· Avril, 2014

Billets de Brèves de Avril, 2014

Mauritanie: Jusqu’à quand l’impunité sur les délits d’esclavage?

Une marche soutenue par plusieurs organisations de la société civile mauritanienne et des partis politiques, a eu lieu mardi 29 avril 2014 à Nouakchott, sur initiative des Haratines, les descendants d'esclaves pour réclamer plus de droits et l'application des lois. Cette marche avait pour but de marquer le premier anniversaire du Manifeste des Haratines. Le site adrar-info.net publie un reportage photo de la marche et présente quelques slogans qui figuraient sur les banderoles que les manifestants arboraient:

Mardi 29 avril, des milliers de mauritaniens ont répondu à la marche organisée par les initiateur du « Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratines ». La marche a débuté au niveau de lanouvelle maison des jeunes de Nouakchottvers 18 heures. Point d’arrivée : la mosquée Ibn Abbas.
« La terre appartient à celui qui la travaille », « non à l’exclusion continue…», «Jusqu’à quand l’impunité des coupables de délit d’esclavage », « Nous voulons une enquête quantitative et qualitative sur le phénomène de l’esclavage » étaient entre autres slogans, brandis par les manifestants qui arboraient aussi le drapeau national. 

Bientôt la OuiShare Fest 2014, le grand rendez-vous de l'économie collaborative

 OuiShare Fest 2014 réunira des milliers de participants et d'activistes lors de cette conférence sur l'économie collaborative, du 5 au 7 mai prochain, à Paris. L'objectif de ce rassemblement est l'échange sur une vision commune de l'économie, basée sur des réseaux horizontaux et les communautés. Voici une vidéo de présentation de l'événement.  

Vivre Lisbonne à l'africaine

Les stéréotypes racistes dans les médias [pt] font l'objet d'un nouveau podcast avec les perspectives et l'expérience de deux spécialistes du sujet, toutes deux afro-portugaises et nées à Lisbonne. Un  entretien avec Grada Kilomba, professeure à l'université Humboldt de Berlin et originaire de Sao Tomé-et-Principe, a été traduit en portugais dans la première émission de Radio AfroLis et aborde la nature du racisme en Europe.

Dans cette émission, le rôle des média, des Noirs et des Blancs dans la lutte contre le racisme sont aussi analysés par la chercheuse Elisabete Cátia Suzana, spécialisée dans les études religieuses et raciales à l'université d'Uppsala, en Suède.

Radio Afrolis se présente comme une “vue de Lisbonne ‘africanisée'” qui compte “révéler les facettes d'une conscience noire émergente au Portugal”.

Para alguns afrodescendentes a cidade de Lisboa é claramente a sua cidade. Para outros Lisboa é uma cidade como outra qualquer, apesar de terem nascido ou de sempre terem vivido nela. Outros há que rejeitam Lisboa porque sentem que não é o seu lugar.

No caso dos afrodescendentes negros, a questão da pertença relaciona-se com a sua fraca representação nos media, assim como em espaços sociais diversificados, mas principalmente, com o racismo. E surge a questão: Eu como negro ou negra, africano, africana devo/ posso/quero assumir-me como lisboeta? E serão precisamente as inúmeras combinações de respostas que vamos apresentar nos episódios do nossos podcast.

Acompanhem-nos por serem afrodescententes, por interesse na temática, pela vontade de conhecer outras vivências de Lisboa, ou até mesmo por quererem acrescentar algo à discussão!

Pour certaines personnes d'origine africaine, Lisbonne est clairement leur ville. Pour d'autres, c'est une ville comme une autre, même s'ils y sont nés et y ont toujours vécu. D'autres rejettent Lisbonne parce qu'ils ne s'y sentent pas à leur place.

