Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cambodge : Douch inaugure le Tribunal spécial pour les Khmers rouges

Kaing Guek Eav, surnommé Douch, comparaît aujourd'hui pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité devant le Tribunal du Génocide Khmer rouge, mis sur pied avec l'aide de l'ONU (anglais). Douch dirigeait la tristement célèbre prison de Tuol Sleng à Phnom Penh, où plus de 12.000 personnes sont mortes. (article du Monde ici).

KI-Media reprend en une le reportage de la BBC, consacré à la biographie de Douch (anglais, comme les liens suivants).

Douch est né Kaing Guek Eav au début des années 40 dans la province centrale de Kampong Thom.
Il excellait dans les mathématiques et a ainsi pu accéder à des écoles d'élite. Après le baccalauréat, il a étudié à Phnom Penh pour devenir professeur. C'est là qu'il a rencontré des étudiants chinois et qu'il a été attiré par l'idéologie communiste. Il est ensuite devenu professeur de lycée, se faisant une réputation d'enseignant sévère et exigeant.

CAAI News Media publie un article estimant à 16.000 le nombre de morts à Yuol Sleng.

Douch a dirigé le centre de détention et de torture S-21 à Phnom Penh, où plus de 16.000 prétendus ennemis du régime ont été torturés puis conduits à leur lieu d'exécution. Seule une poignée a survécu.

La BBC a collecté des réactions de Cambodgiens, dont une déclaration de Sothea Thai, un éditeur Internet de 30 ans, habitant la capitale cambodgienne :

A vrai dire, ma famille n'a perdu personne sous ce régime. Aussi je ressens probablement autre chose que ceux qui ont perdu leurs proches. Mais le plus important pour moi, c'est une clarification de l'histoire de cette période.

Kounila Keo a du mal à concilier les assassinats avec l'histoire de son pays :

Je me demande vraiment si je peux moi-même pardonner à un homme qui a tué tant de gens sans ciller. J'y ai réfléchi, parce qu'en tant que Cambodgienne, j'ai été trop bouleversée pour croire à ce passé surréaliste de mon pays – un passé dont peu de pays en ce monde ont fait l'expérience. La grandeur, puis la désolation, l'essor, puis la chute.

2 commentaires

  • Il faut voir, voire “loucher”, sur le derrière de scène, dans les méandres de la politique nationale concoctée par les dirigeants cambodgiens de l’époque. Car le “moment” n’est pas aussi clair et ce ne pourra jamais être clarifié. Le pouvoir dans les mains permettra à son chef de tout faire, même changer le cours de l’histoire: le blanc devient ainsi noir et vice-versa comme pendant le génocide dont Duch n’était qu’un exécutant et “subordonné de la politique”. Regardons ce qui vient de se passer lors des limogeages à Phnom Penh. La maladie est encore persistante chez les personnalités nationales: osons au moins d’appeler un “chat un chat!”.

  • […] On Global Voices Online, the world’s largest Weblog aggregator, Cambodian Chinese American Chhunny Chhean compiled reactions from across the Web: Cambodia: Reactions as Duch opens Khmer Rouge Tribunal. Not surprisingly, it’s also available in French. […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site