· Janvier, 2015

Billets de Brèves de Janvier, 2015

Apprenez à protéger vos communications par courriel en moins de 30 minutes

#EmailSelfDefense infographic par Journalism++ pour la Free Software Foundation (CC BY 4.0)

#EmailSelfDefense infographie par Journalism++ pour la Free Software Foundation (CC BY 4.0)

Autodéfense courriel, guide de chiffrement des courriels destiné aux débutants, conçu par la Free Software Foundation (FSF), a été publié dans six langues supplémentaires [frdejprupttr] le 30 juin 2014. Il est prévu d'ajouter de nouvelles langues.

Même si vous n'avez rien à cacher, l'utilisation du chiffrement vous aidera à protéger la vie privée des personnes avec qui vous communiquez, et rendra la tâche plus difficile aux systèmes de surveillance de masse. Si en revanche vous avez quelque chose d'important à cacher, vous serez en bonne compagnie ; Edward Snowden a utilisé ces outils pour partager ses fameux secrets sur la NSA.

"Edward, le robot de messagerie amical aide les utilisateurs de fonctions d'autodéfense courriel à tester leur nouveau système de chiffrement."

Edward, le robot de messagerie amical aide les utilisateurs de fonctions d'autodéfense courriel à tester leur nouveau système de chiffrement.

Le guide de la FSF a été lancé initialement dans le cadre de la campagne Reset The Net du 5 juin 2014 — une journée d'action globale contre la surveillance de masse, qui a marqué le premier anniversaire des révélations d'Edward Snowden sur le système d'espionnage global de la National Security Agency (NSA) des Etats-Unis.

Autodéfense courriel n'est qu'un élément – certes important – de la solution face à la surveillance de masse,” comme l'indique la FSF :

Tout en apprenant à nous servir des outils de chiffrement, nous devons exercer une pression politique pour mettre la surveillance sous contrôle, construire un Internet plus sûr et forcer gouvernements et entreprises à réduire la quantité de données qu'ils accumulent à notre sujet. Nous espérons que les versions traduites d'Autodéfense courriel seront un point d'entrée dans ce mouvement multiforme pour les gens de tous les continents.

Un documentaire bientôt à l'affiche se penche sur les causes du conflit somalien

Le passionné d’histoire somalienne Mohammed Ibrahim Shire évoque sur son blog un documentaire bientôt à l’affiche, Kacaan: The Untold Stories (Kacaan : L’histoire cachée) :

Kacaan : L’histoire cachée est un film documentaire choc bientôt à l’affiche, qui se penchera objectivement sur le contexte du conflit somalien et ses causes en mettant l’accent sur les événements d’après 1969. Il s’intéressera de près au dernier gouvernement somalien en fonctions, dirigé par feu Mohammed Siad Barre ; de sa création jusqu’à sa chute. Kacaan (Révolution en somalien) était le nom auto-proclamé du coup d’Etat qui eut lieu sans effusion de sang en 1969. Le documentaire contiendra des interviews-clés avec diverses personnes, d’un ancien haut fonctionnaire à des dirigeants de l’opposition (rebelle) et à des membres importants de la société civile somalienne d'avant 1969 – des images inédites – et il réexaminera les sujets-clés afin de brosser un tableau précis, distinguer les faits de la fiction, et regarder attentivement ce qui s’est bien passé, mal passé, et ce qu’on peut en apprendre.

Des graffeurs capables de “nous nettoyer l'esprit”, ça existe

L'écrivain espagnol Eloy Moreno a partagé via son compte personnel sur Twitter un message à propos du rôle social des graffeurs.

Il y a deux sortes de graffeurs: ceux qui s'emploient à salir les rues et ceux qui nous nettoient l'esprit.
Texte du graffiti : “Rien ne va s'il reste un enfant à la rue”

Wikipedia nous apprend que cet auteur de 43 ans est connu pour avoir publié en autoédition son premier roman, “El bolígrafo de gel verde”.

