· Avril, 2015

Billets de Brèves de Avril, 2015

Guide éducatif : “Comment élever un enfant à la manière arabe”

Le blogueur satirique Karl Sharro a prodigué à ses 51 000 abonnés sur Twitter des conseils parentaux sur la manière d'élever des enfants, après avoir lu la nouvelle d'aujourd'hui [29 avril] : le roi d'Arabie saoudite Salman bin Abdulaziz Al Saud a annoncé un grand remaniement de son gouvernement.

Le roi saoudien a désigné son neveu, l'actuel ministre de l'Intérieur Mohammed bin Nayef, comme héritier du trône, et son fils, Mohammed bin Salman, actuellement ministre de la Défense, a lui été nommé futur prince héritier du trône.

Sharro tweete:

Le roi Saoudien a remplacé son frère par son neveu. Je ne savais pas que nous pouvions remplacer nos frères.

Il ajoute:

Sur le principe je suis contre la politique du gouvernement saoudien. Mais en pratique c'est une manière très efficace de garder mes enfants de 3 et 5 ans sous mon contrôle.

Sharro explique aussi l'importance d'avoir des parents qui accrochent des photos d'eux dans toute la maison:

Une autre stratégie qui j'ai apprise auprès des Baasistes est de créer un culte de ma propre personnalité en mettant des photos de moi dans toute la maison.

Pour plus de conseil parentaux, vous n'avez plus qu'à attendre la publication du futur livre de Sharo sur l'éducation moderne:

Je publierai toutes ces astuces et bien d'autres dans mon futur livre sur comment être de bons parents.

Ai-je précisé que Sharro est un blogueur satirique ?

Cartographie des attributions de terres au Cambodge

Land contracts awarded to foreign companies in Cambodia. Green represents Vietnamese companies, Red areas are Chinese-owned, and Yellow for Malaysian firms. Image from Licadho.

Les titres fonciers accordés à des sociétés étrangères au Cambodge. Les parcelles vertes représentent les sociétés vietnamiennes, les rouges, les chinoises, les jaunes, les malaisiennes. Illustration  Licadho.

Licadho, une association cambodgienne pour les droits humains, a publié ses données sur les concessions de terres approuvées par le gouvernement cambodgien ces dernières années. L'association demande maintenant au gouvernement de publier toutes les données sur les titres fonciers attribués à des sociétés cambodgiennes ou étrangères. Selon l'association, beaucoup de ces terres ont été données au détriment des petits paysans, qui ont été par la suite expulsés de leurs villages.

Une nouvelle attaque de requin coûte la vie à un jeune surfeur sur l'île de La Réunion: le dispositif post-attaque est lancé

Cove rphoto of Facebook page to remember Elio Canestri - with their permission.

Photo de couverture de la page Facebook en mémoire d'Elio Canestri – reproduction autorisée.

Un adolescent de 13 ans a été tué par un requin le 12 avril dernier près de la plage des Aigrettes, sur l'île de La Réunion.

Le jeune Elio Canestri, membre du club de l'île, était un espoir du surf. La communauté locale est bouleversée. Une page Facebook a été ouverte en mémoire de la victime. Après seulement quelques heures, elle comptait déjà plus de 3.500 membres.

Peu après l'incident, les autorités locales ont lancé la procédure post-attaque, qui comprend des opérations de pêche ciblées dans la zone concernée.

Malheureusement, l'île de la Réunion est fréquemment le théâtre de ce genre d'attaques. On en dénombre pas moins de 16 depuis 2011. Pour faire face à la situation, les autorités de l'île avaient prolongé en février dernier une loi interdisant la baignade et toutes les activités nautiques, excepté dans certaines zones spécifiques. Le dispositif a entraîné une chute drastique du tourisme sur l'île.

