Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : L'affaire du tueur de flics devenu héros sur Internet passe au tribunal

“L'affaire” Yang Jia passe en justice aujourd'hui mardi 26 août 2008, après avoir été ajournée (en chinois) pour cause de Jeux Olympiques. Pour mémoire, Yang Jia avait été «harmonisé» (voir article sur Global Voices en anglais) après avoir été «héroïsé» par de nombreux internautes, pour être entré dans un commissariat de police à Shanghaï le mois dernier et avoir tué six policiers. De l'avis général, une injustice et des brutalités policières avaient été à l'origine de cette affaire, dans laquelle, selon la rumeur, Yang Jia aurait été du côté des victimes.
Nous sommes mardi après-midi, en Chine et de nombreux blogueurs attendent le verdict, dans le cas où il serait rendu aujourd'hui. Ecrire à ce sujet n'est pas très efficace, comme en a fait la démonstration l'avocat et juriste blogueur Liu Xiaoyan dans ce billet, sur son blog Sina : «Il est nterdit de publier des billets de blogs abordant l'affaire Yang Jia» :

昨天,有外媒采访我,让我谈奥运期间新闻和言论自由问题,我只好实话实说了。在奥运期间,管理部门不屏蔽外媒网站,我们可以自由地去游览,这确实是一大进步。但是,对网络言论的控制比以前更加严格,很多话题不能谈论,如写了这类博文也会被删除。

想不到奥运结束了,网络言论仍然没有放开。昨晚,我获知杨佳一案开庭的消息,立即写了博文发到各个博客,有的博客照样不给放行。我发在凯迪网猫眼看人论坛中的帖子,也被锁定不能予以回复。

今天上午,我又在该网发了谈杨佳案的帖子又遭锁定,网友不能加以评论和回复。

Hier, j'ai été interviewé par quelques médias étrangers; ils voulaient que je parle des questions de liberté de presse et de liberté d'expression pendant les Jeux Olympiques. Pendant les Jeux Olympiques, les autorités ont cessé de bloquer les sites Internet des médias étrangers, et nous étions libres d'y naviguer, ce qui constitue certainement un grand pas en avant. Mais les contrôles de l'expression sur Internet sont plus étroits qu'avant, et il y a beaucoup de choses dont on ne peut pas parler; même des billets comme celui-ci seront détruits.
Ce à quoi je ne m'attendais pas, c'est qu'une fois les Jeux Olympiques terminés, l'expression sur Internet ne soit toujours pas libérée. Hier soir, j'ai appris que l'affaire Yang Jia va passer en justice, et j'ai immédiatement posté l'information sur tous mes blogs ; certains d'entre eux, comme d'habitude, ne m'ont pas laissé faire. Le fil de discussions que j'ai posté sur le forum Cat898 est fermé, de sorte que personne ne peut y répondre.
Ce matin, un autre fil de discussions que j'ai posté sur l'affaire Yang Jia a été fermé :  les internautes ne peuvent ni laisser des commentaires ni y répondre.

中午,我给博客网一位熟悉的编辑发短信,希望能推荐一下博文《上海二中法院为何不在网上公布杨佳案开庭消息》。他回复短信称,有禁令。我又发短信询问,是以前的禁令,还是现在的禁令?他回复我说,以前的还在,现在的也有。

有网友将我的文章发到某论坛上,点击后打开不了。

正如《财经网》记者所说的,这一切是早有周密安排的。

Cet après-midi, j'ai envoyé un SMS à un ami proche, rédacteur de Bokee (en chinois), dans l'espoir qu'ils pourraient publier mon billet «Pourquoi le tribunal intermédiaire N° 2 de Shanghaï n'a-t-il pas mis en ligne l'information sur le procès de Yang Jia?». Il a répondu par SMS: c'est un ordre. Je lui ai répondu en lui demandant : «c'est un ancien ou un nouvel ordre ?» Il m'a répondu : «L'ancien est toujours en vigueur, et il y en a aussi un nouveau».
Certains internautes ont publié mon billet sur un certain forum, mais si vous cliquez dessus, il ne s'ouvrira pas.
Comme l'a dit justement le reporter de Caijing (en anglais), tout ceci a été soigneusement organisé depuis longtemps.
Un commentateur anonyme du billet de Liu a écrit : 
不让人说话,只能说明心里有鬼
(26/08/2008 13:43:55)
Empêcher les gens de parler suffit à montrer qu'ils cachent forcément quelque chose.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site