Deux témoignages sur l'enfance des frères Kouachi sur le site Reporterre

Un article exclusif de Eloïse Lebourg sur le site écologiste Reporterre provoque énormément de réactions sur tous les réseaux sociaux francophones, en particulier à cause de son titre ‘L'enfance misérable des frères Kouachi”, qui en a scandalisé beaucoup. Les lecteurs trouvent néanmoins éclairant le témoignage de deux animatrices bénévoles qui se sont occupées des frères Kouachi enfants, et la description du glissement d'un quartier sans mixité sociale, dans le 19e arrondissement de Paris, vers l'islam radical.

Evelyne, chrétienne qui pense qu’il faut savoir rire de tout, savait que doucement l’islam gagnait dans le quartier. « Je voyais de plus en plus de femmes porter le voile, puis avoir des propos de moins en moins laïcs. » Marise acquiesce : « Au début, dans les années 90, un des pratiquants de la mosquée de la rue de Tanger faisait partie du Conseil de Quartier. On l’aimait beaucoup, il était très laïc, très ouvert. Nous faisions nos réunions dans la mosquée. Je trouvais cela formidable. Puis notre ami, un jour nous a dit qu’il quittait la mosquée, qu’il ne se retrouvait plus dans les paroles de l’imam. Dès lors, la porte de la mosquée nous est restée à jamais fermée, et nous voyions le changement dans le comportement. Les salafistes ont petit à petit pris possession des lieux, jusqu’à l’arrestation de la cellule des Buttes Chaumont. »

Marise pense que l’intégrisme ne peut prendre racine que sur ce genre de terreau fertile où la précarité et l’abandon ont pris la place normalement nécessaire de l’intégration. « Mais je suis optimiste, depuis l’avènement de la mixité sociale, les choses vont mieux.”

Lire l'intégralité de l'article sur Reporterre

PHOTO : La liberté d'expression guidant le peuple

La liberté d'expression guidant le peuple

Photo largement partagée sur les réseaux sociaux. Paris, 11 janvier 2015

Parmi des millions, une photo en particulier de la manifestation du 11 janvier dernier à Paris a attiré l'attention. Prise place de la Nation, en fin de manifestation, elle a immédiatement été très partagée sur Facebook, et est en passe de devenir une photo culte des événements en France, pour sa force évocatrice du tableau de Delacroix, ‘La liberté guidant de peuple” (ci-dessous). Peint en 1830, ce tableau de Delacroix rendait hommage aux révolutionnaires de cette année-là et à la révolution qui provoqua l'abdication du roi Charles X.

la liberté guidant le peuple delacroix

La liberté guidant le peuple, de Eugène Delacroix (1830) sur Wikipedia

#CharlieHebdo : Rachid, “je suis Français, et le hasard a fait que je sois d’origine arabe, et de culture musulmane. Aujourd’hui, je suis triste et apeuré.”

Sur Kombini, un jeune Français qui se définit comme ‘d'origine arabe et de culture musulmane” “par hasard”, a publié son témoignage, écrit dans la nuit suivant l'attentat de Charlie Hebdo.

l’auteur dessiné par Raphael Choyé

“Je suis Français, et le hasard a fait que je sois d’origine arabe, et de culture musulmane. Aujourd’hui, je suis triste.

Triste, de constater la réalité que nous subissons. Triste, au nom de la liberté. Souvent, je n’ai pas été d’accord avec la ligne éditoriale de Charlie Hebdo ; mais aujourd’hui, Je Suis Charlie. Il faut accepter la liberté de chacun. La liberté de partager un avis, ou la liberté d’être contre. Personne n’a le droit de mourir pour s’être exprimé.

Triste, de voir à quel point certains extrémistes salissent une religion qui ne prône en aucun cas, en aucuns termes, leurs convictions et leurs actes. Ces criminels ne représentent en rien une grande majorité d’arabes, une grande majorité de musulmans. Ils prétendent tenir entre leurs mains maculées de sang un Coran qui dit pourtant que tuer une seule personne revient à tuer l’humanité tout entière. Ces barbares ne sont pas l’islam ; ils sont le fardeau de l’islam.

