· Septembre, 2017

Billets sur Afrique Sub-Saharienne de Septembre, 2017

Le conflit dans l'est de l'Éthiopie expliqué

Le plus récent conflit en Éthiopie a fait des dizaines de morts et des milliers de déplacés. En cause, comme toujours, le manque d'eau et de terres.

Phil Paoletta à Bamako raconte la mobilisation mondiale pour aider le regretté Boukary Konaté dans sa maladie

Depuis Bamako, Phil Paoletta, un Américain résident au Mali, a lancé un appel à fonds pour la collecte de 8 500 dollars qui devaient servir pour l'évacuation de Boukary...

Ouganda : La police enquête sur des meurtres en série de femmes

"C'est si triste que nous n'ayons pas les vrais suspects. La manière dont certaines des femmes sont tuées est terrible et humiliante."

L'accord de financement de 20 milliards USD entre la Chine et la Guinée soulève de nombreuses questions

"Le Guinéen reste sceptique parce que cela ne se traduit pas dans l’amélioration de son quotidien"

“Mon rêve, c'était d'apporter Internet à mon village” Un dernier hommage à Boukary Konaté par ses collègues et ses proches

"Il incarnait ce qu'il y a de meilleur dans ce bas monde et personnifiait la dignité d'être un sage parmi les hommes."

Netizen Report : Le gouvernement du Togo ferme l'Internet et les SMS devant l'escalade protestataire

Au sommaire de ce numéro du Netizen Report de Global Voices Advocacy : Togo, Inde, Chine, Egypte, Russie... et Japon

La République Centrafricaine gangrenée par un conflit sans fin

Les signes avant-coureurs d'un génocide apparaissent partout aujourd'hui, et le soutien de la communauté internationale manque sur le terrain.

Les Nigérians attendaient de leur président absentéiste un discours sur sa santé, il leur parle des tensions ethniques

Le premier discours du Président Muhammadu Buhari au retour de son long congé-maladie au Royaume-Uni a fustigé les commentaires en ligne "questionnant notre existence collective de nation."

En Ethiopie, les habitants de la région d'Oromia en grève pour la libération de leurs prisonniers politiques

Rues et magasins habituellement bondés sont restés vides quand les Oromos sont restés chez eux au lieu d'aller travailler.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site