Turquie : les opérateurs télécoms bloquent l'accès a un site Web populaire Ekşi Sözlük

Photo par Arzu Geybullayeva. La notification par BTK selon sa décision de bloquer l'accès à eskisozluk.com

La principale agence gouvernementale turque, l’Autorité des technologies de l’information et des communications (BTK), a bloqué le 21 février, l’accès à un site Web populaire Ekşi Sözlük (Dictionnaire aigre), dictionnaire hypertexte collaboratif basé sur la contribution des utilisateurs. Cette décision est largement considérée comme la dernière étape dans la censure du contenu en ligne que l’État considère comme de la désinformation. Le 7 février, une autre plateforme de réseaux sociaux populaire, Twitter, a été brièvement bloquée par les autorités pour des motifs similaires. L’équipe éditoriale d’Ekşi Sözlük n’a pas été informée du contenu spécifiquement à l’origine du blocage. La dernière fois que BTK a limité l’accès aux plateformes de réseaux sociaux, c’était en novembre 2022, lorsque la plus grande ville de Turquie, Istanbul, a été secouée par la nouvelle d’une explosion meurtrière sur Istikal, la rue piétonne la plus fréquentée de la ville.

Nous venons juste d'être informés de la décision de bloquer l'accès à @sozluk. Nous menons des enquêtes sur cette décision et nous partagerons plus d'informations une fois que nous l'aurons. https://t.co/pduUQSU3ev pic.twitter.com/DZ854YRQbI

— Basak Purut (@basakpurut) 21 février 2023

Il est tout à fait inacceptable pour BTK de bloquer l'accès à Ekşi Sözlük, comme s'il s'agissait d'un site Web étranger, sans informer l'équipe d'Ekşi Sözlük et en donner la raison. C'est de la pure censure @sozluk @basakpurut @esesci

BTK peut bloquer des sites sans ordonnance du tribunal conformément à l’article 8A du tristement célèbre projet de loi Internet 5651. L’article habilite l’organisme de surveillance à bloquer l’accès à un contenu spécifique lorsqu’il présente un danger pour la sécurité nationale, l’ordre public, etc. Toutefois, selon le même article, la décision de blocage doit être communiquée au fournisseur de contenu. Ce n’était pas le cas, selon le PDG d’Ekşi Sözlük, Basak Purut. Dans une interview avec le journaliste Fatih Portakal le 22 février, Purut a déclaré qu’il n’y avait aucune communication entre BTK et l’équipe éditoriale de la plate-forme au sujet du blocage. BTK n’a pas non plus informé l’équipe du contenu qui a spécifiquement déclenché cette décision.

Ekşi Sözlük a été créé il y a de cela 24 ans. Bien qu’il contienne « dictionnaire » dans son titre, ce n’est pas un dictionnaire au sens traditionnel, car ses contributeurs ne sont pas obligés de partager des informations précises, mais les utilisateurs laissent plutôt des commentaires sur des sujets allant de la politique à la science et à d’autres questions triviales. Son site est visité environ 32 à 33 millions de fois par jour, a expliqué Purut dans une interview avec Portakal. « Dans le passé, il y a eu des demandes de suppression de contenu spécifique, auxquelles nous nous sommes toujours conformés », a déclaré Purut dans une interview.

En 2000, le gouvernement a créé l’Autorité des télécommunications, « pour exercer les fonctions de réglementation et de supervision dans le secteur des communications électroniques ». L’agence a été restructurée en 2008 et a pris un nouveau nom : l’Autorité des technologies de l’information et de la communication. Elle dépend du Ministère des Transports et de l’Infrastructure.

En 2016, à la suite de la tentative du coup d’État manqué, la Turquie a fermé le Département des télécommunications et des communications (TİB) – le principal censeur d’Internet en Turquie, et a remis toute son autorité au BTK.

TİB a été créé en 2005 afin de centraliser, « à partir d’une seule unité, la surveillance des communications et l’exécution des mandats d’interception des communications soumises aux lois n° 2559 (loi sur les devoirs et pouvoirs de la police), n° 2803 (loi sur l’organisation, les devoirs et les pouvoirs de la gendarmerie), n° 2937 (loi sur les services de renseignement de l’État et l’organisation nationale du renseignement), et n° 5271 (Code de procédure pénale). »

À la suite de la tentative présumée de coup d’État en 2016, les autorités ont affirmé que « TİB a été utilisé comme plaque tournante pour FETÖ [l’organisation terroriste Fethullah Gülen] à des fins de surveillance et d’écoute électronique ».

En tant que tel, avec les nouveaux pouvoirs, BTK est passé d’un organisme de réglementation à une autorité dotée de pouvoirs de surveillance qui incluaient « le pouvoir de prendre toute mesure qu’elle juge nécessaire pour maintenir » la sécurité nationale et l’ordre public ; prévenir la criminalité ; protéger la santé publique et la moralité publique ; ou protéger les droits et libertés » et informer les opérateurs, les fournisseurs d’accès, les centres de données, les fournisseurs d’hébergement et les fournisseurs de contenu de ladite mesure, qui doivent alors prendre des mesures dans un délai de deux heures.

En Turquie, une vingtaine d’entités ont le pouvoir de censurer des contenus en ligne. Bloquer totalement ou partiellement les sites d’information est une pratique courante. La Turquie a introduit la tristement célèbre loi n ° 5651, alias le projet de loi Internet, en 2007. Le projet de loi a été amendé en 2014, 2015 et 2020, et permet aux autorités de bloquer l’accès à divers sites Web, URL individuels, comptes Twitter, tweets, vidéos YouTube et contenu Facebook. Par ailleurs, plusieurs chaînes de télévision s'attendent à de lourdes amendes, suite à la réunion du Conseil suprême de la radio et de la télévision (RTÜK), le principal censeur de Turquie, qui devait se tenir le 22 février. Selon le journaliste Fatih Portakal, au moins quatre chaînes, Tele 1, Fox TV, Haber Turk et Halk TV, s'attendent à des amendes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.