Je suis triste, de devoir subir les conséquences de leurs agissements. Triste de voir la tournure prise par les événements. Triste, de devoir me justifier. Triste, de devoir me défendre pour un crime que je n’ai pas commis. Triste, d’observer des mentalités tomber dans le piège de l’amalgame. Quand un arabe devient un ennemi. Quand un musulman devient un terroriste.

Triste, d’essuyer certaines remarques, d’entendre quelques réflexions. Des mots, des regards, captés jusque sur une place symbolique, celle de la République à Paris, lors du rassemblement en hommage aux victimes. “De toute façon, que veux-tu faire avec ces gens de banlieue”, ces jeunes des quartiers, des cités.” Lire le post en entier sur Kombini.

#jesuischarlie #Charliehebdo

je suis charlie

Paddington Bear reçoit sa carte d'identité péruvienne

Le bureau national péruvien de l'Etat-civil (connu sous l'acronyme RENIEC) a décerné une carte nationale d'identité à Paddington, l'ours de la célèbre collection  anglaise de livres pour enfants Paddington Bear (maintenant un film) dont l'histoire dit qu'il arrive à Londres depuis le Pérou.   

La carte d'identité, décernée durant une cérémonie symbolique, est jaune, comme le sont les cartes d'identité de mineurs dans ce pays. 

L'ours Paddington Bear a reçu sa carte d'identité au RENIEC pic.twitter.com/SIZo8MK9OX

Quelqu'un a cependant protesté contre la présence de l'ours sur le territoire péruvien : 

Et quand est-ce qu'il va dégager ? L'ours Paddington Bear a reçu sa carte d'identité au RENIEC

Le célèbre petit ours de la littérature enfantine visite le Pérou dans le cadre d'une campagne de promotion du tourisme dans ce pays d'Amérique latine. 

“Le choc de l’abondance” : expériences d’un Vénézuélien au Panama

Originaire du Vénézuéla, Enrique Vasquez a décidé de déménager au Panama afin de vivre en paix et d’avoir une meilleure qualité de vie. Ce jeune professionnel est installé depuis 6 mois au Panama et raconte sur son blog son expérience d’immigré.
Dans l’un de ses articles, il décrit le choc vécu par les Vénézuéliens récemment arrivés qui “se rendent compte de l’effroyable niveau de pénurie” qui existe dans leur pays. Il est devenu habituel pour eux, écrit Vasquez, de n’acquérir que “ce qu’il y a” aussi bien au supermarché que dans d’autres domaines.

Cette situation a fait que le cerveau du Vénézuelien a perdu toute capacité de choisir, d’évaluer les options, sans se rendre compte qu’à chaque fois qu’il le fait, il devient un peu plus un automate : il attrape sans réfléchir ce qu’il y a et c’est tout. Il ne désire rien, il n’aspire à rien, il ne rêve de rien de mieux et ce comportement se reflète clairement dans les résultats électoraux. Les chavistes votent toujours pour le gouvernement, bien que cela ne serve à rien et les opposants votent toujours pour l’opposition bien que cela ne serve à rien non plus, car l’esprit du Vénézuelien ne sait plus discerner entre différentes options pour choisir la meilleure d’entre elles. Le plus terrible, c’est qu’on ne s’en rend pas compte car on croit choisir alors que ce n’est pas le cas, on attrape “ce qu’il y a” même si ça ne sert à rien.

A la fin de son article, Enrique partage une vidéo YouTube de l’internaute LeaNoticias montrant un supermarché au Venezuela.

Enrique invite ensuite à rejoindre le groupe Facebook Inmigrantes en Panamá (Immigrants au Panama) où se comparent les expériences afin de faciliter la vie des immigrants et aussi aider ceux qui désirent migrer au Panama.