Dans le cas de personnes noires d'origine africaine, la question de l'appartenance est liée à leur faible visibilité dans les médias, comme dans d'autres types d'espaces sociaux, mais surtout, elle est liée au racisme. La question se pose : en tant que personne noire et africaine, devrais-je / puis-je / veux-je affirmer mon identité comme Lisboète ? Ce sont précisément les multiples réponses que nous présenterons dans les épisodes de notre podcast.

Suivez-nous en tant que Portugais d'origine africaine, ou si vous êtes intéressés par le sujet et voulez découvrir d'autres ressentis de Lisbonne, ou encore si vous aimeriez participer au débat !

Suivez sur FacebookSoundcloud et sur le blog radioafrolis.com.

Petit tour d’horizon étymologique des noms des pays africains

netafrique.net explique les origines des noms de 51 pays d'Afrique :

Saviez-vous que Burkina Faso signifie “pays des hommes intègres” en Moré et Dioula ? Que Cote d’ivoire faisait référence au commerce d’Ivoire sur la côte ? Que Cameroun tire son nom du mot “Crevettes “en portugais ? L’origine du nom de chaque pays d’Afrique cache très souvent une histoire parfois liée à son passé colonial, parfois à des peuples et tribus locales. 

La Russie veut nettoyer la “pollution d'Internet”

Le gouvernement russe élabore un nouveau texte qui redéfinirait les “principes de la politique culturelle publique.” Dans un document de réception remis à la presse il y a deux semaines, un groupe de travail mené par Sergueï Ivanov, le chef de cabinet de Poutine, a déclaré la nécessité pour la Russie de préserver le caractère unique de sa “civilisation d'Etat” et de ses bases morales face à la mondialisation. La Russie doit “s'ouvrir au monde” sans “s'y dissoudre,” défend le document.

Les projets du Ministère de la Culture pourraient avoir des conséquences lourdes sur la régulation russe de l'Internet si la future législation fait sienne la phraséologie apparaissant désormais dans les recommandations du groupe de travail, qui compare les “contrôles qualité de l'information” à la protection de l'environnement :

Сегодня в киберпространстве все, кто имеет доступ к компьютер и Интернету, что-то создают и распространяют вне зависимости от образования, кругозора, жизненного опыта, знания предмета, психического здоровья и их истинных намерений. В результате информационное пространство загрязнено, и воздействие на нас этих загрязнений пока еще плохо осознается, но их уже можно сравнивать с загрязнением воздуха, которым мы дышим и воды, которую мы пьем.

Aujourd'hui dans le cyberespace, quiconque a accès à un ordinateur et à Internet peut créer et diffuser hors de toute éducation, vision du monde, expérience de la vie, expertise, santé mentale et véritables intentions. Il en résulte que l'espace informationnel est pollué, et les effets sur nous de cette pollution sont encore mal connus, mais on peut déjà les comparer à la pollution de l'air que nous respirons et de l'eau que nous buvons.

Mettre la “pollution de l'Internet” sur le même plan que les émissions de carbone et la contamination de l'eau étendrait immensément la capacité de l'Etat à réguler l'activité en ligne. Les législateurs devaient débattre du document de travail à la Douma le 10 avril, mais aucun n'a abordé son application potentielle à la réglementation d'Internet. Avant que le projet se transforme en loi, les fonctionnaires auront plusieurs obstacles à aplanir, en commençant par ceux du financement. [Liens en russe]

Les 10 top sites de musique en Chine

China Whisper propose une liste des dix sites de musique les plus populaires en Chine. Ces sites proposent de la musique en ligne, des téléchargements gratuits et beaucoup d'autres fonctionnalités. La plupart des sites offrent également de la musique occidentale.  

