Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Abdoulaye Bah · Octobre, 2016

Guinéen, retraité des Nations Unies, anime un forum en ligne pour l'Association des victimes du Camp Boiro et de tous les camps de concentration en Guinée où 50 000 victimes innocentes ont péri sous le régime dictatorial de Sékou Touré. Langues parlées : français,italien, anglais, espagnol, serbo-croate, allemand, peulh de Guinée (langue maternelle).

Contacter Abdoulaye Bah

Dernières publications de Abdoulaye Bah de Octobre, 2016

26 Octobre 2016

Dans notre monde, on naît avec le bon passeport… ou pas

Amélie Jacques, une blogueuse française qui a vécu entre Paris et sa banlieue, puis à Rome, à Ouagadougou et maintenant à Soweto avec Antoine et leur bébé s'insurge sur son blog...

Madagascar: Il n’est jamais trop tard pour apprendre à utiliser Internet

Le blogueur Rijaniaina, résidant à Madagasikara (Madagascar), concepteur de projets et d'applications informatiques de métier, qui rêve de faire bouger le monde depuis son blog gasikara.mondoblog.org partage son expérience d'enseignement d'Internet à...

19 Octobre 2016

Tombouctou : “Justice pour les monuments, mais pas pour les femmes violées”

Le blogueur malien Georges note que justice a été rendue aux monuments détruits par les djihadistes, mais pas aux femmes.

12 Octobre 2016

En Tanzanie, exprimer une opinion politique sur les médias sociaux est de plus en plus dangereux

Advox

Depuis la victoire de John Magufuli à l'élection présidentielle d'octobre 2015, 14 personnes ont déjà été arrêtées et accusées d'insulte au président sur les médias sociaux.

Ethiopie : un massacre pour intimider les Oromos

Cette violence a secoué l'Ethiopie, car elle semble marquer la première attaque des forces de sécurité contre un rite culturel et religieux essentiel du peuple Oromo.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site