· octobre, 2010

Billets sur Economie et entreprises de octobre, 2010

Koweït : laissez pourrir les tomates !

Les tomates sont aujourd'hui huit fois plus chères au Koweït qu'il y a un mois et ces hausses de prix ne sont pas passées inaperçues des internautes. Personne ne semble pouvoir expliquer pourquoi le carton de tomates est passé d'un demi-dinar koweïtien (environ un euro et demi) à 4 (plus de dix euro) en seulement quelques jours.

Mongolie : Voir au-delà de l'eldorado minier

Rising Voices  09/10/2010

Ces vingt dernières années, le montant de l'investissement s'est multiplié de nombreuses fois dans le secteur minier de la Mongolie. On dirait que tous les autres pays sans exception s'intéressent à extraire les ressources minières du pays par tous les moyens possibles. Mais la surexploition et autres pratiques sont à l'origine de nombreuses atteintes à l'environnement en Mongolie. Les journalistes citoyens de Nomad Green en débattent.

Philippines : Hôtesses de l'air dansantes

  08/10/2010

Une démonstration de sécurité en vol, dans laquelle les membres de l'équipage d'une compagnie aérienne commerciale basée aux Philippines dansent sur des chansons pop, a fait un tabac sur YouTube. Les internautes débattent si le gadget est amusant ou sexiste.

Maroc : Encore un magazine qui mord la poussière

Seul hebdomadaire du Maroc publié dans l'arabe dialectal local, le darija, Nichane ferme boutique à la suite d'un boycott publicitaire prolongé. Les blogueurs déplorent la disparition d'une publication qui occupait une niche dans le secteur éditorial en plein essor du Maroc, couvrant des sujets d'un point de vue habituellement réservé aux nombreuses publications en français du pays.

Singapour : débat sur le salaire minimum

  02/10/2010

Le gouvernement de Singapour devrait-il imposer une politique du salaire minimum ? La récente décision de Hong Kong d'adopter une politique du salaire minimum a entraîné un débat à Singapour quant à savoir si la prospère cité devait aussi fixer un salaire minimum pour ses travailleurs.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site