La guerre en Ukraine engendre un flot de racisme de la part des médias et politiques à l'encontre des victimes de guerre du monde arabe

À de nombreuses reprises, des correspondants et politiques on formulé des remarques discriminatoires en évoquant la guerre en Ukraine et ses victimes, en référence aux victimes de guerre du Moyen-Orient. Capture d'écran d'une vidéo de CBS dans laquelle le principal correspondant à l'étranger fait une de ces remarques.

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt.]

Tandis que le monde a les yeux rivés sur l'escalade de la violence en Ukraine, des correspondants de médias occidentaux et prestigieux ont provoqué la colère du public arabe et moyen-oriental par leurs remarques racistes. Ces remarques consistaient à exprimer de la sympathie pour les victimes de la guerre en Ukraine et à susciter de l'effroi au sujet des images de ces victimes, celles-ci semblant plus « européennes » et plus « civilisées » que les victimes de guerre du Moyen-Orient.

Le 27 février, un utilisateur Twitter d'origine syrienne, @WardFurati88, a publié un fil de discussion rassemblant toutes les remarques racistes et discriminatoires formulées par des correspondants de chaînes d'information mondiales lors de leurs interventions au sujet de la guerre. Depuis sa publication, son fil de discussion a engendré des milliers de réactions : plus de 11 500 retweets, plus de 1500 tweets cités, et plus de 41 300 j'aimes.

Si vous êtes musulman, ou originaire du Moyen-Orient ou d'Afrique, et que vous vous demandez pourquoi notre sang est perçu comme de l'eau qui inonde le monde ?! Dites vous que, même l'eau est protégée par des organisations environnementales qui tentent d'en réduire le gaspillage… Lisez ces tweets qui pourront peut-être répondre à votre question, avec la couverture médiatique et les commentaires faits au sujet de la guerre en Ukraine.

Le premier tweet du fil de discussion révèle des commentaires faits par Chris D'Agata, le principal correspondant à l'étranger de CBS, où celui-ci exprime sa compassion envers les Ukrainiens, qui eux sont plus européens que les Irakiens et les Afghans. Ward cite le correspondant en modifiant légèrement son propos:

Commençons par le correspondant de CBS qui a évoqué le sujet des Ukrainiens se trouvant dans des refuges, puis s'est laissé emporter par ses émotions et a déclaré : « Ici il ne s'agit pas de l'Irak, ni de l'Afghanistan. Il s'agit d'un pays européen civilisé. On ne s'attendrait pas et ne voudrait pas, qu'une telle chose s'y produise ».

Cela résume la manière dont il vous perçoit. C'est normal pour vous de passer vos journées à fuir les raids : vous n'êtes pas européens. pic.twitter.com/ZJB63bkTa4

— ward furati (@wardfurati88) 27 février 2022

Puis, deuxièmement, il évoque les remarques faites par David Sakvarelidze, ancien procureur général adjoint de l'Ukraine, sur la chaîne BBC. Dans ce tweet, Ward décrit l'essence des propos tenus par l'ancien procureur, bien qu'il l'ait confondu avec un journaliste reporter de la BBC :

Ensuite, nous avons ce correspondant de la BBC qui a été épris d'émotions alors qu'il était à l'antenne. Il justifie ses propos en ces termes :  « Je suis désolé… mais ce qui est en train de se passer m'émeut, car je vois des européens blonds aux yeux bleus… des enfants tués… par les missiles de Poutine tous les jours ». Aucun commentaire n'est nécessaire. pic.twitter.com/VuIMaahcjd

— ward furati (@wardfurati88) 27 février 2022

Depuis que la guerre en Syrie a éclaté en 2011, plus de 6,6 millions de syriens ont été forcés à fuir leur territoire, et selon les chiffres de l'ONU, plus de 6,7 millions d'habitants sont toujours en déplacement à l'intérieur du pays. Tandis que des milliers d'entre eux ont pris la dangereuse initiative de traverser la mer Méditerranée dans le but de rejoindre l'Europe et d'y tenter leur chance. Les pays européens, eux, ont pris des décisions politiques, mis en place des lois et des barrières pour les empêcher de pénétrer leur territoire; délaissant ainsi des centaines de familles dans des camps appauvris, seules face à la nature et à la privation.

Ward relaye ensuite les propos d'un présentateur de la chaîne Al Jazeera English :

Puis, nous avons le présentateur d'Al Jazeera English qui commente au sujet de la foule d'Ukrainiens embarquant dans un train afin d'échapper à la guerre, je cite « Ce qui est percutant c'est… regardez comment ils sont vêtus.. Ce ne sont pas des gens qui essayent de fuir leur pays au Moyen-Orient ou en Afrique. Ils ressemblent à n'importe quelle famille européenne ». Voilà ce qui est vraiment important : ils sont européens. pic.twitter.com/4yEwWMk5ia

— ward furati (@wardfurati88) 27 février 2022

Après cette déclaration, vient le tour de la presse écrite. Ward cite une tribune libre de Daniel Hannan publiée dans le journal britannique The Telegraph, en modifiant légèrement son propos :

Lisons ce que le Telegraph britannique nous dit à ce sujet: « Ils nous ressemblent, c'est ça qui est choquant. L'Ukraine est un pays européen. Ce sont des gens qui regardent Netflix, ont des comptes Instagram, votent dans des élections libres, et dont la presse n'est pas censurée. Désormais la guerre ne se passe plus uniquement dans des pays pauvres et lointains. Elle peut arriver à n'importe qui. » pic.twitter.com/wUWBDhulnI

