Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : La mutinerie est finie, les questions demeurent

Ce 26 février 2009 a été une journée de tension à Dhaka, la capitale du Bangladesh. La mutinerie et le siège [en anglais], qui ont duré 33 heures, des membres des garde-frontières (Bangladesh Rifles [BDR]), une force paramilitaire, qui se sentaient lésés, s'est terminée par leur reddition [en anglais], à leur Quartier-Général. Selon les journaux [en anglais], dix-sept membres des BDR (principalement des officiers) et quatre civils ont été tués. Les otages ont été libérés mais entre 65 et 100 officiers et soldats de l'armée [en bengali] sont portés disparus et on craint que la plupart d'entre eux n'aient été tués.

Il s'est produit de multiples rebondissements pendant toute la journée, alors que l'armée se préparait à une attaque afin de mater la rébellion. Des chars d'assaut ont circulé dans Dhaka et les habitants proches du quartier-Général des BDR ont été évacués. Mais après une intervention télévisée du Premier Ministre, les mutins se sont finalement rendus, ce qui a évité un bain de sang. Comme toujours, beaucoup de rumeurs on circulé sur les blogs et les tweets ont joué un rôle important dans la dissémination de l'information.

Voici quelques uns de ces messages sur Twitter [en anglais], qui donnent une idée du déroulement des événements de la journée :

PurpleRome Tout a commencé à Dhaka mais maintenant ça s'étend au reste du pays. Le Premier Ministre Sheikh Hasina s'adressera bientôt à la nation.

phpfour des bruits de foule à shahbag [en anglais]… des coups de feu continus entendus près de dhaka uni[versité]

mahmudur #bdr des hauts responsables militaires ont dit aux médecins de l'hôpital universitaire de dhaka d'être prêts pour de nombreuses victimes qui pourraient arriver dans peu de temps

seoexpertbd On est encore en plein affolement à cause des #BDR et je quitte mon travail plus tôt maintenant.

rajputro 9 autres corps découverts au qg des #bdr, l'un d'entre eux est celui d'une petite fille :(

On peut lire d'autres tweets [en anglais] en suivant ces liens :
http://twitterfall.com/dhaka
http://twitterfall.com/BDR

Des blogueurs comme BDfact ont rendu compte en direct [en anglais] sur leur blog de l'intervention télévisée du Premier Ministre. Unheard Voice a publié [en anglais] toute la journée des informations, heure par heure. Joruri Khobor a rassemblé [en anglais] toute une liste de messages de statuts Facebook rendant compte des événements.

Jessica Lim a publié [en anglais] des photos montrant l'angoisse de la population sur son blog et sur Flickr. Dhaka Daily Photo [en anglais] met d'autres photos en ligne.

Des vidéos des chars d'assaut traversant la ville ont été également mises en ligne. En voici une :

Shahnaz, sur Dhaka Dweller, apporte des précisions [en anglais] sur le contexte de la rébellion des membres des BDR et pose des questions :

Et voici comment ont été d'abord semées les graines du mécontentement. Les maîtres se considéraient comme une classe d'élite, très supérieure aux humbles serfs. Il y avait une grande disparité entre les officiers et la base au niveau de la solde, des avantages, des conditions de travail et de l'avancement, et il y avait des problèmes de corruption, pratiquée par des officiers supérieurs. […] Les garde-frontières ont fait part encore et encore de leurs doléances à leurs officiers, sans résultat. Leur Directeur Général avait promis de transmettre leurs revendications au Premier Ministre Sheikh Hasina quand celle-ci inaugurerait la semaine des BDR. Mais il a dû oublier sa promesse, car il ne s'est exprimé qu'au nom de ses officiers lors de cette circonstance solennelle. Les garde-frontières ont ressassé leur mécontentement toute la nuit.

