Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Palestine : Le blocus de Gaza brisé par deux bateaux

[Tous les liens de ce billet pointent vers des sites en anglais, sauf indication contraire]
 Le 23 août 2008, les deux bateaux qui tentaient de rallier la bande de Gaza (en français), en témoignage de solidarité, ont atteint leur but, malgré des avertissements préalables qu'ils n'y seraient pas autorisés. Les blogueurs ont réagi à cette action avec un mélange d'excitation et d'inquiétude.
Avant l'annonce de la nouvelle, le blogueur pro-palestinien britannique bruised earth a craint le pire  :
Ceci n'apparaîtra pas sur les écrans-radars de la plupart des bulletins d'information ce week-end (alors que la désignation par Obama de Joe Biden comme colistier à la Vice-présidence monopolisera sans aucun doute toute l'attention des médias), mais c'est une histoire très importante à noter pour ceux qui s'intéressent à Gaza, et encore plus à la liberté de protester et de manifester. Selon la chaîne de TV Al Jazeera, le ministre israélien des Affaires étrangères Aviv Shiron a proféré des menaces contre deux navires du groupe  protestataire «Libérez Gaza», qui tentaient d'accoster à Gaza pour livrer des ballons et des prothèses auditives. Je dis bien, une cargaison dangereuse de ballons (pour les enfants) et de prothèses auditives (pour les durs d'oreille). Selon des rumeurs, la Marine israélienne pourrait même faire feu sur les bateaux quand ils arriveront sur la côte de Gaza dans les heures qui viennent. Ne vous laissez pas entraîner dans le tourbillon d'informations sur le choix du vice-président, et ne quittez pas Gaza des yeux – c'est important.
La blogueuse palestinienne Laila El-Haddad, qui blogue sur Raising Yousouf and Nour, est personnellement impliquée dans cette action :
Beaucoup d'entre vous ont  probablement entendu parler maintenant du mouvement “Libérez Gaza”, dont les deux bateaux avec à bord 46 activistes civils (y compris mon oncle, ingénieur au Royaume-Uni), originaires de 14 pays, tentent de briser le blocus de Gaza en ralliant ses côtes depuis Chypre. Parmi les passagers se trouve Jeff Halper, fondateur du Comité israélien contre les démolitions de maisons (ICAHD), (anglais), une religieuse catholique de 81 ans, la belle-soeur de l'émissaire au Moyen-Orient et ancien Premier ministre britannique Tony Blair, et une survivante de la Shoah de 84 ans. Leur arrivée est prévue pour aujourd'hui, et tout le monde attend avec anxiété de voir s'ils réussiront ou non. Leur voyage a été riche en problèmes techniques, mers agitées, signaux radios brouillés par le piratage électronique et téléphones bloqués.
Mais malgré tout cela, il semble qu'ils arrivent dans le port de Gaza ! Pendant ce temps, à Gaza, des centaines de milliers de Palestiniens attendent sur le rivage pour fêter cette arrivée tant attendue et audacieuse. Ma mère et ma tante étaient à bord de navires palestiniens du côté de Gaza, qui ont pris la mer pour saluer les navires internationaux ; apparemment ils ont dù faire demi-tour vers la côte de Gaza après des tirs de semonce de la marine israélienne. J'ai été dans l'impossibilité d'entrer en contact avec elles depuis ce matin, mais nous attendons tous avec anxiété de savoir si cette tentative de briser le blocus réussira et quel sera le prochain acte de cette saga héroïque.
