Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les jeunes Egyptiennes ne veulent pas travailler !

Alors que certaines femmes luttent encore pour faire leurs preuves dans le monde du travail, la jeune génération égyptienne semble emprunter un tout autre chemin.
Fantasia a regardé un épisode de l'émission El Beyoot Asrar (Secrets de famille) dans lequel on débattait du travail des femmes, si elles devraient ou non travailler.

Deux groupes s’opposaient dans l’émission : les invités, des hommes et des femmes qui approchaient la cinquantaine et la soixantaine, et le public, essentiellement constitué de gens plus jeunes. Certains étaient étudiants et d’autres semblaient avoir à peine plus de 20 ans. Je ne me souviens pas précisément des propos de chaque intervenant dans l’émission. Cependant, les gens plus âgés étaient en faveur du travail des femmes. Les femmes invitées ont toutes évoqué leur expérience personnelle, la manière dont leur carrière professionnelle les a aidées et le soutien apporté par leur époux. Elles ont mentionné leurs enfants. A plusieurs reprises, on leur a demandé si leur carrière avait compromis l’éducation de leurs enfants et elles ont toutes répondu que ce n’était pas le cas. Jusque là, tout semble aller comme sur des roulettes. On pourrait penser que puisque les anciennes générations ont cette vision des choses, les plus jeunes seront certainement plus ouverts d’esprit et les femmes plus disposées à travailler.

Lorsque la jeune génération a eu l’occasion d’exprimer ses sentiments sur le sujet, Fantasia a été extrêmement déçue :

Un jeune homme, sans doute âgé d’à peine plus de 20 ans, a déclaré qu’il n’autoriserait pas sa femme à travailler quoi qu’il arrive. Il estimait que la place d’une femme était au foyer, un point c’est tout. Un autre jeune homme a déclaré : « Je donnerai à ma femme l’opportunité de travailler et je verrai si elle peut à la fois travailler, s’occuper seule des enfants, de la maison et (tenez-vous bien) de MOI !!!! (Il a deux ans ou quoi ?? Il faut aussi qu’elle lui change ses couches ?). Alors, je l’« AUTORISERAI » à travailler. Mais si elle échoue d’une manière ou d’une autre ou s’il estime qu’elle n’est pas à la hauteur…alors il lui « INTERDIRA » de trouver un emploi et de faire carrière !!! A mon grand désarroi et mon énorme déception, son opinion était partagée par plusieurs hommes du public.
Les femmes du public m’ont encore plus déçue. Toutes, et je dis bien toutes, les femmes du public (et j’ajouterai qu’à en juger par leur apparence, elles avaient à peine plus de 20 ans) ont déclaré que leur « REVE » était de se marier et de rester à la maison. Aucune, non AUCUNE, n’a mentionné le désir de faire carrière. Elles n’ont jamais évoqué ni envisagé la réussite professionnelle de quelque manière que ce soit. Elles étaient toutes des diplômées de l’université et ont choisi de renoncer à tout jamais à leur diplôme !! Deux d’entre elles ont dit qu’elles aimeraient travailler jusqu’à ce qu’elles rencontrent l’homme de leur vie. Pour elles, le travail était donc un moyen de mettre le grappin sur leur futur époux ! Lorsqu’on a interrogé ces filles sur leur ambition, leur réponse était très similaire à celle des garçons. Elles s’accordaient toutes à dire que les femmes n’avaient aucune ambition, que l’ambition d’une femme devrait être de cuisiner, de faire le ménage et de s’occuper des enfants. Elles estimaient toutes que l’ambition professionnelle d’une femme était un « mythe » auquel les médias occidentaux forçaient les femmes à croire !!!

Fantasia exprime sa frustration :

Ce que je pense c’est que notre pays a besoin de tout le travail et l’énergie disponibles pour sortir de cette crise économique et sociale. L’idée qu’une femme travaille va de soi. La question a été longuement débattue depuis plus de 120 ans et les femmes travaillent depuis que nos grands-parents ont atteint la majorité dans les années 40 et 50. C’est inhabituel qu’une société régresse à ce point et que les femmes perdent autant d’acquis en si peu de temps. Ce pour quoi les Egyptiennes ont travaillé si durement leur est progressivement coupé sous le pied… et elles en sont totalement inconscientes. Le lavage de cerveau qu’a subi notre culture ces vingt dernières années est stupéfiant !! Ce qui reste un mystère pour moi, c’est la manière dont l’on parvient à opprimer les gens tout en les convaincant qu’au départ l’idée d’oppression venait d’eux… si bien qu’ils pensent que l’oppression dont ils sont victimes est en fait une émancipation ??? Je sais que cela semble déroutant mais nous sommes les exemples vivants de cette logique pervertie.