Tous les Commandants de Secteur étaient réunis le lendemain dans Darbar Hall lorsqu'au cours d'une dispute entre des garde-frontières et des officiers, des armes ont été sorties et des coups de feu tirés. On ne sait absolument pas qui a tiré en premier, mais le résultat a été le même. Des garde-frontières et des officiers sont morts. Et des civils innocents ont été tués ou blessés. Des tirs d'armes légères et de mortiers ont été entendus. Des panaches de fumée ont été vus s'élevant de la caserne des BDR.

Dans une démocratie, où le pouvoir vient du peuple, on ne devrait pas laisser les revendications exploser de cette façon. Cette situation a pris par surprise le gouvernement, mais vraiment, est-ce que le gouvernement (bien qu'élu récemment) n'avait aucune idée de ce qui se préparait ? N'aurait-on pas pu empêcher ce qui s'est passé ?

Les blogueurs débattent en se demandant pourquoi les membres des BDR en sont venus à tuer leurs officiers, et en particulier, question controversée, “qui a tiré le premier”‘. Citant un officier de l'armée qui était présent, des médias rapportent [en bengali] que les garde-frontières des BDR ont tiré en premier sur les officiers. Mais ce blogueur [en bengali], qui cite son oncle qui était aussi présent, révèle que le chef des BDR a tiré sur un garde-frontières pendant l'altercation, et c'est ce qui aurait mis le feu aux poudres. Qui dit la vérité ?

Atiqul Haque fait la revue des témoignages de survivants [en bengali] dans les journaux et les blogs. Certains des officiers retenus en otages ont rapporté que des brutalités choquantes avaient été exercées à leur encontre. La sympathie du public a basculé des mutins des BDR aux soldats de l'armée qui ont été exécutés. Des blogueurs comme Dhrubo Hasan [en bengali] pleurent ces morts, et Nighat Tithi a fait ce commentaire [en bengali] :

খারাপ লাগছে মানুষের সহমর্মিতা পাবার জন্য তাদের মিথ্যাচার দেখে, শুরুতে টিভিতে একজন জোয়ান বলেছিলেন, মাত্র একজন অফিসার মারা গেছেন, তার নাম বলা যাবে না। অথচ বিদ্রোহের শুরুতেই ৭০ জন (প্রথম আলো'র সংবাদ অনুযায়ী) অফিসারকে গুলি করে মারা হয়েছে। শুধু তাই না, তাদের গুলির পাশাপাশি বেয়নেট নিয়ে খুচিয়ে আঘাত করে হয়েছে। এই কি স্বাধীন দেশের মানুষের নিজের ভাইয়ের প্রতি আচরন? এইসব তথ্য সম্পূর্ণ গোপন রাখা হয়েছিলো ! আহারে, মাত্র ১৭ জনের লাশ পাওয়া গেলো। বাকি লাশগুলোকে কি করা হয়েছে? তাদের কি দাফনও হবে না?

Je m'en veux d'apprendre que les garde-frontières des BDR ont menti pour avoir le soutien de la population. Au début, l'un d'entre eux a dit que seul un officier avait été tué, nous en tairons le nom. Mais environ 70 officiers (selon les médias) ont été tués au début de la mutinerie. Ils ont été aussi transpercés par des baïonnettes en plus des tirs. Est-ce ainsi qu'un frère traite un frère dans un pays indépendant ? Ces fait ont été cachés. Ah… seulement 17 corps ont été trouvés. Qu'est-il arrivé aux autres ? N'ont-ils pas été enterrés conformément aux rites ?

Le gouvernement a cédé aux demandes des BDR en leur accordant l'amnistie. Kamaluddin se demande [en bengali] à qui l'amnistie a été accordée. À ceux qui ont tué délibérément des officiers et des civils innocents ?

Unheard Voice demande [en anglais] au gouvernement de proclamer le samedi 28 février 2009 comme journée de deuil national afin d'honorer la mémoire des militaires et civils innocnts décédés, et justice pour les victimes.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site