Des vies interrompues : le coût humain de la résistance au Bélarus

Fait par GV avec openai.com

Militants et universitaires travaillant à l'intérieur et à l'extérieur du Bélarus tentent d'attirer l'attention de la communauté internationale sur la résistance du peuple à la dictature la plus dure d'Europe d'une part, et à l'invasion de l'Ukraine par la Russie avec l'utilisation du Bélarus comme allié d'autre part. En effet, certains militants biélorusses ont fait exploser des voies ferrées pour empêcher des chars et du matériel russes d'arriver en Ukraine. Néanmoins, si ces militants sont capturés, ils risquent la peine de mort au Bélarus.

Hanna Liubakova, une Bélarusse membre de l’Atlantic Council, journaliste et formatrice en médias, a publié le 1er novembre 2022 un fil Twitter sur les cas les plus récents et les plus choquants de prisonniers politiques au Bélarus. Elle rappelle que la résistance n'a jamais cessé, et les Bélarusses protestent autant qu'ils le peuvent contre l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Des personnes courageuses risquant de longues peines de prison, voire la peine de mort. Voici les posts d’Hanna Liubakova :

Passons en revue les faits.

🔹Vital Melnik est un partisan des chemins de fer ayant reçu une balle au genou. Il est accusé de terrorisme, d'insultes à Lukashenko, et d'acquisition d'armes illégales. L'affaire a été renvoyée au tribunal. Le terrorisme au #Belarus peut signifier la peine de mort. pic.twitter.com/pDKMl55znV

— Hanna Liubakova (@HannaLiubakova) 1 novembre 2022

🔹En ce moment, trois hommes sont jugés au tribunal d'Homiel. Ils sont accusés de terrorisme, de trahison, et de participation à une formation extrémiste. Le motif de l'arrestation est l'incendie d'une armoire électrique de distribution sur la voie ferrée. Le Comité d'enquête a officiellement déclaré qu'ils pouvaient être condamnés à mort. pic.twitter.com/63VyZyxykn

— Hanna Liubakova (@HannaLiubakova) 1 novembre 2022

🔹Siarhei Hlebka, de Stoupcy, a été condamné à 11 ans de prison. Selon le régime, il aurait, le 2 mars dernier, mis le feu à des rondins de bois sur la voie ferrée pour empêcher la circulation de matériel militaire russe. Il a été sévèrement battu pendant sa détention. pic.twitter.com/M1EcyfjRjE

— Hanna Liubakova (@HannaLiubakova) 1 novembre 2022

🔹Danuta Piarednia, une étudiante, a été condamnée à 6 ans et demi de prison pour avoir reposté un article critiquant Poutine, Lukashenko et la guerre contre l’ #Ukraine. Danuta a étudié la philologie romano-germanique à Mahiliou. Elle est accusée d'appel à porter atteinte à la sécurité nationale du Belarus. pic.twitter.com/eIXobYgtQe

— Hanna Liubakova (@HannaLiubakova) 1 novembre 2022

Ces cas rappellent brutalement que la résistance des Bélarusses à leur gouvernement et à la guerre en Ukraine est toujours active. L'accent mis sur l'Ukraine a, en effet, détourné l'attention du Bélarus dans certains cas. Almut Rochowanski, expert des sociétés civiles post-soviétique, l'a expliqué lors d'une interview à Global Voices :

For my Belarus contacts, as far as they're concerned, their uprising is still ongoing, their revolution is still ongoing. Lukashenka is an illegitimate president for them. But then I recently attended a session with European foreign policy experts. And the way they see it, the uprising is over, and it failed.

Concernant mes contacts bélarusses, leur soulèvement est toujours en cours – leur révolution est toujours en cours. Pour eux, Lukachenko est un président illégitime. Cependant, j'ai récemment assisté à une session avec des experts européens en politique étrangère. Et, d'après eux, le soulèvement est terminé, et il a échoué.

On rapporte également des cas de Bélarusses victimes de discrimination en raison de leur citoyenneté et de l'hypothèse selon laquelle ils pourraient soutenir Lukachenko ou la guerre en Ukraine. Mais les histoires décrites par Hanna Liubakova démontrent le courage des activistes et des personnes ordinaires résistant encore contre le régime de Lukashenko au Bélarus. La répression se poursuit au quotidien et le monde ne doit pas les oublier.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Global Voices par e-mails

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français.

Non merci, je veux accéder au site