Libération d’une jeune activiste hondurienne à la suite d’un “enlèvement express”

Keren Jemima Dunaway González, activiste en faveur des droits des malades du VIH/ Sida au Honduras, a été libérée ce mardi 6 janvier 2015, quelques heures après avoir été enlevée par un groupe d’hommes armés dans la ville hondurienne de San Pedro Sula.
La jeune femme de 18 ans et porteuse du VIH, se trouvait avec sa mère dans une camionnette stationnée en face des bureaux de la fondation “LLantos, Valores y Esfuerzo” (Llaves), – dont sa mère, Rosa Gonzalez est la directrice – quand elle fut interceptée par trois inconnus. Selon la police les ravisseurs exigèrent une rançon, mais la libérèrent après que sa mère leur eut affirmé que la famille n’avait pas d’argent.
Avec un taux de 187 homicides pour 1000 habitants, San Pedro Sula occupe pour la troisième année consécutive la première place dans le classement des 50 villes les plus violentes du monde.

Mali: AQMI recrute et peaufine sa stratégie

Tandis que des représentants de 13 pays africains se consultaient à Niamey, au Niger, le 20 janvier, pour renforcer la coopération militaire face à la menace du groupe fondamentaliste Boko Haram, qui menace la sécurité de toute la région et provoque la fuite de milliers de personnes, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), affine sa stratégie. Alpha Mahamane Cissé, lauréat du premier prix du concours de l'Association des journalistes maliens pour la paix et la non-violence, en 2014, observe que: 

Des recrutements en série dans plusieurs localités du Nord et du Centre du pays, Aqmi veut étendre son réseau. Ce qui commence à lui réussir… Après les tracts envoyés aux populations dans le Nord, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) procède à un vaste recrutement au niveau local. Et la recrudescence des attaques ces derniers temps est la preuve que la nébuleuse n’a pas lésiné sur les moyens pour arriver à ses fins….

En tout cas, cette stratégie d’Aqmi est favorisée par plusieurs facteurs dont l’abandon de l’Etat, car dans certaines localités, le seul symbole visible, c’est bien le drapeau national. Pendant ce temps, les services de sécurité brillent par leur absence.

La facilité par laquelle les attaques de Nampala, Djoura, Ténenkou se sont opérées est une parfaite illustration de cette nouvelle stratégie des éléments terroristes. Car, après avoir échoué dans le Nord en raison de la présence massive des forces, Aqmi veut étendre son emprise sur le Centre du pays dont le terrain semble favorable.

Charlie-Hebdo via une appli iOS, Android, Windows Phone

CharlieHebdo-Apps-Android-684x250

Silicon.fr annonce que pour palier aux ruptures de stocks et pénuries autour du numéro malheureusement “historique” de Charlie-Hebdo, la rédaction a décidé de le mettre à disposition via une application iOS, Android, Windows Phone. Le but est aussi de lutter contre les trafics.

Cette version numérique, elle aussi historique à sa manière puisque l’hebdomadaire ne se déclinait qu’en version papier (en parallèle du site CharlieHebdo.fr) pourrait permettre de lutter contre les spéculations « qui vont à l’encontre de la philosophie de ce journal », rappelle Frédéric en commentaires du store de Google. Ce numéro, ainsi que celui qui précédait l’attentat, fait l’objet d’un commerce aux goûts douteux sur Internet.

Marie, professeure en Seine-Saint-Denis : “Celui-là, il est marrant. Celui-là, Madame, il est vraiment abusé”

Sur Tailspin, le témoignage de Marie, une professeure de français d'un collège de Seine-Saint-Denis, prend a rebours différents reportages et articles sur les réactions de certains élèves musulmans en Seine-Saint-Denis, justifiant le massacre de Charlie-Hebdo ‘pour les insultes au prophète Mohamet’. 

