· mai, 2023

Image via capture d'écran YouTube Le Monde Afrique

Zone géographique s'étendant au nord de l’Afrique subsaharienne, le Sahel est aussi le terrain d’une guerre sanglante, principalement sur plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, qui dure depuis 20 ans. Ce conflit, un des plus meurtriers au monde, a fait des dizaines de milliers de morts et continue de déplacer des millions de personnes sur le continent africain.   

Le Sahel, dont le nom veut dire “rivage” en arabe, est une partie de l’Afrique subsaharienne qui part de l’Atlantique sur la côte ouest à la Mer rouge sur la côte est de l’Afrique. Géographiquement, la zone sahélienne couvre une dizaine de pays : le Cap-Vert, le Sénégal, le Sud de la Mauritanie, le Mali, l’extrême nord du Burkina Faso, l'extrême sud de ll’Algérie , le Niger, l'extrême Nord du Nigeria, le Centre du Tchad, l'extrême Nord du Cameroun, le Centre du Soudan notamment le Darfour et le Kordofan, et l’Érythrée. Par extension, la zone couvre aussi les pays de la Corne de l'Afrique : Djibouti, l’Éthiopie, la Somalie.

C’est une zone principalement désertique où la présence humaine est dominée par des populations essentiellement nomades, comme les Baggara, les Kanembou, les Daza, les Peuls, les Touaregs. Ces derniers sont présents dans cinq pays: au Burkina Faso, au Niger, au Mali, en Libye et en Algérie mais sont souvent considérés comme citoyens de deuxième catégorie par leurs gouvernements. 

D’autre part, La zone sahélienne jouit d’un climat semi-aride et d'une saison chaude qui dure presque 8 à 10 mois qui n’est pas favorable aux activités agricoles. L’élevage est donc la principale activité génératrice de revenus des nomades. 

L’année 2003 marque un tournant dans la vie des peuples vivant au Sahel. 

La guerre civile algérienne (1992-2002) qui oppose le gouvernement algérien aux groupes islamistes se solde par la victoire du gouvernement algérien et la fuite des groupes islamistes vers le Sahel où ils trouvent refuge au nord du Burkina-Faso, du Mali et du Niger. Rapidement ces groupes nouent des contacts avec des bandes criminelles locales et  procèdent à des enlèvements et prises d’otages, des demandes de rançons afin de disposer des ressources nécessaires pour mener à bout leurs luttes et revendications.

Pour se renforcer, ils forment des groupes armés et des groupes rebelles tels que: Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO), Ansar Dine, le Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM), l’État islamique en Afrique de l'Ouest (EIAO), État islamique dans le Grand Sahara ( EIGS). Ils se lancent aussi dans l'autodéfense des territoires sur lesquels ils se sont installés et dans la conquête de nouveaux territoires. 

L’Azawad, territoire situé au nord du Mali et totalement désertique, devient peu à peu le bastion de groupes djihadistes composés majoritairement de peuples touareg qui réclament l’indépendance de l’Azawad.

Face à eux, les gouvernements du Sahel font appel à des partenaires militaires occidentaux et onusiens: en 2013 par le biais de l’opération Serval conduite par la France, remplacée en 2014 par l’opération Barkhane. Concrètement, il était question pour ces partenaires militaires de soutenir les armés locaux des pays de la zone: Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad dans leur combat contre le terrorisme dans le Sahel à travers la formation, le renforcement en équipements et la mise à disposition des renseignements.

L’insécurité grandissante et l’échec de ces opérations militaires ont conduit à la chute de gouvernements civils au Mali, Burkina Faso et récemment au Niger ; remplacés par des militaires qui pensent pouvoir mieux gérer la situation sécuritaire et politique, parfois avec le soutien de la Russie. Ceci reste à démontrer car pour le moment, on assiste à une remontée en puissance et une multiplication des attaques.

Les conflits du Sahel entrent dans leur vingtième année et ont déjà fait des dizaines de milliers de morts, y compris des enfants. Selon un rapport de l'Institute for Economics and Peace (IEP), le Sahel est devenu le conflit le plus meurtrier de toute l’Afrique. Malgré cela, il reste peu couvert dans les médias internationaux, Global Voices se donne donc pour mission d’apporter une couverture régulière, multilingue et ouverte sur différentes perceptions de ce conflit.

Billets sur Sahel: la plus grande crise terroriste au monde de mai, 2023