Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cambodge-Thaïlande : Polémique autour du site ilovethailand.org

Le site ilovethailand.org récemment lancé provoque des remous en ligne. Le premier ministre thaïlandais Abhisit Vejjajiva a annoncé que ce site a pour but de restaurer l'image du pays et d'unifier la nation dans le contexte des récents troubles. La polémique est née des revendications de ce site sur «le territoire perdu» de la Thaïlande — territoire qui n'est autre que le Cambodge d'aujourd'hui.

KI Media rapporte [tous les blogs cités sont en anglais] :

L'important quotidien en anglais Phnom Penh Post a rapporté que les responsables cambodgiens s'agitent pour examiner les revendications. Il a cité M. Phay Siphan, le porte-parole du Conseil des Ministres, disant qu'«ils (les Thaïlandais) déforment les faits historiques. C'est tout à fait exagéré.» Selon le Phnom Penh Post, en 1794, la Thaïlande – alors appelée Siam – s'est emparée des provinces de Siem Reap et Battambang aux dépens du royaume Khmer en déclin, mais les territoires ont été restitués aux termes d'un traité de mars 1907 entre la Thaïlande et la France.

Khmerization, qui blogue sur KI Media, nous informe que ilovethailand.org a eu pour effet 

la naissance de ilovekhmer.org, un site web Khmer créé dans la seule intention de contrer les «accusations dont on peut prouver la fausseté» émises par le site du premier ministre thaïlandais, ilovethailand.org. Ce site a rencontré une popularité instantanée chez les internautes, avec son comptage virulent du nombre de visiteurs.

Le «territoire perdu» de la Thaïlande est illustré par une vidéo sur le site. L'ambassade cambodgienne à Bangkok a demandé le retrait de cette vidéo du site. Details are Sketchy, avec des commentaires de ThaRum, rapporte que ilovethailand.org est bloqué au Cambodge, mais on ignore quelle est la partie qui censure le site.

Sur Thai Intelligent News Weblog, on croit savoir que le «site aurait, dit-on, été piraté et rendu inaccessible dans de nombreux pays à travers la planète, lorsque des Thaïlandais en colère, soutenant la démocratie et férus d'Internet, ont attaqué le site.»

Thai Intelligent News Weblog poursuit en faisant la part du nationalisme parmi les autres préoccupations, affirmant :

Pour toutes sortes de raisons, la Thaïlande a un très grave problème d'image générale. La solution [Abhisit] est la campagne générale «I Love Thailand». La Thaïlande s'est déjà mise par le passé en difficulté avec ses voisins avec ce genre de nationalisme culturel et historique – ainsi avec le Laos, le Myanmar et le Cambodge. Le nationalisme est une bonne chose, si c'est un moyen d'édifier l'amour et l'unité du pays, mais s'il signifie le conflit avec les voisins, alors le nationalisme va trop loin.

Un autre blogueur thaïlandais, Thai 101, souligne que les règles et conditions de ilovethailand.org requièrent l'auto-censure :

Ce site semble être une variante non-économique de plan national de «relance». Un site web financé par le gouvernement sur lequel seuls sont admis ceux qui reconnaissent aimer leur patrie plus que leur vie pour n'exprimer rien d'autre que l'adulation et la louange pour elle. Je suis sûr que cela fera des miracles pour promouvoir un dialogue ouvert et réfléchi. Surtout cette menace voilée à la fin. Charmant.

La vidéo peut se voir ci-dessous et sur Bangkok Crimes, qui note que la «quatorzième tranche de territoire perdu est Preah Vihear

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site