L'Iran relâche Goncheh Ghavami, après son arrestation pour avoir assisté à un match de volley-ball

La jeune Britanno-iranienne Gonchech Ghavami, âgée de 26 ans, avait été arrêtée en Iran en juin 2014, pour avoir milité pour que les femmes puissent avoir accès aux événements sportifs, comme les hommes. Elle avait été arrêtée alors qu'elle tentait d'assister à un match de volley-ball masculin, au stade Azadi Indoor Stadium, à Téhéran. Des pétitions internationales avaient circulé pour réclamer sa libération, jusqu'à ce qu'elle soit relâchée le 31 mars 2015. Son frère Iman Ghavami a annoncé la nouvelle sur petition.org, où beaucoup de gens avaient signé pour sa libération  :

31 mars 2015 – J'ai de grandes nouvelles pour vous

Aujourd'hui, je peux vous dire que Ghoncheh est libre ! Tandis que nous célébrions le Nouvel an iranien, le gouvernement iranien a annulé le reste de la peine de ma soeur. Ghoncheh ne passera plus un seul jour, plus une seule heure en prison.

C'est une nouvelle incroyable et je voulais que vous l'entendiez de ma bouche. Vous nous avez accompagnés pendant ces mois difficiles. Vous avez donné à ma famille du courage et de l'espoir. L'incertitude de l'automne et les nuages sombres de l'hiver sont passés. Et le soleil brille de nouveau sur ma famille. Le printemps est là.

Ma mère est redevenue la femme joyeuse qu'elle était, et elle est de nouveau en paix. Ma mère et moi n'oublierons jamais votre soutien généreux, et nous vous en remercions sincèrement. Ensemble, nous avons ramené Ghoncheh à la maison. Ghoncheh m'a aussi demandé de vous remercier pour tout votre soutien.

C'est le plus beau printemps jamais vécu par ma famille. J'espère que ce printemps apportera le bonheur et la paix à tous les iraniens et à vous tous.

Iman

“Les femmes occidentales se fichent d'être violées au bord de la route”, a déclaré un historien saoudien

A screenshot of Youtube video. Used under CC BY 2.0

Capture d'une vidéo sur YouTube, montrant l'historien saoudien Dr Saleh Al-Saadoon faisant cette déclaration abominable

Un “historien” saoudien, Saleh Al-Saadoon, a affirmé que les femmes occidentales conduisaient car elles “se fichent d'être violées au bord de la route. Il a fait cette déclaration lors d'une interview sur Rotana Khalijia, une chaine de télévision possédée par l'Arabie saoudite qui s'adresse aux pays du Golfe, pour défendre l'interdiction faite aux femmes saoudiennes de conduire. La vidéo, qui a provoqué de vives protestations en ligne, a été énormément partagée [eng] sur YouTube.

L'Arabie saoudite est le seul pays [eng] au monde qui interdit aux femmes de conduire une voiture. Beaucoup d'efforts ont été fait pour supprimer cette interdiction, et plus particulièrement récemment, le 26 Octobre 2013 [fra], quand des douzaines de femmes ont partagé des vidéos d'elles conduisant une voiture lors d'une journée consacrée à la défiance de cette interdiction [fra].

L'”historien” saoudien souligne que :

Contrairement à lorsqu'elle monte un chameau, conduire place la femme en danger de viol, ce qui est, pour les femmes saoudiennes, une expérience bien pire que pour n'importe quelle femme d'Occident, où les femmes “se fichent” d'être violées. 

Pour enfoncer le clou, il a suggéré de faire venir des “chauffeurs étrangers de sexe féminin pour conduire les femmes saoudiennes, afin de prévenir un risque de viol par les chauffeurs masculins. 

Global Voices Checkdesk : nous recherchons des informations sur l'état des infrastructures au Yémen

Des centaines des personnes auraient été tuées dans la guerre au Yémen depuis que l'Arabie Saoudite a lancé une opération militaire contre le pays, le 26 mars. Épaulée par ses alliés du Golfe, ainsi que l’Égypte, la Jordanie, le Maroc, le Soudan et le Pakistan, l'Arabie Saoudite à lancé une opération aérienne nommée “Tempête décisive” contre les combattants Houthis qui avaient pris le contrôle du Yémen en janvier.

Des sources sur place rapportent pour le moment que des écoles, des aéroports, un pont, des usines et des maisons ont été détruites.