Madagascar : le nouveau gouvernement du Premier ministre Roger Kolo

Tananews, à Madagascar, a publié la liste complète des 31 membres du nouveau gouvernement malgache. Mitsangana Madagascar souligne que la liste comprend 6 femmes et que 7 ministres faisaient déjà partie du gouvernement de transition précédent. L'ancien Premier ministre Beriziky souhaite la bienvenue au nouveau gouvernement sur Twitter:

 

Cambodge : une analyse de la crise foncière et du logement

Hallam Goad a analysé les enjeux et les problèmes qui ont sapé le développement urbain au Cambodge au cours de ces deux dernières décennies :

Phnom Penh a appliqué presqu'à la lettre les traditionnels clichés des pays émergents, où les pauvres des villes doivent subir de nombreux inconvénients. Et peu de gens reconnaissent que cela aurait pu être évité en grande partie.

Avec plus de 150 000 habitants déplacés depuis 1990, l'histoire est loin d'être reluisante et dans bien des cas, a aggravé et exacerbé ce qui était déjà une existence très précaire.

La censure oblige Navalny à quitter la plateforme de blogs LiveJournal

Images remixed by Andrey Tselikov.

Collage de Andreï Tselikov.

Le plus célèbre blogueur de Russie (ou bien, comme il se définit lui-même dans sa bio, “pourfendeur de la corruption, fils, mari, père”) a été contraint de quitter LiveJournal, la plateforme de blogs très populaire en Russie qui lui avait permis de se faire connaître. A cause de la censure du gouvernement, et en dépit des tentatives pour la contrer [en français], l'équipe d'Alexeï Navalny a du lancer un nouveau blog sur un site autonome, navalny.com. Comme Navalny se trouve encore en résidence surveillée, c'est sa femme qui gère techniquement ce blog. Selon son premier billet, ce blog se veut une tentative de relancer de zéro la relation avec les organismes de règlementation d'Internet, qui prétendent que le blog initial de Navalny contient des appels à des manifestations illégales. A l'heure où est rédigé cette brève, le contenu original n'apparaît pas sur le compte de Navalny sur LiveJournal, à l'exception des liens vers les posts sur le site navalny.com.

La première bibliothèque numérique pour l'enseignement supérieur du Myanmar

Le Ministère de l'Éducation du Myanmar et l'Open Society Foundation se sont associés pour créer la première bibliothèque numérique du pays. Oleksandr Shtokvych, chef de projet pour le programme de soutien à l'éducation supérieure à l'Open Society Foundation, explique l'importance du projet :

Il signifie également que les étudiants et les enseignants (des universités de Yangon et de Mandalay) vont participer activement à la production de nouvelles connaissances et de pensée critique, et mettre un héritage riche et unique, ainsi que les développements actuels au Myanmar, sous les projecteurs de la recherche internationale.

La position des femmes dans la société indienne actuelle

 

Transhuman Collective (THC), une initiative de Soham Sarcar & Snehali Shah, est un projet collaboratif pluridisciplinaire basé sur la philosophie du transhumanisme. Cette touchante vidéo créée et publiée sur YouTube par Transhumanism.in révèle le manque de respect pour les femmes dans la société patriarcale indienne. Faire la promotion de cette vidéo joue un rôle clef dans la modification de l'état d'esprit et l'attitude de la société indienne. 

Corée du Sud : Samsung poursuit un journal en justice pour un article négatif

Samsung, le géant sud-coréen de la technologie, a intenté une action en justice contre un journal local spécialisé dans les TIC (technologies de l'information et de la communication) pour avoir publié un article défavorable. Le blog Marmot´s Hole a relaté l'affaire et commenté les répercussions de la réaction de Samsung aux articles critiques. Voici certains des éléments les plus marquants :

“Moi, j'avertirais Samsung qu'en matière de relations publiques, les actions en justice de ce genre causent souvent plus de tort que de bien […] Comme si ce n'était pas assez, sur AppleInsider, un article compare le géant électronique coréen de manière plutôt défavorable à la marque à la pomme qui, en supposant que les faits rapportés soient exacts, ne poursuit presque jamais les journaux/blogs malgré les innombrables rumeurs infondées qui accompagnent la mise sur le marché de la plupart des modèles d'iPhone.