Fantasia a également expliqué qu’elle n’était pas contre les mères au foyer mais…

Mais si toutes les femmes décident tout à coup de rester à la maison, ce n’est plus un acte de dévouement. Cela devient en fait quelque chose de très égoïste. Permettez-moi d’expliquer pourquoi :
1 – Pour commencer, les enfants n’ont besoin de leur mère que dans les toutes premières années de leur vie. Après 4 ans, tous vont à l’école si bien qu’en fait, une femme qui reste à la maison ne fait pas grand-chose pour son enfant. Le gouvernement a beaucoup œuvré pour les mères égyptiennes qui travaillent. Il existe en Egypte une loi très généreuse qui n’existe pas partout dans le monde, celle du « congé de maternité ». Une femme qui travaille en Egypte peut, grâce à la loi, s’arrêter de travailler jusqu’à 5 ANNEES.
2 – Les hommes prétendent qu’ils ont besoin d’une femme pour « s’occuper » d’eux. A moins qu’il ne soit invalide, aucun homme adulte et responsable qui travaille n’a besoin d’une femme pour s’occuper de lui. On apprend très tôt aux hommes à ne pas lever le petit doigt à la maison. Ils ne doivent pas faire le ménage ni cuisiner et tout ce « sale boulot » est indigne d’eux.
3 – Les hommes prétendent que si un homme peut subvenir aux besoins du foyer, il n’est pas NECESSAIRE que la femme travaille. Il s’agit là en fait d’un des arguments les plus agaçants. Les femmes égyptiennes coûtent au gouvernement des milliers de livres sterling pour leurs études universitaires, donc si une femme choisit de ne pas travailler, elle devrait rembourser cet argent afin qu’une autre personne puisse l’utiliser pour s’instruire et en faire profiter la société. Si cet argent était utilisé par le Ministère de l’éducation pour financer la recherche scientifique, ne serait-il pas mieux dépensé ? Donc, voici mon argument : si vous ne voulez pas l’utiliser, alors ne le prenez pas !!!
4 – Certains prétendent que les femmes empiètent sur les hommes et les chassent du monde du travail. En réponse à cette affirmation, j’aimerais dire que toutes les femmes n’ont pas quelqu’un qui subvient à leurs besoins. Quant aux hommes qui ont l’impression que les femmes empiètent sur leur territoire, je les prie d’être plus perspicaces. Ne sous-évaluez pas la valeur d’une femme qui travaille dans le bureau voisin car il se peut qu’elle en fasse plus pour sa famille que n’importe quel homme. Les femmes dans le monde du travail ont besoin d’être reconnues, respectées et appréciées. Elles ne sont pas envahissantes et leur valeur au travail n’est pas inférieure à celle de leurs homologues masculins.
5 – Les gens prétendent qu’il n’y a pas suffisamment d’emplois pour tout le monde…et qu’il faut donc que les femmes restent à la maison et laissent les hommes travailler pour que chaque famille puisse avoir au moins un revenu !! A cet argument j’aimerais rétorquer que même s’il n’y a pas suffisamment de sources de revenus pour tout le monde, il reste toutefois énormément de travail à faire dont personne ne se charge. S’il y a bien un concept dont nous entendons rarement parler en Egypte, c’est celui du bénévolat.

Fantasia termine son message sur une note très encourageante :

Donc, dire que les femmes devraient rester à la maison est égoïste, et c’est ce que disent les gens qui ne pensent qu’à eux. Notre pays a besoin de nous, nous sommes le moteur des progrès de notre nation. Nous avons tous besoin de travailler ensemble. Se plaindre de la corruption ou de ce qu’il est advenu de l’argent ne nous sera d’aucune aide. En revanche, le fait de travailler ensemble nous aidera. Je ne dis pas que la corruption n’entre pas en ligne de compte mais je dis que la corruption est devenue l’excuse qui justifie tout ce qui ne marche pas dans nos vies. Il y a tellement plus de choses que nous pouvons faire pour améliorer notre pays…il nous suffit d’essayer !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site