La blogueuse yéménite Noon Arabia explique :

Ce que 19 jours de frappes aériennes #OpDecisiveStorm [Opération Tempête Décisive] sur le Yémen ont réussi à semer jusqu'ici : la mort, la souffrance, la détérioration des conditions de vie, la destruction des infrastructures

Elle ajoute:

Sanaa est maintenant privée d'électricité, de gaz, d'Internet, et bientôt d'eau et de nourriture, bien qu'à Aden on ait souffert avant, et beaucoup plus. #Yemen #OpDecisiveStorm

A Global Voices Checkdesk, un projet lancé en partenariat avec Meedan, nous recherchons des informations et témoignages sur les dégâts causés par cette guerre sur les infrastructures au Yémen.

Checkdesk est un outil de liveblogging pour les journalistes, avec des outils intégrés pour permettre aux journalistes citoyens comme aux professionnels de rapporter et confirmer des faits. N'importe quelle personne de la communauté peut soumettre un contenu – un Tweet, une photo, une vidéo ou tout autre média –  et apporter des précisions qui enrichissent le contexte des contenus. Les journalistes professionnels peuvent alors ajouter ces éléments à un article plus élaboré.

Pour rejoindre notre équipe, envoyez un mail à Amira Al Hussaini

Recenser les journalistes libanais sur Twitter

Mustapha Hamoui (@Beirutspring) recense actuellement les journalistes libanais présents sur Twitter. Il compile une liste de leur compte Twitter. La liste comprend des journalistes non Libanais qui couvrent ce pays. Vous pouvez accéder au Google Doc ou l'alimenter ici.

Le ministre iranien des TIC promet qu'Instagram ne sera pas (complètement) bloqué tant qu'une alternative n'aura pas été trouvée

Page 15 of Shargh newspaper contained the headline: "The promises of the Minister of ICT to clear the problems of mobile social media.

La page 15 du journal Shargh, avec ce gros titre : “La promesse du ministre des Technologies d'information et de communication (TIC) de régler les problèmes liés aux médias sociaux. Les responsables au ministère préparent une campagne”. Capture d'écran par l'auteur. 

Le principal journal réformiste d'Iran, Shargh, a publié dimanche dernier [le 5 avril] un article intitulé : “La promesse du ministre des Technologies d'Information et de communication (TIC) de régler les problèmes liés aux médias sociaux”. Le ministre des Technologies d'information et de communication Mahmoud Vaezi parlait principalement des filtrages appliqués sur les applications mobiles populaires, et notamment d'Instagram.

Voici ce qu'il a expliqué à Shargh :

اصلا نگران نباشید. تصمیم مشخص ما آن است که فعلا برنامای برای محدودیت فعالیت شبکهای اجتماعی موبایلی نداریم و قطعا زمانی این موضوع را اعلام خواهیم کرد که جایگزیهای مناسبی برای این شبکها در داخل کشور ایجاد شده باشد.

Vous ne devriez pas être inquiets. Notre politique actuelle est de ne pas restreindre les activités sur aucune des applications mobiles des réseaux sociaux, et quand nous annoncerons effectivement [des restrictions], ce sera quand nous aurons trouvé une alternative à ces réseaux dans le pays. 

La popularité des applications mobiles a conduit à l'annonce de directives émanant d'institutions autres que l'administration actuellement en charge, comme l'institution judiciaire pour tout ce qui concerne le filtrage. Shargh souligne:

بعد از چندیبار تذکر از سوی نهادهای بالادستی به وزارت ارتباطات مبنی بر ارائه برنامای جهت نظارت هرچه بیشتر بر محتوای این شبک ها، «فیلترینگ هوشمند» به عنوان اولویت برنامای دولت مطرح شد زیرا واعظی وزیر ارتباطات معتقد است تمام آنچه از طریق این شبکها منتشر مشود، شامل محتوای نامناسب نیست، بلکه نزدیک به 90درصد مطالبی که روی این شب ها قرار مگیرد، جزء محتوای پاک است.

Après quelques avertissements envoyés par les hautes autorités au gouvernement, le ministère a décidé d'appliquer un filtrage intelligent, qui sera utilisé en priorité par le gouvernement dans la mise en place de la surveillance des réseaux sociaux, car [le ministre des Technologies d'Information et de communication] Mahmoud Vaezi ne pense pas que tous les contenus publiés soient néfastes. Près de 90% de ce qui est publié sur ces réseaux sont des contenus acceptables.