— ward furati (@wardfurati88) 27 février 2022

Ward poursuit ensuite avec les remarques formulées par des hommes politiques, et souligne celles faites par le Premier ministre bulgare :

Ici, le Premier ministre bulgare fait une déclaration franche : « Les réfugiés ukrainiens ne sont pas comme les réfugiés auxquels nous sommes habitués, de ce fait nous allons les accueillir. Ce sont des européens intelligents et instruits, et ils n'ont pas un passé obscur, comme le fait d'être potentiellement des terroristes. » pic.twitter.com/9RbOMt7xd6

— ward furati (@wardfurati88) 27 février 2022

Le tweet suivant de Ward évoque un autre argument soulevé par de nombreux arabes, qui contraste l'acclamation de l'Occident pour la résistance ukrainienne face à l'occupation russe, avec la condamnation par ce même Occident de la résistance palestinienne face à l'occupation israélienne. Il déclare :

Étant donné que le premier ministre bulgare mentionne les terroristes, voyons ensemble la manière dont le New York Post décrit un soldat ukrainien comme « héroïque » après que celui-ci se soit fait exploser sur un pont afin d'empêcher l'avancée des troupes russes. pic.twitter.com/DiDPJgigh7

— ward furati (@wardfurati88) 27 février 2022

Il dénonce ensuite l'hypocrisie des gouvernements occidentaux et leur différence de traitement en matière d'immigration, pendant que les pays européens renforcent les contrôles aux frontières afin de restreindre l'entrée des réfugiés de guerre, de crainte que ceux-ci ne soient impliqués dans des combats au sein de leurs pays d'origine.

Qu'en est-il des « immigrés »… C'est à dire les gens provenant de l'extérieur des frontières du pays pour se battre avec le peuple contre les envahisseurs… Nous pouvons lire ici les commentaires du Premier ministre britannique qui encourage l'appel à ceux qui souhaitent se battre en Ukraine, y compris le peuple britannique, mais aussi la déclaration émise par le Président ukrainien au sujet de la mise un place d'un peloton d'armée composé de volontaires étrangers. pic.twitter.com/7kgCHT9h7K

— ward furati (@wardfurati88) 27 février 2022

Ward souligne également la tolérance et le soutien dont font preuve les organisations mondiales vis-à-vis des formes de solidarité exprimées envers les ukrainiens, contrairement à celles exprimées envers les palestiniens qui sont soumis à l'invasion israélienne. Il fait une référence à la star égyptienne du football Mahmoud Abu Trika, qui fut réprimandé par les autorités du football pour avoir exprimé sa solidarité envers Gaza suite aux bombardements et raids israéliens de 2008.

Qu'en est-il du joueur [de football] qui a levé son t-shirt après avoir marqué un but lors d'un match, en révélant un autre sur lequel il avait inscrit  « No war in Ukraine » (Non à la guerre en Ukraine). La FIFA va-t-elle lui adresser les mêmes propos qu'à Abu Trika qui par le passé a lui aussi levé son t-shirt après avoir un marqué un but pour en révéler un autre sur lequel était inscrit « Sympathize with Gaza » (Compatissez avec Gaza) ? pic.twitter.com/FB3awNjxPb

— ward furati (@wardfurati88) 27 février 2022

Ward analyse ensuite la façon dont les institutions mondiales se sont empressées de boycotter la Russie et d'en bloquer l'intervention à tous les niveaux, l'excluant ainsi de la sphère internationale, tandis que celle-ci a continué à tenir et participer à des événements internationaux alors qu'elle était un acteur majeur de la guerre en Syrie, guerre qui a causé la perte de milliers de civils, en a forcé de nombreux autres à fuir, a brisé des familles et réduit le pays en ruines.

Au cours des jours suivants, Ward a continué d'alimenter son fil de discussion, avec l'aide de certains de ses abonnés, y ajoutant davantage d'exemples montrant la manière dont le monde occidental, ses hommes politiques et ses médias, font une distinction claire entre les peuples qui méritent le droit de vivre et de paix, et les moins méritants, sur la base de leur ethnie et de leur couleur de peau.

Alors que Twitter continue d'être submergé d'informations concernant le racisme auquel font face les habitants ukrainiens d'origine africaine et moyen-orientale quand eux aussi tentent de fuir le pays, chose que l'ONU affirme, les utilisateurs arabes et africains du réseau social débattent sur la façon dont leurs pays respectifs ont été traités par l'Occident lorsque ceux-ci ont traversé des périodes de crise.

Un utilisateur Twitter a déclaré :

La différence de traitement qu'ont subi les réfugiés d'Afrique et du Moyen-Orient en comparaison avec les réfugiés ukrainiens n'est pas un argument utilisé pour noyer le poisson. Utilisez les bons termes, c'est du racisme.

— Assal Rad (@AssalRad) 1er mars 2022

Un utilisateur Twitter est également revenu sur l'utilisation des termes « civilisé » et « en développement »  mentionnés dans de nombreux commentaires racistes tentant de définir les personnes dignes d'être traitées comme des êtres humains. Il répond :

D'ailleurs, le terme « pays en développement » est incorrect. Le bon terme à utiliser c'est « pays en voie de rétablissement suite à l'exploitation coloniale ».

— DeShaun “Bob” Piere (@darkhooper08) 28 février 2022


Pour plus d'informations à ce sujet, veuillez consulter notre page dédiée à l’invasion russe en Ukraine.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site