Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le projet “Exploring Taboos” à la marche pour les femmes au Caire

Les événements qui se sont produits pendant la révolution égyptienne sont bien documentés dans les principaux médias ainsi que dans les médias citoyens où les yeux du monde entier étaient rivés sur les développements ayant mené à la chute du président Hosni Moubarak le 11 février 2011. Même les blogueurs et coordinateurs de différents projets de Rising Voices en Égypte ont contribué à relater les événements à partir de leur expérience personnelle (en anglais).

Cependant, dans les mois qui ont suivi l'historique soulèvement populaire, une grande partie de l'attention du monde s'est portée ailleurs où des protestations similaires ont lieu ainsi qu'aux conséquences de catastrophes naturelles. Mais beaucoup de blogueurs égyptiens continuent à décrire les enjeux en cours durant cette période de transition.

Un grand nombre d'Égyptiens continue à promouvoir l'extension des droits des femmes dans l'Égypte d'après-Moubarak. Un membre du projet Exploring Taboos écrivait à propos de sa participation à la Million Women March qui a eu lieu le 8 mars 2011 et qui a été la scène de contre-manifestations et de harcèlement de la part de ceux qui étaient en désaccord avec les revendications (vidéo en arabe).

Image de la Million Woman March au Caire, source : Al-Jazeera English, utilisée selon les termes de la licence Attribution-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-ND 2.0).

Ahmed Awadalla du blog Rebel with a Cause a participé aux côtés des femmes qui étaient à la manifestation. Il décrit l'événement du point de vue d’ “un homme qui y est allé pour soutenir le rassemblement des femmes pour la liberté et la démocratie”. Il a participé en distribuant des tracts qui présentaient certaines des demandes, notamment une participation féminine significative dans la formation du futur constitutionnel, légal et politique du pays ainsi que la garantie d'une égalité totale et de droits pour les femmes. La manifestation a également appelé de ses vœux la création d'une loi laquelle pénaliserait les violences faites aux femmes, à la maison ou dans l'espace public. Il décrit dans ce billet les réactions de certains qui ont eu connaissance du contenu du tract et revendications des manifestants :

Nous avons commencé à scander en faveur des droits des femmes. Tout juste après, un groupe de quelques centaines d'hommes a commencé à se rassembler et faire la course de slogans ! Ils disaient : “L'homme est un homme et la femme est une femme ; vous êtes les enfants de Suzan Moubarak ; rentrez chez vous, femmes !”

Nous avons essayé de répliquer en chantant l'hymne national et disant “Hommes et femmes ensemble”. Ils ont eu l'air exaspérés par notre simple existence et leurs regards étaient pleins de sarcasme et moquerie. De toute évidence, la possibilité d'une candidature féminine à la présidentielle était au-delà de leur ego misogyne.

La partie choquante est qu'ils ont utilisé des slogans islamiques contre nous disant “La voix de la femme est une honte”, “pourquoi Dieu n'a-t-il pas envoyé des femmes prophètes ?”. Nous avons rapidement été encerclés et bousculés, des choses moches s'en sont suivies. Des femmes de tous âges étaient tripotées, on leur a tiré les cheveux, les mains sales de harceleurs étaient partout sur leurs corps. J'ai fait de mon mieux pour protéger mes ami(e)s et nous avons eu des altercations physiques et verbales.

J'ai été traité de “tafiole” défendant des “putes”. On m'a dit que je n'étais pas Égyptien puisque j'avais fait ça.

Il a décrit certains des arguments qui ont été utilisés à l'encontre des manifestants, y compris l'affirmation que ces demandes tombent au mauvais moment selon ce que d'autres croient être les besoins les plus pressants. Cependant, Awadalla est intraitable, écrivant que ces droits ne peuvent pas attendre et que ce ne sera pas la dernière fois où il se battra pour ce en quoi il croit.

J'espère que ce qu'il s'est passé aujourd'hui exposera au grand jour les attitudes inacceptables auxquelles sont sujettes les femmes. Davantage d'hommes doivent s'exprimer en faveur des femmes aussi. Cela avancera certainement notre cause.

La lutte est dure. Le régime et l'autoritarisme de Moubarak ont détruit le sens de la diversité des gens. Cela peut prendre des années pour qu'un changement de mentalité se produise. Je pense néanmoins que nous sommes prêts pour ça.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site