Reportage depuis un camp de prisonniers de guerre russes en Ukraine

Russian_POWs_Ukraine

Photo de Khrystyna Burdym, utilisée avec autorisation.

[Sauf indication contraire tous les liens mènent vers des sites en ukrainien, russe ou anglais]

Ce reportage fait  partie d'une série d'essais et d'articles écrits par des artistes ukrainiens qui ont décidé de rester en Ukraine après l'invasion à grande échelle de la Russie le  24 février 2022 . Cette série est réalisée en collaboration avec l’association Folkowisko / Rozstaje.art , grâce au cofinancement des gouvernements de la République tchèque, de la Hongrie, de la Pologne et de la Slovaquie à travers une subvention du Fonds international de Visegrad.  La mission du fonds est de promouvoir des idées pour une coopération régionale durable en Europe centrale.  

Il avait des yeux incroyablement bleus. Les traits du visage étaient agréables, quoique légèrement déformés par la douleur. Il avait une légère égratignure sur le visage. Il était allongé sur un lit d'hôpital, recouvert d'une couverture en laine jusqu'au cou. Ses mains étaient sous sa tête. Il a accepté qu'on le photographie en hochant la tête ; il ne voulait pas parler. Instantané! À ce moment précis, Khrystia, ma femme, a pris une photo.

Russian_POWs_Ukraine

Photo de Khrystyna Burdym, utilisée avec permission.

Si je voyais cette photo sans le contexte, je pourrais même ressentir de la compassion. Mais pas ici ni maintenant! C'est un soldat russe venu en Ukraine pour me tuer. D'accord, peut-être, pas moi en particulier, mais il aurait pu être à Bucha, Izium ou Marioupol, parmi les soldats qui ont tiré sur des civils derrière la tête. Lorsque nous l'avons vu, l'homme n'était définitivement pas dangereux : c'était un prisonnier de guerre (POW).

Nous lui avons rendu visite dans un camp d'infirmerie pour prisonniers de guerre non loin de la frontière ouest de l'Ukraine. Peu après la photo, un médecin a demandé aux visiteurs de quitter la pièce. La Convention de Genève, que j'ai déjà apprise par cœur, prévoit des soins médicaux gratuits pour les prisonniers de guerre.

Article 15

L'article 15 de la Convention de Genève relative au traitement des prisonniers de guerre. dispose [fr] que : « La Puissance détenant des prisonniers de guerre est tenue de pourvoir gratuitement à leur entretien et aux soins médicaux nécessités par leur état de santé. »

Il y a un an, ce camp était une véritable colonie pénitentiaire [fr] pour les prisonniers ukrainiens, mais son objectif a été rapidement modifié pour en faire un lieu d'hébergement temporaire pour des milliers de citoyens russes. Le terrain de l’installation est équipé d’une clôture en fil de fer barbelé, de tours de guet et de plusieurs bâtiments gris peu impressionnants à l’intérieur.

J'étais là en tant que représentant du Quartier général de coordination pour le traitement des prisonniers de guerre . Il s'agit d'une structure inter-institutionnelle ukrainienne qui s'occupe de l'échange de prisonniers et de l'aide à leurs familles. Nous avons amené des journalistes dans le camp, pour la plupart étrangers, pour montrer les conditions dans lesquelles l'Ukraine détient des citoyens russes. Un chef adjoint du camp, Roman, a conduit le groupe à travers le territoire comme un guide touristique.

«Là-bas», lui montra-t-il de la main, «on voit un bâtiment avec une caserne où vivent les prisonniers. Et juste devant se trouve notre église. »

Article 34 

L’article 34 dit : « Les prisonniers de guerre jouiront d’une entière latitude dans l’exercice de leurs devoirs religieux, y compris l’assistance au service de leur foi… »

Près de l'église se trouvait un petit tas de sable. Comme il s'agissait encore techniquement d'une colonie pénitentiaire, les prisonniers en uniforme bleu chargeaient le sable sur des brouettes et l'emportaient ailleurs dans le camp.

Nous avons suivi le chemin plus loin. Il y avait des portraits d’ hetmans [fr] ukrainiens de l'époque cosaque sur un mur.

«C'est pour que les prisonniers apprennent un peu l'histoire ukrainienne», sourit Roman. « Pour qu’ils apprennent que les Ukrainiens et les Russes ne forment pas un seul peuple. »

Un portail s'est ouvert et nous nous sommes retrouvés sur un terrain de sport. Il y avait des barres horizontales et des barres parallèles pour faire de l'exercice, ainsi que des terrains de volley-ball et de football entourés de bancs.

