Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Fidji : Débat après la dévaluation

Les blogueurs fidjiens ont beaucoup parlé de la dévaluation du dollar fidjien ces derniers jours.

En effet, le 15 avril 2009, la Banque de Réserve de Fidji a dévalué [en anglais] la monnaie nationale de 20 %, la rendant ainsi moins chère par rapport aux autres devises. Cela signifie qu'il faut plus de dollars fidjiens pour acheter des biens importés. Mais pour les clients étrangers, les produits et services fidjiens seront moins coûteux.

Les professionnels du tourisme ont bien accueilli [en anglais] cette décision, puisque des prix plus bas seront plus attractifs pour les touristes. Mais les services sociaux [en anglais] craignent que la dévaluation ne touche les plus pauvres, alors que le gouvernement vient également d'imposer le départ immédiat (dans les quinze jours) à la retraite de tous les fonctionnaires de plus de 55 ans [en anglais].

Loyal Fijian [en anglais] considère cette dévaluation comme l'une des décisions les plus graves prises par un gouvernement fidjien :

On ne peut pas nier que nous avons de gros problèmes, les amis.

Les hommes d'affaires intelligents, qui ont des relations, auront eu le tuyau et planqué leur pognon à l'étranger avant cette annonce. Les gens ordinaires paieront plus ce qui est importé.

La prochaine fois que vous irez faire vos courses et acheter des nouilles, du maquereau, du lait en poudre et pratiquement n'importe quoi d'autre, vous paierez plus.

Et ça s'ajoute au taux d'inflation qui doit être à deux chiffres maintenant.

L'économie fidjienne a déjà été durement touchée auparavant, ce qui était inévitable vu l'importance des troubles politiques que nous avons connus. Mais nous nous en sommes sortis sans effondrement de notre économie.

Sur Twitter, gilbertfiji conseillait [tweet effacé] aux Fidjiens expatriés :

Fidjiens travaillant à l'étranger ? C'est maintenant le bon moment d'envoyer de l'argent à Fidji, après la dévaluation du dollar fidjien.

Un billet, sur Intelligentsiya, argumente contre la dévaluation [en anglais] :

Peut-être que ce grand dessein est d'attirer l'argent étranger dans notre pays en laissant la majorité de nos concitoyens se bagarrer avec des prix en hausse de 20% sur les importations. Cela comprend les produits et services essentiels comme les emprunts immobiliers, l'alimentation (riz, farine, pommes de terre), le carburant, les médicaments, les matériaux de construction, etc, et devinez qui devra faire face aux pénuries et aux conséquences sociales ? Oui, toi, Bainimarama. Les “apolitiques” professionnels du tourisme (nous n'avons pas oublié de quelle façon ce groupe de pression était “apolitique” quand il se battait contre le projet de loi de Qarase sur les qoliqolis [en anglais]), devront eux aussi supporter des coûts plus élevés d'importation de nourriture, dont la production locale ne peut pas satisfaire les besoins.

L'argument disant que nos exportations vont augmenter ne tient pas. Notre principal produit d'exportation, le sucre, qui a perdu son principal client, l'UE, est en chute libre. L'augmentation des prix dans le pays, pour pousser les exportations, annule en réalité tout gain, comme l'économiste Satish Chand le souligne avec talent.

Fondamentalement, il n'y aura pas plus d'argent dans notre économie, et l'affirmation du Gouverneur illégitime de la Banque de Réserve de Fidji selon laquelle Nous, le Peuple, n'aurions à supporter l'inflation que pendant 12 mois est ridicule et franchement gonflée. Qu'est-ce que ce régime illégitime peut encore soutirer à son peuple ?

Les plus durement touchés seront les pauvres, affirme Raw Fiji News [en anglais] :

Après la dévaluation du dollar fidjien de 20 %, l'inflation, ou le coût de la vie, à Fidji, devrait augmenter, étant donné que les aliments et les biens importés deviendront plus coûteux à cause de l'affaiblissement du dollar fidjien.

Cela signifie que les prix du riz, de la farine, du thé, et d'autres produits de base vont augmenter, en touchant très durement les plus pauvres au porte–monnaie.

Attendez-vous à payer plus cher les tickets de bus et le carburant dans les prochaines semaines, parce que la principale importation fidjienne, le carburant, coûtera plus cher à l'achat.

C'est le moment de revenir à la terre et de cultiver votre propre nourriture.

Achetez ce qui est produit localement, les légumes et les fruits, et supprimez ce qui est trop riche de votre liste de courses hebdomadaire.

Talking Fiji souligne [en anglais] que c'est la confiance des investisseurs qui conduit à l'investissement, pas une monnaie moins chère :

Personnellement je ne vois pas comment la Banque de Réserve de Fidji et le gouvernement provisoire peuvent encourager les investissements étrangers en dévaluant notre dollar, parce que n'importe quel économiste vous dira que ça nous fera plus de mal que ça ne nous profitera.

Je suppose que c'est pourquoi c'est une option “en dernier recours”.

Les investisseurs étranger finiront par revenir à Fidji lorsque notre problème politique sera réglé, que les militaires retourneront dans leurs casernes et que la légalité et la démocratie seront rétablies.

C'est la confiance des investisseurs qui attire les capitaux étrangers, pas la dévaluation.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site