Macédoine du Nord : une militante de la cause animale menacée de mort

Montage de clichés montrant le lionceau « Simba » provenant des réseaux sociaux (clichés ensuite effacés par les utilisateurs suite à l'annonce de la lanceuse d'alerte). Photographie de l'agence de presse Meta.mk, sous licence CC BY-NC 2.5 [fr].

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages web en macédonien.]

Cet article est tiré de l'investigation originelle [en] conduite par Meta.mk. Une version remaniée est publiée ici dans le cadre d'un accord de partage de contenu entre Global Voices et Metamorphosis Foundation.

En Macédoine du Nord, une lanceuse d'alerte et militante de la cause animale a reçu des menaces de mort après avoir révélé une série de clichés [en], provenant de médias sociaux et affichant un lionceau, ainsi que pour avoir appelé les autorités à lutter contre le trafic d'animaux.

Sur son profil Facebook, Tina Mickovska, également porte-parole du zoo de Skopje, situé dans la capitale, a écrit [en] que, même si elle craignait pour sa vie, elle ne renoncerait pas à se battre pour les droits des animaux.

Néanmoins, en dépit des nombreuses questions soulevées par la situation du lionceau, que l'on peut voir sur les réseaux sociaux à bord de voitures de luxe, dans des villas et hôtels [en], le ministère de l'Intérieur demeure silencieux. Selon la législation locale, ce dernier devrait enquêter pour déterminer comment le lionceau est entré dans le pays, où il a été photographié, qui a pris ces photos et les a publiées sur les réseaux sociaux.

Les fanfaronnades sur les réseaux sociaux dévoilent des activités illicites

Des photographies et des vidéos d'hommes, de femmes et d'enfants nord-macédoniens, prenant la pose avec le lionceau sont à plusieurs reprises apparues sur les médias sociaux en septembre 2021.

Tina Mickovska a republié sur Facebook quelques-unes de ces vidéos et a exhorté les utilisateurs des réseaux sociaux à signaler les partages et les publications mettant en scène le lionceau, précisant que le trafic d'animaux sauvages est strictement interdit en Macédoine du Nord.

Elle a également rappelé que les lois locales et européennes prévoient des sanctions rigoureuses et des peines de prison de plusieurs années à l'encontre des personnes appréhendées avec des animaux faisant l'objet d'un trafic.

„Повеќе познати скопски фаци, меѓу кои и сопственик на луксузен хотел во Скопје се сликале со лавчe. Лавчиња очигледно има и во Куманово, не е само едно.

Plusieurs personnalités locales célèbres de Skopje, parmi lesquelles le propriétaire d'un hôtel de luxe, se sont fait photographier avec un lionceau. De plus, il y a manifestement d'autres lionceaux à Kumanovo, celui-ci n'est pas le seul.

Le journal Sloboden pečat a publié des allégations émanant de ses sources anonymes selon lesquelles des lionceaux auraient été mis en vente les semaines précédentes.

Les investigations menées par l'agence de presse Meta.mk sur les réseaux sociaux ont identifié le détenteur d'un populaire profil TikTok se vantant d'avoir appelé « Simba » le lionceau dans ses vidéos. Lorsque les journalistes de Meta.mk l'ont contacté, il a démenti la présence de cet animal sur le territoire de la Macédoine du Nord.

Јас лавчето го видов во Косово во Гњилане во ресторанот „Маја е зез“ каде што има уште еден голем лав. Сопственикот на ресторанот ми го даде да го повозам.

J'ai vu le lionceau au Kosovo, à Gjilan [fr], dans le complexe touristique Maja e Zezë, qui compte un autre lion adulte. Le propriétaire du restaurant m'a laissé faire un tour avec lui.

Cependant, lors d'une conversation téléphonique avec Meta.mk, le personnel du complexe kosovar a récusé l'affirmation selon laquelle un lionceau y serait gardé : « Nous nous occupons toujours du lion adulte qui vit avec nous depuis des années et qui restera ici jusqu'à ce que les institutions lui trouvent une solution adéquate, mais nous n'avons pas de petit lion ».

Une femme originaire de la ville de Kumanovo [fr], dans le nord du pays, employée au ministère de la Culture selon son profil Facebook, a publié le 26 septembre des photos qu'elle a prises en compagnie d'un lionceau qu'elle caressait. Les clichés, montrant également des enfants, ont été supprimés du réseau social immédiatement avant la publication de l'article Meta.mk.

