· Août, 2015

Billets de Brèves de Août, 2015

Bolivie : Entrez et allaitez votre bébé

❤️ a las mamás!!#redmonkeypatio #téorgánico

Posted by Red Monkey on Thursday, August 13, 2015

Ici on aime les mamans !!

Depuis le mur Facebook de Red Monkey, restaurant végétarien et vegan de La Paz, en Bolivie, la photo d’une offre réservée aux mères qui allaitent a été partagée, et l’initiative saluée.

Bien qu’il ne soit pas mal vu d’allaiter en public en Bolivie, et que la Bolivie soit de fait, selon des données du Ministère bolivien de la Santé, le deuxième pays avec le meilleur taux d’allaitement maternel exclusif, cela ne signifie pas pour autant que l’allaitement soit encouragé ou protégé dans l’espace public (dans des restaurants et autres lieux qui ne soient pas la rue). C’est pour cette raison que l’initiative de cette entreprise de commerce de bouche du quartier de San Miguel a autant attiré l’attention.

Des start-ups africaines remportent le concours “FinTech for Agriculture 2015″

Deux start-ups africaines ont remporté un concours régional organisé par Village Capital :

Village Capital a annoncé le 7 juillet dernier le nom des premiers vainqueurs de son programme innovant, FinTech for Agriculture 2015. Ce programme soutient des entrepreneurs afin de rendre les services financiers plus abordables et accessibles pour des petits exploitants agricoles et d'autres personnes non-bancarisées en Afrique de l'Est. Il est soutenu par la Fondation DOEN, la Fondation MasterCard et Duncan Goldie-Scot.

Plus de 65% des Africains sub-sahariens n'ont pas recours aux institutions financières ou aux comptes mobiles pour épargner ou emprunter de l'argent. L'accès aux services financiers peut être particulièrement difficile pour les petits exploitants agricoles, souvent éloignés d'un point d'accès financier. De plus, de nombreux entrepreneurs prometteurs en phase de démarrage, confrontés au problème, ne trouvent pas les ressources dont ils ont besoin pour prendre leur envol.

Le programme East Africa: FinTech for Agriculture 2015 de Village Capital a fourni ces ressources à 12 entrepreneurs prometteurs dans les premières étapes de leur développement et provenant de toute l'Afrique de l'Est. Ce programme les a également soutenus au travers d'une formation en développement commercial, de mentorat et via des opportunités de rencontre de clients potentiels et d'investisseurs. A la fin de ce programme de 12 semaines, les entrepreneurs participants se sont évalués à partir de 6 critères, et ont choisi les deux entreprises qui ont chacune reçu un investissement de 50 000 USD. Les deux entreprises séléctionnées sont :

Atikus Insurance (Rwanda); élargit l'accès au crédit en augmentant la capacité des PME prêteuses via une assurance repensée et une technologie de gestion des risques.

Farmerline (Ghana, se développant à l'Afrique de l'Est); fournit des informations agricoles précises et à jour aux agriculteurs et fournit également aux parties prenantes une technologie leur permettant de mieux travailler.

[Tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.]

Voilà ce que donne Michael Jackson chanté en quechua

A 14 ans, la jeune péruvienne Renata Flores Rivera fait sensation sur les réseaux sociaux grâce à ses reprises de tubes fameux qu'elle interprète en langue quechua. Sa version de “The way you make me feel”, du défunt Michael Jackson, dont le clip a été tourné sur le site des ruines incas de Vilcashuamán, à Ayacucho, totalise un demi-million de vues sur YouTube.

En Amérique du Sud, sept millions de personnes parlent le quechua, ce qui en fait la deuxième langue la plus pratiquée après le guarani. Cependant, bien qu'étant considérée comme langue officielle au Pérou, au même titre que l'espagnol, seulement 19 % de la population le parle dans ce pays.

La mère de Renata, Patricia Rivera, travaille pour l'Association culturelle Surca, un programme de prévention contre les drogues et de diffusion de cette langue andine ancestrale intitulé “Nous aussi les jeunes on parle quechua” auprès d'adolescents d'Ayacucho. C'est ce qui a permis à Renata de faire partie de l'initiative.

L'association a été fondée il y a 11 ans dans le but d'amorcer un changement positif chez les jeunes et les enfants à travers l'art. Comme signalé dans le journal El Comercio, sa volonté est de préserver le quechua en tant que langue ancestrale.

Dans un article intitulé, le quechua peut-il survivre?, Ana Saroly affirme qu'il y a 600 ans le quechua était devenu la langue unificatrice de l'Empire inca mais qu'il risque aujourd'hui de perdre de son importance. Il est donc essentiel que les nouvelles générations l'apprennent et en soient fières.