“Les blogs sont les disques vinyl d'Internet”

Un article du Washington Post aborde “le déclin du ‘blogestan’, la blogosphère iranienne”.

Plusieurs personnes ont retweeté la dernière phrase de l'article :

Les #Blogs sont les disques vinyl d'Internet. Voir @Kamangir @maasalan http://t.co/bd6NKrrTpR …

— fredpetrossian (@fredpetrossian) April 13, 2014

 

Pour lire une étude à ce sujet, cliquer ici.

“C'est une fille !” : campagne contre l'infanticide des filles en Inde et en Chine

Le site MujeresMundi, dirigé par le spécialiste de la communication Xavier Medina, un Péruvien basé en Belgique, participe à la communication de la campagne It's a girl ! (C'est une fille !) contre l'infanticide des filles en Inde et en Chine :

Les filles sont tuées dans un féminicide qui fait plus de victimes que tous les génocides du vingtième siècle. Bien que cela paraisse incroyable, ce problème est rarement porté à l'attention de la communauté internationale. Comment expliquer cet étrange silence face à l'un des plus grands problèmes de l'humanité ? 

Le site comprend une interview de Evan Grae Davis, producteur du documentaire It's a girl!, qui déclare, “Je ne me considérais pas comme un activiste jusqu'à ce que je commence à produire et réaliser le film It’s a Girl”.

Après 80 ans d'attente, le Niger inaugure sa première gare

Le 7 avril, le Niger a inauguré dans la capitale Niamey sa première gare ferroviaire. Les autorités avaient prévu la construction de cette gare il y a 80 ans, mais le projet n'avait jamais vu le jour. Ce premier pas devrait précéder la construction de voies ferrées entre le Niger, le Benin, le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire. A Niamey, sur Twitter, Tanoussou a posté une photo de la gare : 

 

En Afrique, les avocats qui ont la cote sont ceux venus de l’Occident

A propos d'une mauvaise utilisation des ressources humaines assez répandue en Afrique,  du Bénin, relève dans un billet publié sur son blog que :

Politiciens, hommes d’affaires africains ont un goût très poussé pour le luxe occidental. Un amour aliénant dont ils ne sont pas encore prêts à se débarrasser.

Dans les palais de présidence en Afrique, les avocats qui ont la cote sont ceux venus de l’Occident. Pour les pays francophones d’Afrique, le consortium international d’avocats des chefs d’Etat se réduit assez vite à un conglomérat d’avocats français. Et le trompe-œil parfait est juste d’y infiltrer un avocat «africain» pour jouer assez tristement et bien souvent à la «figuration» ou au «communicant» du palais au pays pour des affaires loufoques.

 

 

“N'accusez pas l'Occident des malheurs de l'Afrique”

Pour Gershom Ndhlovu, les dirigeants africains font fausse route quand ils rendent l'Occident responsable des problèmes de l'Afrique:

Pendant le dernier sommet UE-Afrique organisé en Belgique, le président zambien Michael Chilufya Sata a répété ce que d'autres dirigeants africains ont dit par le passé sur le rôle de l'Occident dans les guerres du continent, à travers la vente d'armes et autre matériel militaire. Cité par Eil d'Afrique, Sata a affirmé devant l'assemblée que l'Afrique ne possède pas d'usines d'armes qui alimente les conflits, et que l'Europe est responsable des guerres du continent parce que les armes qui y sont utilisées sont fabriquées dans les pays occidentaux. “La plupart des pauvres enfants-soldats impliqués dans les conflits africains portent des armes fabriquées en Europe qui coûtent des milliers de dollars. Il est impossible que ces pauvres enfants aient les moyens de s'acheter ces armes”, a déclaré Sata.