Les titulaires d'autres profils affichant des photographies similaires les ont également supprimées, ou ont rendu privé tous leurs profils Instagram, Facebook ou TikTok suite à la révélation du scandale. L'association de défense des animaux Anima Mundi avait publié des copies anonymisées de certaines d'entre elles sur sa page Facebook afin de sensibiliser le public.

Le défi transfrontalier des Balkans

Le trafic d'animaux sauvages n'est pas un phénomène étranger aux institutions de Macédoine du Nord.

En réponse aux questions de Meta.mk, l'administration des douanes a déclaré que ses agents avaient à plusieurs reprises empêché les trafiquants d'introduire illégalement des animaux exotiques, en les saisissant lors de leur entrée en Macédoine du Nord. Des poursuites ont été alors engagées contre les auteurs de ces actes, et les animaux ont été placés dans un zoo où ils reçoivent des soins appropriés.

Les autorités expliquent que la procédure d'importation d'un tel animal exotique est complexe : suivant la CITES [fr], il est en effet impératif de disposer d'un permis pour l'importation d'animaux ou encore de plantes sauvages menacés d'extinction, octroyé par le ministère de l'Environnement et de l'Aménagement territorial, ainsi que d'un certificat délivré par un inspecteur vétérinaire au passage des frontières.

Parmi les cas bien connus de trafic dans la région, on peut citer celui du lion Johnny, introduit clandestinement d'Albanie au Kosovo en 2019, et maintenu en cage au Maja e Zezë Resort [en]. En février 2020, la rapporteuse de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen pour le Kosovo, Viola von Cramon, a demandé que le transfert de ce lion depuis le restaurant kosovar de Maja e Zezë soit effectué dans les plus brefs délais.

🦁Un lion a été illégalement enfermé dans une petite cage au Kosovo. @VIERPFOTEN a fait le nécessaire pour le transférer dans un sanctuaire, mais les ministres kosovar et albanais n'ont pas donné leur accord pour son transport. Je les prie instamment de prendre des mesures immédiates ! Retrouvez ma déclaration complète ici : https://t.co/FhAhPJM7oG
— Viola von Cramon (@ViolavonCramon) 8 février 2021

Secret de polichinelle en Macédoine du Nord

Après analyse des clichés diffusés sur les réseaux sociaux, l’Inspection nationale chargée de l'environnement a procédé le 1er octobre à un contrôle au sein de l'hôtel cinq étoiles Park à Skopje, à la recherche du lionceau « Simba ». Dans une déclaration adressée à l'agence Meta.mk, l'inspecteur Pejo Kirovski, responsable de l'enquête, a indiqué que le lionceau ne s'y trouvait pas.

Увидот само што заврши и можам да ви кажам дека по деталната инспекција увидовме дека во просториите на објектот на хотелот нема лавче. Инспекцијата во овој објект беше одредена бидејќи имавме дојави дека лавчето е забележано на фотографии направени тука.

Nous avons procédé à une inspection approfondie et avons conclu qu'il n'y avait pas de lionceau dans les locaux de l'hôtel. Cette opération était motivée par des informations selon lesquelles le lionceau aurait été aperçu sur des photographies réalisées ici.

Petite annonce mettant en vente un louveteau sauvage, âgé de 3 mois, à Skopje. Copie d'écran du site Pazar3.mk.

Parallèlement, Anima Mundi a appelé les autorités à intervenir de toute urgence et à révéler à la population quelles sont les personnes ayant autorisé l'entrée de lionceaux en Macédoine du Nord.

Lors d'une déclaration pour Radio Free Europe, Radmila Peševa, militante des droits des animaux, a également souligné que des restaurants autour de Skopje détiennent aussi des animaux sauvages en captivité utilisés comme attractions touristiques, dont des aigles, des faucons et des ours.

Des annonces de particuliers mettant en vente de tels animaux existent bel et bien sur les sites de commerce en ligne.

À l'heure où nous bouclons cet article, les autorités compétentes, notamment le ministère de l'Intérieur, l'administration des douanes et l'Inspection nationale chargée de la protection de l'environnement, n'ont pas fourni de réponse aux enquêtes de l'agence de presse Meta.mk sur les modalités d'entrée du lionceau dans le pays.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site