Naissance d'une nouvelle République : la Barbade

Drapeaux grunge de la Barbade et du Royaume-Uni par Nicolas Raymond sur Flickr, CC BY 2.0.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des articles en anglais, ndlt.]

Depuis longtemps, le 30 novembre marque le jour de l'indépendance de la Barbade. Cependant, les célébrations de 2021 auront toujours une résonance particulière, car c'est le jour où l'État insulaire des Caraïbes a dit adieu à la couronne britannique.

Sur les coups de minuit, la reine Elizabeth II, monarque régnante de la Grande-Bretagne, a officiellement cessé d'être à sa tête, et l'ancienne gouverneure générale de la Barbade, Dame Sandra Mason [fr], est devenue la première présidente du pays. L'étendard royal du Royaume-Uni ne flotte plus sur National Heroes Square (place des Héroïnes et Héros nationaux) :

L'étendard royal abaissé pour la dernière fois à la Barbade, plié, prêt à être rendu à la Couronne britannique. Le tout au son de la célèbre chanson « Auld Lang Syne ». #barbados #republic pic.twitter.com/QIgzzETXsN

- Richard Gaisford (@richardgaisford) 30 novembre 2021

En septembre 2020, Dame Mason avait souligné [fr] que devenir une république était une étape nécessaire sur la route de l'autonomie de la Barbade :

The time has come to fully leave our colonial past behind. Barbadians want a Barbadian head of state. This is the ultimate statement of confidence in who we are and what we are capable of achieving.

L'heure est venue de rompre totalement avec notre passé colonial. Les Barbadiens et les Barbadiennes veulent un·e chef·fe d'État barbadien·ne. C'est ainsi que nous affirmons avec force notre confiance en qui nous sommes et ce dont nous sommes capables.

Les ancien·nes colonisateurs et colonisatrices de la Barbade semblent sincèrement heureux·euses pour le pays : la reine a transmis au pays ses vœux les plus chaleureux, et le prince Charles, qui entretient de bonnes relations professionnelles avec la Première ministre de la Barbade, Mia Mottley, était présent lors de la cérémonie :

Félicitations ? au peuple de la #Barbade ?? pour avoir proclamé la nouvelle #République et officiellement démis la #Reinebritannique ?? Elizabeth II de son rôle de cheffe d'État après 400 ans de règne colonial.

Le Prince Charles se joint à l'inauguration de la Présidente Sandra Mason qui sera la nouvelle cheffe d'État. pic.twitter.com/ipWRieREXN

- Sajid Dar ? (@Beingsajiddarr) 30 novembre 2021

Pour certaines personnes, comme le journaliste local Suleiman Bulbulia qui a écrit cet article pour le Guardian, c'est une décision « déterminante » car va permettre à l'île de se débarrasser de son surnom « petite Angleterre ».

Cependant, pour la Première ministre Mia Mottley, c'était aussi simple que de réaliser que « désormais tout enfant de la Barbade peut s'imaginer devenir président ou présidente du pays — et c’est tellement puissant » :

Alors que la #Barbade se prépare à devenir une #république, je me suis entretenue avec @miaamormottley pour comprendre la signification de cette transition pour le pays. Vous trouverez plus d'informations sur @BBCNews et @BBCWorld pic.twitter.com/pucTaPDMna.

- Cele (@CelOlulode) 29 novembre 2021

Afin d'annoncer la nouvelle au monde entier et de mettre en lumière ce que les Barbadiens et les Barbadiennes sont capables d'accomplir, des stars ont été mises à l'honneur dans le public, dont l'icône pop Rihanna qui a été déclarée Héroïne nationale :

Entre faste et apparat, @rihanna vient d'être intronisée « Héroïne nationale de la Barbade » #barbados #republic pic.twitter.com/fQ6OpInJdH

- Richard Gaisford (@richardgaisford) 30 novembre 2021

Les utilisateurs et utilisatrices des médias sociaux dans le pays se sont réjoui·es du nouveau statut national :

Bienvenue à la République de la Barbade. Après plus de 200 ans d'esclavage et 55 années d'indépendance, Dame Sandra Mason est désormais notre présidente et cheffe d'État. #Barbados #République #Indépendance pic.twitter.com/FRY05lwhjV

- Michelle Welch (@michelle_welch1) 30 novembre 2021

D'autres, cependant, ont fait valoir qu'il s'agissait d'une évolution naturelle et depuis longtemps attendue :

Je reste stupéfaite des réactions internationales fascinées qu'a suscitées notre décision de devenir une #république. Ce n'est que l'aboutissement logique de notre processus de décolonisation et, franchement, c'est une mesure qui aurait dû être prise au moment de l’indépendance. #Barbados https://t. co/S4R3YPxGlY

— Alicia Nicholls (@LicyLaw) 29 novembre 2021

Les internautes caribéen·nes ont envoyé leurs félicitations, tandis que d'autres espéraient voir leurs propres pays suivre l'exemple de la Barbade :

La Barbade faisant un grand pas en avant et c'est une bonne chose. J'espère que les Bahamas feront de même un jour. ? #Barbados #Bahamas #République https://t.co/Gf9QV1YwCM

- islandboy242 (@Bert02497787) 30 novembre 2021

Lors de la cérémonie, le poète Winston Farrell a déclaré : « Certaines personnes ont grandi stupides sous l'Union Jack, perdues dans leur château de peau ». Le 30 novembre 2021, les Barbadiens et les Barbadiennes se sont déclaré·es libres.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site