L'Afrique a eu son comptant de coups d'états, contre-coups d'états et guerres civiles depuis son indépendance. Bien sûr, la plupart de ceux-ci ont été préparés dans des coulisses enfumées où les diplomates occidentaux ont rencontré des officiers de l'armée en sirotant des vins et des alcools hors de prix, les séduisant non seulement en leur promettant le contrôle des ressources nationales s'ils évinçaient un dirigeant radical anti-Occident, mais aussi avec leurs capitaux. C'est ainsi que des tyrans mégalomanes comme Mobutu Sese Seko se sont hissés au pouvoir et s'y sont maintenus.

Mais faire porter le blâme de tous ou presque tous les conflits africains récents par les pays occidentaux et les usines d'armement européennes, c'est être hypocrite et enfouir sa tête sous le sable, comme une autruche. Il est pathétique que les pays africains accusent encore aujourd'hui leurs maîtres coloniaux d'hier pour leurs échecs économiques, clairement causés par la corruption, une mauvaise gestion et de la pure incompétence.

Bob Marley, un nouveau dieu pour les jeunes Bouthanais ?

Bob Marley est soudainement devenu un dieu pour une génération déjà en pleine confusion. Le drapeau Rastafari, arborant soit Bob en personne soit une feuille de marijuana, est partout. Que quelqu'un qui est mort en 1981 puisse laver le cerveau de jeunes intelligents est vraiment incroyable.

Passang Tshering, un blogueur bouthanais et professeur d'informatique au lycée de Bajothang, au Bouthan, se demande pourquoi Bob Marley (en) est une icône pour la jeunesse bouthanaise. Il préfèrerait qu'ils jettent un coup d'oeil sur ces 12 personnalités  (en) dont il a accroché le portrait sur les murs de son laboratoire informatique.

Et qu'ils se demandent comment ils sont arrivés là où ils sont arrivés. Qu'ils s'interrogent, qu'ils apprécient et qu'ils s'en inspirent.

Des artistes ukrainiens encagent des Russes

A group of artists in Kiev has opened a new exhibit that many Russians are calling dangerously xenophobic. Yesterday, April 24, 2014, the “Ukrainian Cultural Front” presented four interactive installations intended to criticize Russia for its opposition to the EuroMaidan movement and its interventions in southeastern Ukraine. The most controversial exhibit (titled “Beware of Russians!”) featured three homely-looking men trapped behind a fence, dressed as stereotypical Russians. (One man wore a tracksuit, another donned military camouflage, and a third sat on a flattened cardboard box, playing the balalaika and begging for spare change.) Posted on different sides of the fence were signs like those one finds at a zoo, reading “Beware of Occupiers!” and “Please Do Not Feed!”  

Sur l'inscription : “Prière de ne pas nourrir !”

Un “Russe non qualifié,” qui fait la manche et boit ce qu'il gagne ?

Les “occupants étrangers” pris en pitié

L'exposition artistique était de si mauvais goût, semblent croire de nombreux Russes, que plusieurs blogueurs de RuNet les plus patriotes se sont contentés de reposter des photos de l'installation, sans prendre la peine de formuler leurs objections. Certes, de nombreux autres ont trouvé nécessaire d'expliciter les dangers de la russophobie. Le publiciste Dmitry Olshansky, dont les textes sur Facebook sont parmi les plus vigoureusement interventionnistes de la blogosphère russe, a écrit d'un ton menaçant que le “moteur” du conflit actuel entre la Russie et l'Ukraine repose entièrement sur “la certitude de l'Ukraine que les Russes ne répliqueront jamais à rien.”