Toutefois, d'autres activistes s'inquiètent de l'action de “Libérez Gaza”. Marcy Newman, une activiste pro-palestinienne qui blogue sur Body on the Line, désapprouve l'initiative de ces deux bateaux :
En dépit des bonnes intentions de nombreux activistes organisant ce voyage, il me pose de sérieux problèmes sur beaucoup de plans. 1° Il m'a semblé que les organisateurs ne voulaient pas nécessairement entrer à Gaza. Il semblerait plutôt qu'ils avaient l'intention de monter une action nécessitant de ne pas y entrer, simplement pour attirer l'attention sur le fait que ce blocus existe… Mon 2e problème avec le bateau  (est qu’) il n'apporte pas de provisions à Gaza, un endroit où les gens sont dans une pénurie désespérée (quelle litote) d'absolument tout, depuis les anesthésiques jusqu'au pain. 3° Le bateau demande aux gens de lever tout cet argent pour financer le bateau lui-même au lieu de l'utiliser pour soutenir la population de Gaza en réalisant par exemple des jardins communautaires pour nourrir les gens ; et les fonds ne sont pas levés juste pour le bateau, puisque les passagers ont dù payer leur voyage à Chypre et ensuite au moins 1 000 $ de frais pour le bateau. 4° On m'a dit que le nombre des personnes invitées ou sélectionnées pour monter sur le bateau, une fois à Chypre, serait ensuite réduit selon des critères inconnus. 5° Cet argent ne pourrait-il pas servir à quelque chose de mieux, c'est-à-dire pour les gens de Gaza ?… 6° Ces activistes ne resteront que quelques jours, semble-t-il, ou du moins la plupart d'entre eux, aussi je pense qu'il n'y aura aucune réelle solidarité ni de travail politique ou humanitaire de fait (ou, du moins, cela reste à voir). 7° Il y a des Israéliens sur ce bateau. Je suis sûre que ce sont des Israéliens qui se considèrent comme anti-sionistes, mais là n'est pas la question. Je suis sûre que certaines de ces personnes font du bon travail, mais le problème est que ce sont des Israéliens. Les gens qui organisent une telle action auraient dù réfléchir avant de monter une action qui en devient une pour la normalisation… Si les Israéliens s'intéressent à la situation, ils devraient travailler à l'intérieur de leur propre société pour mettre fin à l'occupation et instaurer le droit de retour des réfugiés palestiniens.
La blogueuse allemande Karin, sur Munich – and a little bit of everything, désapprouve elle aussi le principe de cette action, et y met son «grain de sel»  (anglais):
J'étais contre ce voyage dès le départ… Avant de développer, je veux clarifier une chose… J'ai été moi-même une activiste, je suis allée cinq fois à Gaza, j'aime les Gazaouites… je ferais TOUT en mon pouvoir pour aider à leur donner la vie qu'ils méritent, ce qui implique naturellement de lever ce BLOCUS INHUMAIN, tout comme, puisque nous parlons déjà du sujet, l'OCCUPATION EN ENTIER !
Tout ceci est une idée merveilleuse. Pourtant, la manière dont elle est réalisée est fausse. Le Hamas est le parti légalement élu qui dirige la bande de Gaza, mais qu'on l'aime ou pas, qu'on l'approuve ou le rejette, il est considéré comme un groupe terroriste par Israël tout comme par les pays d'Europe et les Etats-Unis… Le groupe navigant vers Gaza a reçu une invitation officielle du Hamas… alors, que va-t-il arriver à votre avis ? Un autre point que je veux souligner, c'est l'argent ! On a rapporté qu'ils ont collecté 300 000 $ (ou plus ?) pour acheter les bateaux et tout ce qui s'y rapporte. Imaginez le BIEN qu'aurait pu faire cet argent si par exemple il avait été donné à l’UNRWA, qui est autorisée à importer des marchandises ! Et les antibiotiques ?  Et les besoins urgents d'anesthésiques ?
Le blog arabe-américain KABOBfest  rapporte que les bateaux ont accosté :
Il est 6 heures 10 heure locale en Palestine, le Liberté et le Free Gaza viennent d'arriver à quai dans le port de la ville de Gaza. Si l'on excepte le jour où les Palestiniens ont abattu le mur de clôture à Rafah, en janvier dernier, c'est la première fois que le blocus de Gaza a été brisé.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site