Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Madagascar : L'agitation s'étend

Le 26 janvier 2009 au soir, il y avait un léger espoir d'une résolution rapide de l’agitation en cours à Madagascar. Les leaders des camps opposés, le Président Marc Ravalomanana, du côté gouvernemental, et le maire de la capitale Antananarivo, Andry Rajoelina, pour l'opposition, annonçaient qu'ils allaient se rencontrer. Mais cette réunion a été annulée, apprenait-on le 27 janvier 2009, après que les deux rivaux n'aient pu s'accorder sur les conditions préalables à cette rencontre. Les pillages se sont poursuivis toute la journée dans la capitale, et plusieurs sources indiquent que les villes de province ont connu aussi des émeutes. (voir aussi notre précédente édition “Insurrection à Antanarivo”)

Sur Twitter, Daniel Austin [à 12 h 20 GMT], depuis la ville d'Ambositra, dans le sud du pays, a écrit le message suivant [en anglais] :

Une foule de 300 personnes brandissant des bâtons et des pierres a mis le feu au siège de l'administration forestière à Ambositra ce matin

Afin de mieux comprendre comment un pays plus connu jusqu'à présent pour son exceptionnelle biodiversité a atteint ce niveau d'agitation, voici une chronologie des événements politiques de l'année écoulée à Madagascar :

- Décembre 2007 : lors des élections municipales à Antananarivo [en anglais], le parti au pouvoir est défait par un jeune homme d'affaires, Andry Rajoelina (surnommé TGV), ne devant sa réussite qu'à lui-même, comme le Président, Marc Ravalomanana.

- Novembre 2008 : le projet visant à louer à l'entreprise sud-coréenne Daewoo Logistics la moitié des terres agricoles du pays provoque un profond ressentiment à Madagascar.

- Décembre 2008 : à la suite de la diffusion sur VIVA, une chaîne de télévision nationale appartenant à Rajoelina d'un message de l'ancien Président Didier Ratsiraka, le pouvoir ordonne la fermeture de VIVA, ce qui entraîne des manifestations.

- Janvier 2009 : inhabituelle série d'évasions des prisons [en anglais] dans tout le pays.

- Janvier 2009 : Alors que deux tempêtes tropicales viennent de frapper Madagascar, les manifestations contre le gouvernement, à l'appel de Andry Rajoelina, s'étendent. Par une ironie cruelle du destin, les régions touchées par les intempéries sont aussi les plus concernées par le projet de location des terres à Daewoo.

Malgré les appels au calme et à l'ordre lancés par le Président Marc Ravalomanana et son opposant Andry Rajoelina, les blogueurs continuent de faire état du pillage des grands magasins et également de coups de feu. Certains en appellent même à un couvre-feu, alors que la confusion continuait de régner (le 27 janvier 2009 à 10 h 00 GMT).

Beaucoup d'informations, parfois contradictoires, sont publiées en temps réel sur Twitter (#madagascar). Il faut, en lisant ces tweets, garder à l'esprit le contexte de frustration ressenti par la population malgache, ce qui permet de comprendre le manque d'objectivité de certains.

Voici ci-dessous quelques réactions de blogueurs :
Andry est en colère à cause du manque d'ordre [en anglais] :

Mon sentiment personnel est que le viol des lois et de l'ordre public est devenu légal et autorisé. Qui protégera les citoyens innocents ? Allons-nous rester là à attendre notre tour ?

(Pillage et incendie, par Andry)

Barijaona écrit [15 h 34 GMT] qu'il y a plus de policiers dans la capitale :

#madagascar : précision : forces de l'ordre plus présentes que la veille _à Antananarivo_ .

Sur Facebook, Carole a écrit :

15h15, les coups de feu ne s'arrêtent pas à Analakely, côté pavillons.

Des tweets récents, rapportant des informations diffusées à la radio, indiquent qu'un couvre-feu pourrait être mis en place cette nuit.

Photo page d'accueil du site de Andry

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site