Les commentaires sur la page Facebook de la jeune chanteuse sont, en grande partie, positifs. Ricky Anthony Ascoy Velarde annonce par exemple : “Nous soutenons tous et sans discriminaton notre langue maternelle, qui est unique, merci PEROU, pour ta grandeur”.

Sur Twitter, la reprise en quechua d'un autre grand classique du rock interprété par Renata est déjà partagée :

La chanson de The Animals, “The house of the rising sun” en langue quechua par une jeune adolescente, Renata Flores Rivera

La prochaine reprise qu'elle prépare est “Fallin”, d'Alicia Keys.

Le coordinateur des recherches des étudiants d'Ayotzinapa tué par balle

Au Mexique, le coordinateur des recherches de 43 étudiants normaliens de Ayotzinapa Miguel Ángel Jiménez Blanco a été assassiné. [Selon le Ministère public, le corps du leader a été retrouvé par la police au volant d'un taxi]

Miguel Ángel Jiménez Blanco, 45 ans, a été retrouvé mort dans son taxi le week-end dernier, tué d'une balle dans la tête.

L'inaction de la part des autorités face à la criminalité organisée, dans l'Etat mexicain de Guerrero, l'avait mené à créer une association d'auto-défense en 2013. L'année suivante, une délégation de ce groupe entamait les recherches des 43 étudiants de l'école rurale de formation des maîtres de la communauté d'Ayotzinapa, disparus le 26 septembre 2014.

Il avait été interviewé par la BBC à ce sujet :

Le drame de ceux qui recherchent les disparus de l'Etat de Guerrero. L'affaire des 43 étudiants disparus a permis de mettre en évidence le drame que vivent des dizaines de familles à la recherche d'êtres chers disparus ces dernières années dans le sud du pays.

L'activiste n'a pas retrouvé les étudiants, mais grâce à son travail de recherche, 129 corps ont pu être remis aux autorités en vue de leur identification.

Allemagne : une bourse du travail en ligne pour les migrants, Workeer.de

Screenshot der Seite workeer.de

Capture d'écran du site  workeer.de

Capture d'écran de la première bourse du travail pour les migrants et les employeurs “qui ne veulent pas laisser passer leur chance”

Workeer est la première Bourse du travail spécialisée pour les migrants en Allemagne.

La plate-forme a vocation de devenir un espace commun aux migrants et aux employeurs, pour l'accès au marché du travail allemand et pour permettre une meilleure adaptation des travailleurs à la demande.

Cette bourse du travail a trouvé son origine dans un thèse de deux étudiants, David Jakob et Philipp Kühn, pour que les travailleurs migrants motivés, volontaires et souvent bien formés professionnellement puissent au travers de leurs histoires personnelles, leurs spécificités culturelles et leurs expériences enrichir durablement les entreprises.

Pour ses deux fondateurs, cette bourse a un fort potentiel, au delà de la mise en relation  des migrants et des employeurs. Ils insistent aussi sur le fait que l'intégration des migrants dans le marché du travail allemand pourrait produire un changement durable dans le climat social. Voici ce qu'ils écrivent sur leur site Internet:

Une entrée réussie des migrants sur le marché du travail est un succès pour la société dans son ensemble. Les migrants ne sont ainsi plus dépendants des prestations sociales, mais peuvent subvenir eux mêmes à leurs besoins. Comme contribuables, ils deviennent même acteurs de la performance économique de l'Allemagne. Il ne faut pas non plus sous-estimer l'amélioration du climat social produit par l'intégration réussie des migrants. Notre société ne peut que tirer profit d'une intégration réussie dans le marché du travail. 

La plateforme doit permettre de présenter les exigences et compétences particulières des migrants en recherche de travail. Un profil pourra ainsi être créé pour, par exemple, mettre l'accent sur des compétences linguistiques.

Les employeurs potentiels pourrons également dans le futur accéder à des conseils  spécialisés permettant de faciliter le franchissement des obstacles administratifs. Ce projet, encore en phase de rodage, devrait être officiellement en service à la fin de cette années 2015. Ses créateurs souhaitent que l'activité en cours soit prise rétroactivement en considération.

Ce qui fait de Nairobi le meilleur Centre de TICS en Afrique

Elvans Kidero révèle les raisons secrètes de la réussite de Nairobi dans le secteur des TICS en Afrique :

Où se situe le Centre des TICS en Afrique? En Afrique du Sud, au Nigeria ou à Nairobi, la capitale du Kenya? En terme de croissance, cela devrait être Nairobi, avec un taux de croissance prévisionnel du secteur TIC de de 15 pour cent cette année pour mon pays, comparé aux 6 pour cent de l'économie dans son ensemble.

