Pourquoi la jeunesse thaïlandaise est descendue dans la rue

Une foule dense de jeunes thaïlandais sont rassemblé.e.s autour du monument de la démocratie à Bangkok, levant trois doigts en signe de protestation.

Des manifestant·e·s pro-démocratie, sous l'impulsion des étudiant·e·s du groupe “Jeunesse libre” et du Syndicat des étudiant·e·s de Thaïlande, réclament des réformes démocratiques le 18 juillet 2020, autour du monument de la démocratie à Bangkok. Photo et légende par Darika Bamrungchok pour EngageMedia.

Malgré les restrictions liées à la pandémie de COVID-19 et l'application d'un décret d'urgence qui interdit les rassemblements de masse, de jeunes activistes thaïlandais·es continuent à organiser des manifestations de grande ampleur à travers le pays. Ce mouvement en faveur de la démocratie, mené par des étudiant·e·s, est inédit dans l'histoire moderne de la Thaïlande : c'est en effet la première fois que la monarchie est critiquée aussi publiquement, le crime de lèse-majesté étant passible d'une peine de prison.

La première vague de manifestations a éclaté en février 2020, à la suite de la dissolution forcée d'un parti d'opposition, un incident qui a indigné les jeunes et les a inspiré·e·s à organiser des actions en faveur de la démocratie. Malgré le confinement en mars, le « tremblement de jeunesse » s'est poursuivi, autour de jeunes thaïlandais·es qui utilisent Internet pour s'exprimer sur des sujets politiques, construire des réseaux de résistance, et lancer des actions de protestation en ligne.

La seconde vague de contestation a été impulsée par une manifestation menée le 18 juillet à l'initiative d'étudiant·e·s, autour du monument de la démocratie, un lieu iconique de Bangkok. Plus de 2 000 manifestant·e·s se sont rassemblé·e·s pour porter trois revendications : la dissolution du Parlement ; une révision de la constitution, introduite par le régime militaire ; l'abolition des arrestations arbitraires et des méthodes d'intimidation visant les opposants au gouvernement.

L'appel à une réforme de la monarchie [en] figure également parmi les grands axes de mobilisation. Ce sujet est non seulement tabou en Thaïlande, mais les critiques encourent des poursuites pénales en vertu de la loi draconienne de lèse-majesté [dont l'application très large sanctionne les insultes et les critiques envers la famille royale mais concerne aussi l'expression d'une volonté de réforme de la monarchie, ndlt].

Les étudiant·e·s et les jeunes activistes relaient ces revendications grâce à diverses formes de protestation en ligne et hors ligne. Le salut à trois doigts inspiré de la célèbre série américaine Hunger Games est par exemple devenu un symbole de défiance envers le pouvoir et d'engagement pour des réformes démocratiques.

Le 16 août, plus de 20 000 personnes se sont à nouveau rassemblées autour du monument de la démocratie dans le centre-ville de Bangkok. C'était la plus grande manifestation en Thaïlande depuis la prise de pouvoir par l'armée en 2014.

Depuis, des dizaines de leaders du mouvement étudiant, d'artistes et d'activistes pour les droits humains ont été convoqué·e·s par la police et menacé·e·s de poursuites judiciaires sans fondement. Malgré cela, ce mouvement mené par des jeunes a gagné tout le pays. Les défenseurs de la démocratie de divers horizons ont aussi participé à plusieurs rassemblements organisés par des étudiant·e·s.

Par ailleurs, de jeunes activistes de Hong Kong et de Taïwan ont publié leurs propres déclarations de soutien, témoignant de l'influence croissante de la #MilkTeaAlliance (Alliance du thé au lait), une campagne pour la démocratie menée par des internautes, qui vise à contrecarrer les activités des trolls chinois.

Pour en savoir plus sur le gouvernement thaïlandais qui dirige le pays avec l'appui de l'armée, vous pouvez consulter notre dossier portant sur la période 2014 – 2017.

Notre partenaire EngageMedia a également publié un article de décryptage sur la situation en Thaïlande (en anglais).

Enfin, nous continuerons à partager le travail de nos partenaires thaïlandais Prachatai and The Isaan Record.

Cette page sera mise à jour régulièrement pour vous faire part de l'évolution de la situation en Thaïlande :

[Article disponible en français quand le titre est dans cette langue.]

What's happening in Thailand? Youth activists rally to protect democracy, freedom of speech

« Khon Kaen en a assez » : des activistes pro-démocratie manifestent au nord-est de la Thaïlande

Student Union of Thailand president arrested over anti-government protest

Les manifestations menées par des jeunes en Thaïlande sont soutenues par des citoyens réclamant une «vraie démocratie»

De l’horticulture au cosplay d’Harry Potter, des moyens créatifs pour protester contre la répression en Thaïlande

Human rights defenders and journalists under attack in Southeast Asia

Students lead mass protest against dictatorship at Thailand's Democracy Monument

« Tremblement de jeunesse » en Thaïlande : l'activisme au temps du COVID-19

Netizens from Hong Kong, Taiwan, Thailand brew ‘Milk Tea Alliance’ against Chinese speech police

Hong Kong activist Joshua Wong responds to Thai Army Chief

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site