Personne ne jouait au football car c’était le dernier jour de l’hiver et il faisait encore froid : un an et quatre jours s’étaient écoulés depuis le début de l’invasion russe à grande échelle de l’Ukraine, le 24 février 2022.

Roman nous entraîna plus loin pour nous montrer la caserne où dorment les prisonniers. Les chambres étaient spacieuses, avec deux rangées de lits bien faits. Ils étaient parfaitement propres et dégageaient une odeur agréable. Il n'y avait pas de barreaux aux fenêtres.

Russian_POWs_Ukraine

Photo by Khrystyna Burdym, used with permission.

Immédiatement, je me suis souvenu des histoires d’Ukrainiens revenus de captivité russe. L’un d’eux, Mykhailo, a par exemple déclaré : « Il n’y avait rien du tout : pas de téléviseur, pas de journal, pas de radio, encore moins de téléphone. Nous ne savions même pas quand c'était le jour et quand c'était la nuit. Et nous ne connaissions pas l’heure car les montres étaient interdites.

Il s'agissait de témoignages de personnes libérées : les prisonniers étaient enfermés pour la plupart dans des sous-sols sans fenêtres et n'étaient pas autorisés à sortir. 

Il est impossible de vérifier ces conditions car la Russie n'autorise ni la Croix-Rouge ni les journalistes à pénétrer dans les lieux de détention de prisonniers ukrainiens alors que les prisons ukrainiennes pour prisonniers russes sont toujours ouverts aux groupes de surveillance. Des représentants du Comité international de la Croix-Rouge et divers groupes de journalistes s'y rendent presque chaque semaine.

Le personnel du camp a aligné les prisonniers à l'extérieur et les a conduits par petits groupes dans un bâtiment. 

Là, ces personnages se sont transformés en une chaîne humaine qui s'étendait du premier au troisième étage, environ une centaine de soldats russes capturés. Ils se sont arrêtés sur ordre, se sont placés face à un mur, les mains derrière le dos, et les journalistes les ont croisés à l'étage.

L'escalier était si étroit que nous touchions presque les prisonniers.

La cantine est grande et spacieuse pour accueillir tout le monde. Après le repas, les captifs crient en chœur en ukrainien : « Merci pour le déjeuner !» Cette pratique pourrait expliquer pourquoi l’un des rapports de la mission de surveillance de l’ONU mentionne « l’humiliation » des prisonniers dans le camp.

Russian_POWs_Ukraine

Photo de Khrystyna Burdym, utilisée avec autorisation.

J'étais curieux de goûter ce qu'ils mangeaient. J'ai pris une portion typique : une soupe aux pois aqueuse, une salade de légumes, des pâtes avec un petit morceau de viande et beaucoup de pain. Le pain est bon : les détenus le préparent eux-mêmes. Ils cuisinent aussi. La nourriture est abondante et parfois même savoureuse.

Les rapports indiquent que les prisonniers ukrainiens reviennent avec 30, 40 ou même 50 kilos de moins qu'avant leur captivité dans les camps russes.

Après le déjeuner, les détenus peuvent appeler leurs familles. Avec plusieurs caméramans et un garde, nous sommes entrés dans une petite pièce avec des téléphones. Un type, un Moscovite, revenait de captivité pour la première fois. L’homme était très jeune, environ 22 ans, et portait des tatouages ​​en anglais sur les bras et le cou.

Très probablement, il est « partiellement mobilisé » — en Ukraine et en Russie, c'est ainsi que nous appelons ceux qui ont été mobilisés lors du recrutement massif dans l'armée russe à l'automne 2022. Le téléphone a sonné, puis une voix féminine a répondu calmement et avec désinvolture. “Bonjour?” et le prisonnier a dit : “Bonjour maman !” Il lui a demandé comment elle allait, elle a répondu que le père du prisonnier avait le COVID, mais que tout allait bien. Comment allait-il ? «Je suis en captivité», a déclaré le gars en se mettant à pleurer.

Je ne peux pas me sentir désolé pour lui. Après tout, sa famille sait qu’il est vivant et a la possibilité de lui parler, au moins parfois. Les prisonniers de guerre ukrainiens n’ont pas cette opportunité.

