Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mauritanie : Retour sur les premiers attentats suicides de l'histoire mauritanienne

La Mauritanie a été témoin des toutes premières attaques kamikazes de son histoire samedi 8 juillet, faisant trois blessés, dont un citoyen mauritanien et deux citoyens français. Alors que la couverture de l'attentat par les médias occidentaux avait été assez faible, la chaîne Al Arabiya basée à Dubaï a diffusé l'information depuis la capitale mauritanienne, Nouakchott, peu de temps après l'explosion. Cet article laissait entendre que le moment de l'attaque n'est pas une pure coïncidence [en anglais]:

L'explosion s'est produite trois jours après l'investiture du président Mohamed Ould Abdel Aziz qui a gagné les élections présidentielles le mois dernier, après avoir renversé le premier président élu démocratiquement en Mauritanie dans un coup d'état militaire l'an dernier. 

Le blog The Moor Next Door a rédigé un article détaillé sur cet incident et a dépeint une opinion publique furieuse de l'attentat mais encore plus remontée contre le régime :

Les réponses aux articles concernant l'attentat dans les médias arabes sur Internet en disent long.  Un commentaire répondant à un premier article sur l'attentat invectivait ainsi l'attaquant: “Débarrasse-nous du Général et là seulement nous t'accorderons le titre de “shahid” (martyr)!” D'autres ont condamné la stupidité de celui-ci tout en se moquant de ses origines haratines. Les Mauritaniens sont en colère, comme ils l'ont toujours été après toutes les attaques terroristes de ces dernières années. Mais si c'est bien l'explosion qui a suscité dégoût et frustration, ces sentiments sont majoritairement dirigés contre le pouvoir en place.  Alors que  l'attentat à la bombe est “l'événement” qui a le plus retenu l'attention des médias occidentaux depuis les élections présidentielles, les Mauritaniens se sentent plus concernés par d'autres problèmes, liés à la légitimité du pouvoir ainsi qu'à la menace despotique.

La blogueuse américaine Becky, qui travaille en tant que bénévole de les “Peace Corps” (Corps de la Paix) en Mauritanie déclare qu'il se peut que les volontaires de son organisation dans le pays soient démobilisés et rapatriés, ce dont elle se plaint [en anglais]:

Il s'agit d'un jour bien triste pour les bénévoles des Peace Corp en Mauritanie. Non seulement parce qu'il met notre futur en danger, mais aussi parce que ce pays que nous avons appris a considérer comme le nôtre va devenir aux yeux du monde un endroit dangereux et instable. On nous rappelle tout le temps que les terroristes sont des extrémistes et qu'ils ne représentent pas la majorité, donc je vais avoir beaucoup de difficultés à quitter toutes ces personnes qui n'ont rien fait de mal, même si ceux avec lesquels j'ai discuté comprennent.  

weddady, un utilisateur de Twitter, exprime sa frustration sur sa page quand il écrit [en anglais]:

weddady1

Al Jazeera et Al Arabiya font mention de Salka Bint Cheik parmi les victimes alors que les médias occidentaux l'occultent. Tirez-en vos propres conclusions.  #mauritania

Bien que peu de blogueurs aient jusque-là évoqué cet incident, la France a condamné l'attaque et le nouveau président Mohammed Ould Abdel Aziz a mis en garde contre de futurs attentats terroristes [ces liens sont en anglais].

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site