Le Kenya et Nairobi – surnommés “Silicon Savannah” – ont connu une expansion fulgurante ces dernières années grâce aux partenariats internationaux et au développement de produits locaux, le plus célèbre étant M-PESA le service mobile de transfert d'argent ayant révolutionné les services financiers pour des centaines de millions d'individus à travers le monde. Des plateformes d'innovation comme iHub ont favorisé l’émergence de jeunes entrepreneurs des TICS en offrant des opportunités d'incubation et de travail collaboratif. D'autres produits comme le M-Farm, une application fournissant aux acheteurs et vendeurs agricoles des informations à temps réel sur le marché et iCow, un service d'information sur l'agriculture par SMS – juste pour n'en citer que quelques uns – ont vu la technologie des Nairobiens se diffuser bien au delà des frontières de leur ville.

Rien que durant ce mois, en vrai catalyseur de Nairobi, IBM a ouvert un important centre de recherche de données dans notre ville, pour confirmer notre statut de chef de file. Cette structure va appuyer l'analyse des grandes bases de données, favoriser la décongestion du trafic, améliorer l'efficacité et la rapidité d'accès à l'information et aux services.

Qu'est-ce qui fait que Nairobi progresse si vite?

Des services secrets serbes surpris à s'informer sur l'achat d'un logiciel de surveillance

Capture d'écran de l'un des nombreux courriels de gestionnaire de comptes de l'équipe Hacking équipe adressé à agent de la Serbian State Intelligence Agency (Service d'espionnage de l'état serbe) de 2012. Crédit photo SHARE Défense, utilisée avec permission.

Capture d'écran de l'un des nombreux courriels du gestionnaire de comptes de l'équipe de Hacking Team adressé à un agent de la Serbian State Intelligence Agency (Service d'espionnage de l'état serbe) de 2012. Crédit photo SHARE Défense, utilisée avec permission.

L'ONG militante serbe SHARE Defense (PARTAGER Défense) a rapporté en juillet 2015, qu'une fuite de courriels et de fichiers appartenant à la société de logiciels basée à Milan, Hacking Team (HT), publiés sur Wikileaks, révèlent qu'au moins un service de sécurité serbe s'est informé et a négocié l'achat de logiciels de surveillance de cette société en 2012. Il y a également des preuves qu'un ou plusieurs comptes de messagerie du Ministère serbe de la défense ont servi comme cobayes pour tester le logiciel espion fabriqué par la société italienne.

Le logiciel en question est un Remote Control System (système de commande à distance), ou RCS, qui fonctionne essentiellement par la propagation de virus sur les ordinateurs et les téléphones mobiles des personnes sous surveillance. Selon des source de l'ONG SHARE, la plupart des clients utilisant ce logiciel sont des gouvernements du monde entier et leurs services de sécurité.

L'équipe juridique de SHARE Defense a également attiré l'attention sur les organisations qui pouvaient être en mesure d'obtenir la permission et se permettre légalement d'utiliser un tel logiciel:

La Fondation Share a rappelé la législation concernant ce type de logiciels en Serbie depuis 2013 suite à l'affaire “Trovicor”, indiquant que les règles sur l'importation de biens à double usage devaient être appliquées et qu'un permis du Ministère du commerce, du tourisme et des télécommunications était obligatoire. […]

Si nous supposons que certaines organisations peuvent être autorisées à utiliser ce matériel, dans notre système juridique ce ne serait pas possible sans une décision de la justice en conformité avec la loi. Toute autre manière de s'en servir serait une violation flagrante des droits de l'homme qui sont garantis par la Constitution de la République de Serbie et de nombreuses conventions internationales.

 

Une jeune créatrice de mode israélienne imprime la première collection 3D au monde

3D printed skirt, top, and shoes from the collection of Israeli fashion designer Danit Peleg. (Source: DanitPeleg.com)

Jupe, top et chaussures imprimées en 3D, de la collection de la créatrice de mode israélienne Danit Peleg. (Source: DanitPeleg.com)

La créatrice de mode et innovatrice Danit Peleg, 27 ans, a de quoi faire parler d'elle dans le monde entier. La créatrice de la première collection au monde de vêtements imprimés en 3D explique :

Mon objectif était de créer une collection de prêt-à-porter imprimée entièrement à la maison en utilisant des imprimantes accessibles à tous. J'ai passé l'année dernière à chercher la meilleure solution.

Elle ajoute :

Imaginez le potentiel… si vous avez froid, imprimez votre propre veste. Vous voyagez sans bagages ? Imprimez simplement vos vêtements dans votre chambre d'hôtel. Serons-nous bientôt capables de créer, partager et imprimer nos propres vêtements à la maison ?

