· décembre, 2010

Billets sur Tunisie de décembre, 2010

Tunisie : “Dorénavant, on n’a plus peur” !

  31/12/2010

L'année 2010 s'achève en Tunisie par une agitation sociale que beaucoup de blogueurs espèrent décisive pour forcer le changement dans leur pays. Face a la censure d'Internet et des médias en Tunisie, c'est sur les réseaux sociaux que les Tunisiens coordonnent la mobilisation et s'informent depuis treize jours, à travers un mot clé: #sidibouzid. Avec une question : pourquoi les événements en Tunisie n'ont-ils pas l'écho du soulèvement iranien ? Pourquoi parle-t-on toujours de la censure chinoise, et jamais du black out policier d'Internet en Tunisie ?

L'année 2010 sous le signe de la tragédie, dans les médias citoyens francophones

  28/12/2010

Encore une année riche en événements marquants et qui restera sous le signe de la tragédie dans le monde des médias citoyens francophones. Le mois de janvier a donné le ton avec les effets du séisme en Haïti et décembre a vu les élections en Côte d'Ivoire prendre une tournure dramatique. Revue de l'année 2010 à travers le prisme des médias citoyens francophones.

Tunisie : Emeutes après la tentative de suicide d'un chômeur

Un Tunisien au chômage a tenté de s'immoler par le feu pour protester contre son impossibilité à trouver du travail, ce qui a déclenché une vague de violents affrontements sur place et un mouvement de solidarité sur les plate-formes de réseaux sociaux. Tandis que le sort de Mohamed Bouazizi, 26 ans, de Sidi Bouzid, dans le Sud tunisien, reste inconnu, les internautes de Tunisie se sont saisis de l'affaire pour déplorer le manque d'emplois, la corruption et la détérioration des droits humains dans leur pays.

Tunisie : pendant Wikileaks, la censure continue

  09/12/2010

Les activistes tunisiens se sont précipités sur les dernières dépêches de l'ambassade américaine en Tunisie publiées sur Wikileaks, dédiant un nouveau site web pour les mettre à jour et discuter des révélations liées à leur pays. Cela a déclenché une nouvelle vague de censure sur Internet.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site