Un aperçu du milieu carcéral au Cameroun

La blogueuse Salma Amadore raconte sa visite à la prison centrale de Bamenda pendant la fête de Pâques:

J’arrive à la prison de Bamenda à 9 h 30. Mgr Cornélius Fontem Esua, archevêque de Bamenda y donne une messe pour la fête de Pâques. Première surprise les gardiens me lancent « on n’entre pas en prison avec le pantalon ». Je supplie une gardienne de me donner un bout de tissu pour l’attacher au-dessus de mon pantalon, mais elle n’a rien. Je remercie le ciel d’être « journaliste » comme l’a souligné un des gardiens. La porte s’ouvre et après identification je me retrouve à l’intérieur et devinez quoi ? Avec mon téléphone, vive le 4e pouvoir pour une fois…

La cour est grande, il y a des bâtiments où les prisonniers sont classés par ordre de délits. Il y a aussi les cases de mise en quarantaine, des cellules pour femmes. Je remarque un seau de beignets et je demande à qui il appartient ? L’un des membres du personnel me fait remarquer une cafeteria, des champs de canne à sucre, de maïs, des choux. Tout ceci appartient aux prisonniers qui pour l’acquérir doivent écrire une demande au régisseur qui leur attribue un lopin de terre ou une parcelle de terrain pour diverses activités. Ceci est fait dans le but de récompenser ceux qui se comportent bien et de montrer ainsi aux autres prisonniers récalcitrants qu’en suivant le bon exemple, ils peuvent aussi jouir de certaines libertés comme le commerce.

Les prisonniers ont diverses activités ludiques comme le chant, la danse, le foot la catéchèse, le ludo. Sur ce dernier jeu je suis un peu sceptique et je demande aux contrôleurs comment ils font pour éviter que ces jeux ne deviennent « le njambo » ? (expression utilisée pour désigner un jeu de cartes ou de ludo qui fait intervenir des paris d’argent). Il me rassure en disant qu’ils créent au sein de chaque cellule des petits comités de discipline « des espions » qui signalent à la hiérarchie ce genre d’activité.

Salvador : les ‘tapis de fleurs’ de la Semaine sainte à Ayutuxtepeque

A l'occasion de la récente Semaine sainte, le blog Hunnapuh a parcouru [es] les rues principales du district de Ayutuxtepeque au Salvador et a réalisé des photos des “tapis de fleurs” (Nldt : qui ne représentent pas nécessairement des fleurs) préparés pour les processions des “Saintes funérailles”.

Alfombra2

Preparation d'un tapis floral. Photo du blog Hunnapuh. Utilisée avec permission.

Alfombra1

Un tapis de fleurs traditionnel de la Semaine sainte. Photo du blog Hunnapuh. Utilisée avec permission. 

 

Gabriel Garcia Marquez est mort à 87 ans

Le prix Nobel de littérature colombien Gabriel García Márquez est décédé jeudi 17 avril 2014 à Mexico, à l'âge de 87 ans. Le réseau colombien Caracol a publié une chronologie [espagnol] de sa vie.

Sur Twitter, Pepin Balongo dit son chagrin :

Ce ne sont plus cent ans de solitude ; désormais il y aura une éternité de solitude ; adieu Gabo.

Le “repassage des seins” en ligne de mire au Cameroun

Josiane Kouagheu s’attaque à la pratique du ‘repassage des seins’ au Cameroun:

Je n’ai jamais voulu parler de ce sujet trop sensible. Il me touche. Dans tous les sens, j’ai trop de victimes autour de moi. J’ai voulu me taire. Mais, que faire quand autour de toi, la télé, Internet, les magazines et autres qui vantent la beauté féminine, n’ont aucune influence chez certaines personnes qui continuent de se dire : « Les seins de ma fille ne doivent pas pousser très vite ! Il faut tout faire pour les masser »…

Leurs instruments

Une pierre, des épluchures de bananes plantain et les feuilles d’un arbre « ngwollne » (je le prononce en ma langue maternelle) passées sur un feu à bois. Et les serre-seins aussi !

Dès que tout est bien chaud, on les passe sur des seins nus. On masse encore et encore. La petite fille, qui généralement croit que tout est normal, crie de douleur. Elle a mal. Mais, sa maman lui répète que tout va bien et que c’est pour son bien.