Ils m’ont demandé de regarder des dessins publiés par Charlie Hebdo. Je les ai projetés au tableau, nous les avons analysés ensemble. Celui-là il est marrant madame. Celui-là, il est vraiment bête. Celui-là, il est vraiment abusé.
Le dessin de presse, la caricature, comme les textes de satire, reposent sur la nécessité impérieuse d’une réflexion, sur une recherche de l’implicite qui s’acquiert avec le temps, avec l’esprit critique, avec la lecture. J’ai rappelé à mes élèves quelque chose que je leur dis chaque semaine, que l’intelligence est ce que nous avons de plus précieux, que c’est grâce à elle que nous pouvons comprendre non seulement les mots et les images, mais aussi ce qu’ils cachent, ce qu’ils suggèrent, ce qu’ils ne disent pas d’emblée.
Toutes et tous ont compris. Aucun ne m’a dit : « C’est bien fait », « Ils l’ont bien cherché », « Je suis bien content-e ». Aucun. Je n’ai pas eu besoin de les mener à dire quoi que ce soit. Ils l’ont dit eux-mêmes. Les enfants de Seine Saint-Denis ne sont pas des idiots.Et moi non plus, enseignante, je ne suis pas idiote. Je ne baigne pas dans la démagogie dégueulasse dont on nous pense souvent coupables.

Lorsque je vois qu’un quotidien national, quelques jours après l’attentat contre Charlie Hebdo, part investiguer dans le 93 pour savoir comment ont réagi les élèves, je m’interroge, parce que l’odeur qui émane d’une telle démarche n’est pas très agréable à sentir.

Pourquoi le 93 ? Aucun de ces terroristes ne venait de Seine Saint-Denis. Aucun. Pourquoi le 93 ?

Pourquoi, tiens, n’allons-nous pas enquêter pour savoir les horreurs qu’ont dû proférer les collégiennes et les collégiens dont les parents votent Front National ? Pourquoi les journalistes ne sont-ils pas allés se poster devant les écoles de Béziers ? De Fréjus ? D’Hayange ? D’Hénin-Beaumont ? Pourquoi ne nous donne-t-on pas le droit de nous indigner des propos qu’ont très certainement tenus ces enfants qui, malheureusement pour eux, sont tout aussi imprégnés des idées de leurs parents et de leur milieu que la poignée d’élèves séquano-dionysiens ?

Je regrette vraiment qu’aujourd’hui les élèves du 93 soient stigmatisés, au lendemain de l’attentat terroriste, et je ne comprends pas pourquoi les médias choisissent de titrer, dans un geste racoleur qui me fout sérieusement la gerbe, « Les élèves de Seine Saint-Denis ne sont pas tous Charlie ».

Les élèves de Seine Saint-Denis n’ont surtout rien demandé. Ils aimeraient bien qu’on leur foute la paix, pour une fois, qu’on arrête de braquer les projecteurs sur eux dès qu’un bas du front islamiste vient dire ou commettre quelque chose d’effroyable.

Comment réduire notre production de CO2 dans la vie quotidienne ?

Rut Abrain s'est fait la réflexion sur son blog Esturirafi qu'une des principales causes du changement climatique est la production de dioxyde de carbone (CO2). Le CO2, souligne-t-elle, est produit non seulement par les usines, les véhicules et les avions, mais aussi par chacun d'entre nous dans notre vie de tous les jours. Pour avoir une idée de l'ampleur des effets de nos activités quotidiennes dans la production de CO2, Rut suggère de calculer notre impact carbone en utilisant cette calculatrice.

Surpris ? Très probablement. Chacun d'entre nous a une part de responsabilité dans le changement climatique, et en même temps, chacun d'entre nous est capable d'inverser cette tendance par des actions simples. Rut ne manque pas de conseils pour nous aider à réduire notre production de CO2 :

[…] – Reducir, reutilizar y reciclar. Esto tienes que aplicarlo en todas las facetas de tu vida: evita productos con un empaquetado excesivo, compra productos de segunda mano, separa los residuos de manera adecuada para su posterior reciclaje.

[…] – Réduire, réutiliser et recycler. Vous pouvez le faire dans tous les aspects de votre vie : choisissez des produits sans emballage superflu, achetez des articles d'occasion, triez correctement vos déchets pour le recyclage.