Postée sur YouTube le 22 juillet 2015 et sur la page Facebook de Start Up Nation le 29, la vidéo promotionnelle de Peleg présentant la ligne de vêtements et expliquant sa fabrication a récolté 2,8 millions de vues et a été partagée 50.000 fois à ce jour.

La collection est faite d'une étoffe de plastique similaire à du fil appelée Filaflex et utilise une imprimante Witbox. L'impression en trois dimensions se fait par une série de juxtapositions et d'assemblages d'étoffes pour créer un effet d'empilement de chaque couche successive. Le magazine Fashionista explique que chacune des créations de Peleg a nécessité 400 heures pour être imprimée ; l'impression des chaussures a pris plus de temps.

À une époque où la technologie de l'impression 3D progresse et devient plus rapide et plus abordable, les utilisateurs pourraient télécharger et imprimer les fichiers depuis chez eux, comme ils le font avec les patrons de vêtements en deux dimensions. Peleg prédit :

Je pense que c'est seulement le début. Avec l'évolution des technologies, nous serons bientôt en mesure d'imprimer nos vêtements à la maison.

Le site “Films for Actions” publie le top 100 des documentaires “qui peuvent changer le monde”

Après des années de promotions et de critiques de documentaires dévoués au changement social, le site Films for Action a publié une liste de ce qu'ils considèrent être les 100 documentaires les plus influents et provocateurs. Des critiques aux médias grand public, en passant par le monde des affaires, avec des idées et des solutions proposées pour et par le “monde majoritaire” [les pays en développement], cette liste de films présente un grand nombre d'idées considérées comme cruciales à débattre.

La liste comprend des documentaires comme L'économie du bonheur (2011), disponible gratuitement dès le mois d'août, et La crise des civilisations (2011), basé sur le livre de Nafeez Mosaddeq Ahmed.

Les documentaires ont ce pouvoir incroyable de sensibiliser et de créer des prises de conscience à la fois au niveau personnel et global. […] Tous les films sélectionnés sont soit accessibles gratuitement en ligne, soit disponibles à la location en ligne également. Il y a plusieurs films que nous aurions aimé ajouter à cette liste, mais ils ne sont pas à ce jour facilement accessibles. Lorsque cela changera, nous actualiserons cette liste au fur et à mesure. Profitez-en !

Un arc-en-ciel géant transforme un quartier pauvre d'une ville du Mexique

Un quartier pauvre du Mexique fait beaucoup parler de lui. @germencrew ont transformé le quartier de #palmitas en un vif arc-en-ciel, connectant la communauté de plus de 200 foyers à travers une palette de couleurs. Plus d'images sur #designboom.

Un quartier pauvre du Mexique a été transformé en un arc en ciel géant par le collectif Germen Crew – une jeune organisation regroupant 15 peintres muralistes et artistes de rues, sous la direction de Mibe (Luis Enrique Gómez Guzmán), qui a fait équipe avec le gouvernement Mexicain.

Les 200 maisons du quartier de Palmitas, dans la ville de Pachuca (Etat d'Hidalgo), sont maintenant liées par les couleurs.

Le gouvernement du Mexique a laissé les artistes de rues peindre 200 maisons pour unifier la communauté

Un autre exemple de cette nouvelle tendance de “peinture murale urbaine” est le fameux marché de Jamaïque à Mexico, qui comprend plus de 1000 étals vendant des fleurs, des arrangements floraux, des plantes ornementales, et des accessoires de jardinage. L'année dernière, l'équipe a crée une peinture murale représentant le rituel symbolique de la “Terre Mère” (Tonantzin) donnant naissance à une forme vivante se transformant en fleurs sur la façade sud du célèbre marché aux fleurs.

“Les stéréotypes sur la femme nicaraguayenne s'incarnent en une forme de violence devenue incontrôlable”

Dans son article d'opinion publié dans le média alternatif ConexionesKatya Najlis développe les idées qui se cachent derrière le harcèlement de rue des femmes au Nicaragua. Le texte présente de nombreux exemples et réflexions. Ces derniers établissent une corrélation entre la plupart des théories défendant le droit de libre circulation des femmes en Amérique Latine sans se soucier des dangers, et les conventions sociales qui perpétuent les inégalités de genre :

Les stéréotypes sur la femme nicaraguayenne s'incarnent en une forme de violence devenue incontrôlable. Le machisme considère le corps de la femme comme un bien public. L'utilisation d'images sexistes contribue à cette réalité, la violant ainsi de manière implicite et la positionnant en tant qu'objet. […] Malheureusement, certaines d'entre nous, femmes, sommes arrivées à penser que c'est “normal” ou que “par notre faute”, nous sommes victimes de ce type d'abus, et que les agresseurs profitent des voies de transport  –en particulier les routes–, pour nous offenser sexuellement.

 

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site