Certaines femmes après les massages mettent des serre-seins sur la poitrine de leur fille. Ce tissu, plein d’élastiques, sert à compresser les seins de la jeune fille, à les aplatir…

Je veux juste dire à nos mamans, à nos tantines, à nos grand-mamans, laissez les seins de vos filles, nièces, petites filles, tranquilles. Nous vous appelons toutes mamans :

S’il te plaît maman, laisse mes seins tranquilles !  

Cliquez ici (EN) pour voir un documentaire sur cette pratique.

La situation du blogging politique au Vietnam

Doan Trang remarque qu'un nombre croissant de blogueurs vietnamiens s'attaquent à la question des droits humains, ainsi qu'à d'autres sujets politiques, en  

publiant des opinions et des analyses, et en recherchant même parfois des données et faits inédits. En dépit de leur style parfois ‘émotif’, qui peut trahir le fait qu'ils ne sont pas (des journalistes) professionnels, ils remplissent le vide laissé par les médias traditionnels sur ces sujets, qui, dans la plupart des affaires, répercuteraient uniquement l'information sans l'accompagner d'une analyse en profondeur.  

Mais quelques uns seulement de ces blogueurs publient en anglais:

Même si de grands progrès ont été faits, les médias alternatifs au Vietnam s'adressent surtout et toujours aux lecteurs vietnamiens. En d'autres mots, les blogueurs parlent toujours “entre eux” ou “écrivent pour leurs compatriotes” uniquement. Les articles en anglais, si on en trouve, sont le résultat de l'attention fortuite d'un reporter étranger pour la situation des droits humains au Vietnam, à partir d'une enquête menée via son réseau personnel de contacts.  

20-40 % du financement destiné au secteur de l’eau en Afrique est perdu à cause de la corruption

L’accès à l’eau est un droit fondamental. Photo tirée du site actionaid.org, publiée avec autorisation.

Sur le West Africa WASH Journalists Network, Mustapha Sesay, ambassadeur pour l’intégrité dans le secteur de l’eau en Afrique de l’Ouest, explique [en anglais] :

L’accès à l’eau potable à un prix abordable est un droit fondamental, mais celui-ci ne reçoit pas et de loin l’attention nécessaire. La corruption dans le secteur de l’eau est très importante et implique toutes les classes, du citoyen ordinaire aux politiciens en passant par les dirigeants des institutions et même des organisations non gouvernementales du secteur. Le rapport Corruption in the water sector [« Corruption dans le secteur de l’eau »] du Water Integrity Network, publié dans l’ouvrage Training Manual on Water Integrity [« Manuel de formation sur l’intégrité dans le secteur de l’eau »] indique qu’en Afrique subsaharienne, 44 % des pays n’atteindront probablement pas l’objectif du Millénaire pour le développement relatif à l’eau potable et 85 % des pays n’arriveront pas à réaliser l’aspect concernant l’assainissement. Selon les estimations de la Banque mondiale, 20 à 40 % du financement destiné au secteur de l’eau est perdu à cause de pratiques malhonnêtes.

Pendant ce temps-là, au Burundi…

Pendant que son voisin le Rwanda fait les gros titres pour la commémoration du génocide de 1994 et la tension croissante entre le Rwanda et la France, le Burundi est frappé par une crise politique passée sous silence et des violences [en] qui opposent une nouvelle fois les hutus aux tutsis. Selon Tshitenge Lubabu au Burundi, les actuels dirigeants politiques sont à l'origine de la crise :

 La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie [..] Tous les mensonges sont bons pour confisquer le pouvoir. Quand leurs mandats, limités par la Constitution, arrivent à terme, des courtisans zélés, jamais repus, les supplient de ne pas partir. Comme si, sans eux, le soleil risquait de ne plus apparaître.

