Une nouvelle chauve-souris découverte à Trinité-et-Tobago, juste à temps pour le Jour de la Terre

Chauve-souris Mimon crenulatum appartenant à la même famille que la chauve-souris découverte récemment. D'après les scientifiques, il pourrait s'agir d'une nouvelle espèce de Gardnerycteris. Photo de Karin Schneeberger (Felineora) sur Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0).

Le Jour de la Terre, célébré chaque année le 22 avril depuis 52 ans, vise à sensibiliser le public et à l'inciter à agir en faveur de la protection de l'environnement. Les îles des Caraïbes, en tant que petits États insulaires en développement (PEID), sont l'une de ces régions qui contribuent le moins aux émissions mondiales de gaz à effet de serre, et qui pourtant souffrent le plus des conséquences néfastes de la crise climatique. Cependant, alors qu'il existe indiscutablement plusieurs histoires de destruction, de dévastation et de dégradation de l'environnement, il existe également des histoires de découverte, de résilience et d’espoir.

L'une d'elles est la découverte d'une nouvelle espèce de chauves-souris à Trinité-et-Tobago, portant à 70 le nombre total d'espèces de chauves-souris enregistrées dans le pays. La page Facebook Trinibats, qui a annoncé la nouvelle, a précisé que la nouvelle chauve-souris appartient au genre Gardnerycteris, collectivement connue sous le nom de chauve-souris à nez poilu, et couramment appelée « Mimon » localement. La découverte a eu lieu le 3 avril dans la réserve forestière Arena sur l'île de Trinité, par une équipe de scientifiques dirigée par Jasmin Camacho, chercheur au Stowers Institute for Medical Research aux États-Unis, qui a rapporté :

The first net of the night […] trapped a Gardnerycteris species, distinguished by the crenulated and elongated lancet and the wing membrane attached to the metatarsal. In Mimon, the wing membrane attaches to the ankle. However, we noticed it lacked a backstripe and was red in color. We concluded it could not be G. crenulatum nor G. keenani, because both have the backstripe and dark fur. The only other known Gardnerycteris species is G. koepckeae, which lacks a backstripe and is red. It was first found in Peru, then also found in Columbia & Bolivia. It is a very rare bat. Tentatively, we have identified it as ‘cupcake’ until we can compare DNA from all known Gardnerycteris species to the DNA sample of ‘cupcake’. It is either the known G. koepckeae or a new species of Gardnerycteris.

Le premier filet de la nuit […] a permis de capturer une espèce du genre Gardnerycteris. Celle-ci se caractérise par une feuille nasale en forme de fer-de-lance et par le fait que la membrane alaire – ou patagium – est rattachée au niveau des métatarses. Chez les chauves-souris Mimon, la membrane alaire est reliée aux pattes arrière. Cependant, nous avons remarqué que cette chauve-souris avait un pelage de couleur rougeâtre, sans bande dorsale. Nous en avons conclu qu'il ne pouvait pas s'agir des espèces G. crenulatum ou G. keenani qui possèdent toutes les deux une bande dorsale et un pelage sombre. La seule autre espèce connue de chauve-souris Gardnerycteris est G. koepckeae, dont le pelage rougeâtre est dépourvu de bande dorsale. Elle a été découverte au Pérou puis aperçue par la suite en Colombie et en Bolivie. C'est une chauve-souris très rare. Nous l'avons provisoirement nommée « cupcake » en attendant de pouvoir comparer son ADN à celui des espèces connues de Gardnerycteris. Il s'agit soit de G. koepckeae, soit d'une nouvelle espèce de Garnerycteris.

Jasmin Camacho prévoit de ramener l'échantillon d'ADN au laboratoire de Stowers pour réaliser « le séquençage et l'analyse phylogénétique qui permettront de le comparer aux échantillons d'ADN des autres espèces de Gardnerycteris. » Les tests compareront également les mensurations de cette nouvelle chauve-souris à celles d'un holotype conservé dans un musée américain. Les résultats seront publiés dans une revue examinée par des pairs.

Quoi qu'il en soit, les amateurs de chauves-souris sont enthousiasmés par les perspectives. Comme l'explique Trinibats,

The bat in question […] is either the very rare Koepckeae’s Hairy-nosed Bat, Gardnerycteris koepckeae, which will be a first ever record for Trinidad, or even more intriguingly, it could be an entirely new species of Gardnerycteris, which will elevate this bat’s status to not merely a new discovery for Trinidad and Tobago, but the discovery of an entirely new species of bat! This may not be the case but time will tell. Either way, this is officially the 70th species of bat to be recorded locally—a truly exciting find!

La chauve-souris en question […] est soit la rarissime chauve-souris à nez poilu de Koepcke, Gardnerycteris koepckeae, – et ce serait la première fois qu'on l'observe sur l'île de Trinité – soit une toute nouvelle espèce de Gardnerycteris. Il ne s'agirait alors plus uniquement d'une découverte à Trinité-et-Tobago mais d'une toute nouvelle espèce de chauves-souris ! Ce n'est peut-être pas le cas, mais le temps nous le dira. Quoi qu'il en soit, c'est officiellement la 70e espèce de chauves-souris enregistrée localement et cette découverte est vraiment passionnante !

Même si les chauves-souris ont tendance à être des créatures incomprises aux Caraïbes — elles effraient de nombreuses personnes et leur lien avec la transmission de la rage et de l’histoplasmose est incontesté — elles jouent également un rôle majeur dans l'équilibre écologique. Elles participent en effet à la pollinisation, aident à réguler les populations d'insectes et favorisent la dispersion des graines.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site