Article 13

L'article 13 : « Les prisonniers de guerre doivent à tout moment être traités avec humanité. »

Ma femme, Khrystia, continuait à photographier le camp. À chaque fois, elle demandait poliment la permission aux Russes emprisonnés en russe et n’appuyait sur le bouton qu’après leur accord.

Russia_POWs_Ukraine

Photo de Khrystyna Burdym, utilisée avec autorisation.

Cette séance photo faisait partie de son projet sur la peur. Ici, dans le camp, elle l’a délibérément affronté de front. Elle se tenait devant son premier soldat russe – un homme solidement bâti en uniforme bleu – et j’ai vu qu’elle était inquiète, mais elle s’est ressaisie et a pris la première photo sur son vieux Polaroïd.

Nous étions particulièrement concernés dans un atelier où des prisonniers fabriquaient des meubles d'extérieur. 

Beaucoup tenaient des petits couteaux, des fers à souder et d’autres objets pouvant servir d’armes. Il n'y avait que deux gardes apparemment non armés pour dix prisonniers de guerre.

« Croyez-moi », nous a rassurés le chef adjoint du camp. « Tu ne devrais pas t'inquiéter. Ils n'attendent que d'être échangés et ne veulent pas se compliquer la vie.»

“Et tu ne veux pas leur faire du mal?” Khrystia a demandé à Roman, chef adjoint du camp.

“Je le veux probablement”, sourit le responsable. « Mais il y a des règles. Nous sommes un pays civilisé.

Cette séance photo faisait partie de son projet sur la peur. Ici, dans le camp, elle l’a délibérément affronté de front. Elle se tenait devant son premier soldat russe – un homme solidement bâti en uniforme bleu – et j’ai vu qu’elle était inquiète, mais elle s’est ressaisie et a pris la première photo sur son vieux Polaroïd.

Nous étions particulièrement concernés dans un atelier où des prisonniers de guerre fabriquaient des meubles d'extérieur. 

Beaucoup tenaient des petits couteaux, des fers à souder et d’autres objets pouvant servir d’armes. Il n'y avait que deux gardes apparemment non armés pour dix prisonniers de guerre.

« Croyez-moi », nous a rassuré le chef adjoint du camp. « Tu ne devrais pas t'inquiéter. Ils n'attendent que d'être échangés et ne veulent pas se compliquer la vie.»

“Et tu ne veux pas leur faire du mal?” Khrystia a demandé à Roman, chef adjoint du camp.

“Je le veux probablement”, sourit le responsable. « Mais il y a des règles. Nous sommes un pays civilisé.

La première règle non écrite au sein du personnel du quartier général de la coordination ukrainienne est de ne pas interroger un prisonnier de guerre libéré sur sa captivité. Les Ukrainiens revenus de captivité en Russie restent pour l’essentiel silencieux. Ils racontent souvent des histoires similaires sur la torture . Par exemple, des rapports font état d'une pratique selon laquelle des gardes russes se placent sur deux rangées et forcent un groupe de prisonniers ukrainiens à marcher entre eux pendant qu'ils les battent avec ce qu'ils veulent. Olexandr, qui a été libéré de captivité, a raconté une histoire encore plus terrifiante : « Ils m'ont montré des têtes fraîchement coupées de nos hommes posées sur une barre d'armature. L'un des Russes a déclaré : « Voici Edik et voici Valera. Ils voulaient que tout soit conforme aux Conventions de Genève. Voulez-vous également suivre les conventions ?Il y a de la place pour un troisième ».

Dans le camp ukrainien, la nuit était déjà tombée lorsque nous sommes partis. Les prisonniers russes regardaient la télévision ukrainienne.

C'était mon dernier jour de travail au Quartier Général de Coordination pour le Traitement des Prisonniers de Guerre. Une semaine plus tard, le 7 mars, eut lieu le prochain échange de prisonniers. Au cours de cet échange, 130 Ukrainiens sont revenus de captivité russe, tandis que 90 Russes sont rentrés chez eux. J’ai l’espoir qu’un jour tous les citoyens russes quitteront enfin l’Ukraine. Et tous les Ukrainiens rentreront chez eux.

Le texte utilise des documents de la chaîne Telegram du Quartier général de coordination pour le traitement des prisonniers de guerre. La plupart des noms ont été modifiés pour des raisons de sécurité. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Global Voices par e-mails

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français.

Non merci, je veux accéder au site