La vraie vie des expat’ en Chine : un guide des aspects les moins reluisants

Unsavory Elements est une anthologie d'histoires vraies, vécues par des étrangers “en roue libre” en Chine. A travers leurs récits, les auteurs et journalistes qui publient ce livre explorent l'illégalité, et l'éthique, en Chine. Selon les mots du blog China Law Blog : 

Depuis les transactions et dons qui feraient dresser les cheveux sur la tête de ceux qui appliquent la loi américaine sur les ‘pratiques de corruption à l'étranger’ (Foreign Corrupt Practices Act) aux séjours en prison pour trafic de stupéfiants et aux infractions flagrantes aux lois sur la prostitution, il en résulte 300 pages d'études de cas pour les facs de droit et les écoles de commerce, livrés non pas en jargon juridique mais en prose littéraire, et quelle lecture passionnante c'est.

Un séisme de magnitude 6,2 secoue le Nicaragua

Un puissant séisme de magnitude 6,1 a été enregistré au Nicaragua, jeudi 10 avril 2014. Selon les informations, des personnes ont été blessés et plusieurs maisons se sont effondrées suite au tremblement de terre.

L'épicentre du séisme se situe à une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale Managua, près du volcan Apoyeque, à une profondeur de 10 kilomètres. Sur Twitter on parle de répliques et on indique que les écoles ont été fermées :

Cinq répliques après un séisme de magnitude 6,2 au Nicaragua : MANAGUA, Nicaragua.

NICARAGUA. Ecoles fermées à Managua et Leόn suite au séisme

Pourquoi le Président de Madagascar n'a pas encore nommé un nouveau Premier Ministre

Le nouveau président de Madagascar Hery Rajaonarimampianina a été élu le 20 décembre 2013. Quelques mois plus tard, il n'a pas encore nommé un premier ministre pour son nouveau gouvernement. De nombreux observateurs se demandent ce qui prend autant de temps. Le blogueur malgache Michael Rakotoarison a un regard différent sur la situation ; il soutient que le fait que le président prenne son temps n'est peut-être pas une si mauvaise chose : 

J’étais dans l’attitude ambiante de celui qui doute, moi qui de base n’ai jamais soutenu le Président [..]. De source sûre, le président missionne à l’étranger une poignée d’hommes discrets chargés de débusquer des compétences. Le pari est donc de dégager la politique, pour ne se soucier que de l’économie. 

 

L’industrie de la prise d'otages s’installe au Cameroun

Le blog Matango Club revient sur l‘enlèvement de deux prêtres italiens et une religieuse canadienne dans l'extrême nord du Cameroun dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 avril 2014 :

 Pour l’histoire, les kidnappings de ce genre ne datent pas d’aujourd’hui. Rappelons que  dernièrement, le rapt du prêtre français Georges Vandenbeusch, 42 ans, a fait beaucoup de bruit. Il avait été kidnappé un 14 novembre 2013 dans son monastère, la paroisse de Nguetchewe, près de Koza, dans le nord du pays, à 700 kilomètres de la capitale Yaoundé, une zone considérée comme très dangereuse. Avant lui, le 19 février 2013, la famille Moulin-Fournier avait elle aussi été enlevée. Ces deux derniers kidnapping avaient connu un tapage médiatique international à tel point que les soupçons qui pesaient sur le groupe islamique Boko Haram ont fini par être confirmés par le chef Abubakar Shekau, leader du groupuscule depuis 2009.

Tout juste après la libération de la famille Moulin-Fournier, la presse camerounaise et beaucoup d’opinion diverses soupçonnaient le gouvernement camerounais d’avoir donné une rançon au groupe islamique Boko Haram pour la libération des Blancs français. Ces soupçons se sont encore renforcés lorsque la même France a encore eu maille à partir avec le kidnapping du prêtre Georges qui a été libéré quelque semaines après. Ces séries de rapts et de libérations à n’en plus finir font penser que c’est devenu un marché tant du côté du Nigeria que du  Cameroun.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site