quelqu'un, et une volonté de s'en détourner.

Les tribunaux sont enclins à condamner les militants qui insultent Nazarbaïev, officiellement devenu « Dirigeant de la nation » grâce à la loi de 2010 qui le protège des poursuites.

Devant cet affront public à « Elbasy », les autorités ont procédé à un blanchissement des murs.

Quelques jours plus tard, le mur passait à nouveau aux informations car les artistes de rue avaient écrit dessus « I'll be back » (« je reviendrai »), ainsi que « 01 ».

Des semaines plus tard, le 8 juillet, deux jours après l'anniversaire de Nazarbaïev, le mur a fait l'objet d'une autre transformation artistique.

Cette fois-ci, un portrait de Nazarbaïev jeune, inspiré d'une série de photos d'archives datant des années 1960 alors qu'il travaillait en tant qu'opérateur dans un haut-fourneau du centre du Kazakhstan, est apparu.

L'inscription « 01 », la description « Elbasy », et le commentaire ironique « Forever Young » accompagnaient la fresque, laissant entendre que l'artiste ou le collectif qui a réalisé la deuxième peinture murale avait également organisé la première.

Cependant, la deuxième peinture murale a rapidement fait l'objet de modifications [ru] : l'inscription « Forever Young » a été barrée à l'aide d'une bombe de peinture, la description « Elbasy » était une nouvelle fois précédée du mot « Cancel », le visage de Nazarbaïev a été peint à nouveau sous les traits du Joker de Batman de DC Comics.

Les artistes de rue ont terminé leurs ajouts par le jeu de mot : « Uly dala URY », donnant peut-être la touche finale à cette série d'insultes. Parmi les nombreuses descriptions de Nazarbaïev en kazakhstanais, « uly dala uly » est employée pour le représenter comme « le fils de la grande steppe ». En changeant une consonne, le graffiti le décrit désormais comme « le voleur (ury) de la grande steppe ».

Un tweet de la journaliste Assem Zhapisheva résume très clairement la chronologie des peintures murales de Nazarbaïev sur le mur de ce local technique d'Almaty.

Chronologie murale de Nazarbaïev.

Le mur reste un lieu de lutte

La fresque a été effacée quelques heures à peine après sa dernière modification, en accord avec la politique de tolérance zéro appliquée par les autorités à la satire, l'ironie ou aux insultes envers Nazarbaïev. 

À la place, le gouvernement continue d'honorer l'ancien président. Cette année, pour son anniversaire, deux statues de bronze ont été inaugurées, une dans la capitale Noursoultan et l'autre dans une ville du sud du Turkestan.

Le mouvement Qazaq Koktemi (« printemps kazakhstanais »), qui affirme être à l'origine du concept des peintures murales, semble déterminé à continuer d'exiger que Nazarbaïev soit traduit en justice.

Noursoultan,
Tout est le monde est égal devant la loi et vous êtes responsables de toutes vos actions. Peu importe le nombre de monuments érigés en votre honneur, pour le peuple votre souvenir n'évoquera que la réprobation.
Le changement se fait déjà sentir et on dit que vous n'êtes pas le fils de la grande steppe, mais plutôt un grand voleur !
#qazaqkoktemi

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site