Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Soupçons de torture sur deux blogueurs détenus

Deux blogueurs ont été torturés séparément au quartier général des Forces de sécurité égyptiennes. Un d'entre eux a été entretemps libéré tandis que le deuxième est soigné en prison.
maeit

Le journal Al-Dostour a cité les propos d'Adel qui a été relâché le 10 mars :

La torture comprenait des coups de fouet, la suspension et des électrochocs, Mohamed Adel a soutenu que chaque fois il y avait des médecins qui venaient le soigner pour effacer les traces sur son corps afin de cacher [les preuves de torture].

Le journal a ajouté que Mohamed est resté nu durant 5 jours. Pendant les séances de torture, les agents  lui posaient des questions sur des blogueurs et des journalistes en Égypte et sur ce qu'il savait sur leur compte, ainsi que sur ses idées concernant Gaza et le Hamas.
Adel, qui animait le blog Maeit , avait disparu depuis le vendredi  21 novembre 2008. Cinq jours après, le  Arabic network for Human Rights ](ANHRI) avait révélé qu'Adel était détenu au QG des Forces de sécurité de l'état au Caire. Il avait été appréhendé à cause d'une photo le montrant en compagnie d'une personnalité du Hamas. Cette photo avait été prise alors Adel participait à une caravane humanitaire se rendant à Gaza.
Avant sa libération, Adel avait commencé une grève de la faim le 28 février pour protester contre son isolement et son confinement.

De son côté,  Dia’ el Din Gad a reçu des soins du docteur de l'hôpital,  il a pu voir des membres de sa famille et un avocat dans sa prison située aux portes de la capitale, le Caire.

Dia’ el Din a été arrêté le 6 février dernier. Il est animateur du blog  Sout Ghadeb (La Voix en colère) dans lequel il avait l'habitude de présenter ses points de vue et ses critiques contre la politique égyptienne concernant Gaza. Il a aussi appelé le Président Hosni Mubarak, “Ehud Moubarak”, en référence au Ministre israélien de la défense Ehud Barak. Amnesty International qui considère Gad comme “prisonnier de conscience”, a mentionné son cas dans une récent communiqué :

Au cours des interrogatoires, les agents de sécurité ont plusieurs fois menacé de le torturer et de le maltraiter. D'autres prisonniers ont été apparemment amenés et torturés devant lui à coups d’ électrochocs. Il avait les yeux bandés en permanence, mais il entendait les hurlements de douleur, ceux des personnes qui étaient en train d'être torturées.Dia’ el Din Gad n'a pas été battu, mais il a été  agressé verbalement et menacé de ne jamais être libéré. Il n'a pu avoir aucun accès à des médicaments, malgré des difficultés respiratoires dont il souffrait avant son arrestation et pour lesquelles il prenait des analgésiques et d'autres médicaments.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site