Puis, elle poursuit sur la manière dont nous pouvons réduire notre “empreinte carbone” :

- Ahorra energía, tanto electricidad, como gas natural, butano o gasoil.
– Compra productos locales.
– Camina, utiliza el transporte público, la bicicleta.
– Utiliza menos papel.

- Ne gaspillez pas l'énergie que ce soit l'électricité, le gaz ou le diesel.
– Privilégiez les produits locaux.
– Déplacez-vous à pied, reprenez votre bicyclette ou bien prenez les transports publics.
– Utilisez moins de papier.

Rut termine avec cette citation d’Eduardo Galeano qui s'applique merveilleusement bien à l'impact positif de tous ces petits gestes sur le changement climatique :

Mucha gente pequeña en lugares pequeños, haciendo cosas pequeñas, pueden cambiar el mundo.

Des personnes simples faisant des choses simples à petite échelle, peuvent changer le monde.

Vous pouvez suivre Rut sur Twitter.

Cette brève du premier décembre 2014 fait partie du trente-et-unième #LunesDeBlogsGV (le Lundi des blogs sur GV).

COP20 : Les responsabilités du capitalisme devant le changement climatique

La 20ème Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique et la 10ème session de la Conférence des Parties agissant comme Réunion des Parties au Protocole de Kyoto (COP20 / CMP10) ont eu lieu à Lima du 1er au 12 décembre 2014, et ont été présidées par le pays hôte, le Pérou. Lors de la conférence, le président bolivien Evo Morales, a catégoriquement demandé à ce que les changements climatiques soient considérés comme une conséquence directe de système capitaliste et a exhorté les pays industrialisés à assumer les conséquences de leurs actes :

Evo Morales exhorte à écouter les populations autochtones et à lutter contre le capitalisme au cours de la COP20.

Damián Profeta résume les dix points principaux du discours de Morales et met l’accent sur :

- ‘Hay que crear un Tribunal Internacional de Justicia Climática’ [encargada de] ‘juzgar a países que no cumplen sus compromisos y los tratados internacionales y a los que hacen mucho daño al ambiente’ […]
– ‘Que el sistema capitalista asuma su responsabilidad en el cambio climático’ […]
– ‘En la lucha contra el Cambio Climático los países del Norte nos han llevado a un terreno infecundo’ […]
– ‘El medio ambiente debe ser administrado comunitariamente porque la naturaleza misma es comunitaria’

- Une Cour internationale de justice climatique, qui aura pour mission de traduire en justice les pays qui ne respectent pas leurs obligations et les traités internationaux, ainsi que ceux qui nuisent beaucoup à l'environnement, doit être mis en œuvre […]
– Le système capitaliste doit assumer sa responsabilité vis-à-vis du changement climatique […].
– Dans la lutte contre le changement climatique, les pays du Nord nous ont conduits sur un terrain stérile […]
– L’environnement doit être géré collectivement, étant donné que la nature elle-même est commune à tous.

Certains utilisateurs de Twitter ont répondu en lui rappelant ses actions menées pour la construction d'une autoroute le long du territoire indigène et parc national Isiboro-Secure (TIPNIS) :

Evo propose d’utiliser les biens de la communauté pour sauver la planète ? OK, arrêtons la construction l'autoroute à travers le TIPNIS et supprimons la propriété individuelle pour les cultivateurs de coca.

La Malaisie crée un nouveau logo à l'occasion de sa présidence de l'ASEAN 2015

La Malaisie prend la présidence de l'Association des nations du sud-est asiatique pour l'année 2015. Cette année est cruciale pour l'ASEAN, région du monde engagée dans un processus pour parvenir à la pleine intégration en tant que communauté unie. Le nouveau logo représente “l'harmonie, le partenariat étroit et l'aspiration des peuples des dix pays de l'ASEAN à accomplir cette vision partagée” par la communauté.

asean logo

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site