Le filtrage intelligent utilisé actuellement signifie que des utilisateurs de téléphones portables en Iran ne peuvent pas accéder à certaines pages choisies.

Après la publication de cet article, un chercheur en Internet, Amir Rashidi, souligne que la phrase du ministre concernant le manque d'”alternatives” viables est une manière politique de concilier les intransigeants (comme l'institution judiciaire) et ceux qui souhaitent plus de liberté sur Internet (comme l'administration Rohani). Comme le note la chercheuse Nariman Gharib dans le tweet ci-dessous, l'application Lenzor, alternative iranienne à Instagram, existe déjà.

@maasalan there is an alternative right now in Iran. Lenzor

— Nariman Gharib (@ListenToUs) April 12, 2015

@maasalan Il y a une alternative déjà disponible en Iran. Lenzor.

@maasalan @ListenToUs i think “alternative” is just an excuse for him to keep hardliner away from blocking those apps

— Amir Rashidi (@Ammir) April 12, 2015

@maasalan @ListenToUs je pense qu'”alternative” est juste une excuse pour lui pour rester intransigeant sans bloquer ces applications.

 

Le Yemen à travers la littérature : six écrivains qui valent le détour

Sur le blog Arabic Literature in English (Littérature arabe en Anglais), M. Lynx Qualey présente six auteurs contemporains yéménites  incontournables.

 Comme dans tous les pays en difficulté ou très peu de livres de littérature moderne sont publiés, il existe très peu d'ouvrages yéménites traduits en anglais. Il en existe cependant certains car de nombreux écrivains yéménites ont reçu des récompenses nationales et internationales.

Ces auteurs sont : Mohammad Abdul-Wali, Zaid Mutee Dammaj, Ali al-Muqri, Wajdi al-Ahdal, Nadia Alkowkabani and Shawqi Shafiq.

Qualey a souhaité écrire sur ces auteurs yéménites suite à la publication d'un article dans le Yemen Times le 23 mars 2015 intitulé “Crise politique et insurrection littéraire au Yemen”. L'article parle d'autres écrivains connus comme Marwan Ghafory, Mohammed Algharbi AmranHabib Sorori, Safa’a Al-Habal, Ahmed Al-Sakkaf ou Samir AbdulfattahRamzia Al-Iryani.

Il traite de l'impact de la crise politique sur le monde de l'édition et explique comment, en revanche, “ce que le pays est en train de vivre donne envie aux écrivains d'écrire. Ils essaient de réféchir sur ce qui se passe autour d'eux avec leur travail. L'article poursuit : “L”instabilité politique n'augure rien de bon pour le Yemen mais à en croire l'année 2014, la littérature nationale a un bel avenir.”

Les médias sociaux francophones disent #JesuisKenyan

Twitter users show support for Garissa victims via Arnaud Seroy on twitter

Soutien pour les familles et victimes de l'université de Garissa au Kenya, sur Twitter, via Arnaud Seroy

Le  2 avril 2015, au moins 147 personnes ont été tuées sur le campus de l'université de Garissa au Kenya par des terroristes, selon le KRCS, le Centre national kenyan des opérations de secours. Le centre signale aussi que  79 personnes ont été blessées et que 587 personnes ont été évacuées de l'université actuellement. Les soupçons sur les commanditaires de cet attentat se portent sur le mouvement Al-Shabaab,  basé en Somalie, qui a de fait depuis revendiqué l'attentat. Les témoignages terribles des survivants ont provoqué une vague de solidarité mondiale. Le monde francophone, toujours marqué par l'attentat de la rédaction de Charlie Hebdo, a réagi par des marques de solidarité envers les victimes de Garissa sur les médias sociaux, avec le hashtag  #JesuisKenyan , qui fait miroir au #JesuisCharlie du 7 janvier dernier. Ce sujet se place en seconde position dans les Trending Topics de Twitter le 3 avril. Voici quelques un de ces tweets. 

 

 

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site