Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Province d'Aceh, Indonésie: Les adultères seront lapidés

Mauvaise nouvelle pour les époux adultères : la Chambre des représentants de la province d’Aceh a voté une loi [en anglais, comme tous les liens] qui inflige la peine de mort aux époux adultères. Les coupables seront lapidés.

Mauvaise nouvelle aussi pour les amants non mariés et les homosexuels : la nouvelle loi d’Aceh prévoit 100 coups de bâton et une amende de 100 grammes d’or pour les contrevenants.

Aceh est une province autonome d’Indonésie qui applique la charia. L’Indonésie est le pays majoritairement musulman le plus peuplé du monde.

The RAB Experience examine cette nouvelle loi controversée et répertorie ses dispositions applicables :

La lapidation est la peine infligée à ceux qui commettent sciemment l’adultère. Toutefois, cela ne s’applique qu’à ceux qui sont mariés et qui commettent ce délit en toute connaissance de cause. Pour ceux qui ne sont pas mariés, la sanction peut aller jusqu’à 100 coups de bâton. Parmi les preuves d’adultère acceptées figure le serment qui exige que celui qui le fait admette que s’il ment, il sera maudit dans cette vie comme dans la prochaine.

Ce qui est drôle – bien qu’il n’y ait rien d’amusant dans ce Kanun (réglementation régionale) – c’est qu’une femme qui est enceinte d’un enfant conçu hors mariage ne peut être accusée d’adultère sans qu’il n’y ait suffisamment de preuves de son délit.

Le Kanun évoque également le viol. Le viol inclut le sexe anal et oral. Mais, chose assez dérangeante, la définition implique que le viol ne peut avoir lieu entre époux.

L’autre aspect intéressant de ce Kanun est qu’il prévoit que des amendes soient payées en grammes d’or pur. Par exemple, si vous êtes pris en flagrant délit de Liwath (sodomie) ou de Musahaqah (homosexualité féminine), vous écopez alors de 100 coups de bâton et d’une amende de 1000 grammes d’or pur ou de 100 mois d’emprisonnement.

binsar pakpahan estime que cette loi « irrationnelle » ne convient pas à l’Indonésie :

J’ai trouvé cette nouvelle très perturbante. Selon moi, cette application particulière de la loi est davantage liée à une stratégie politique de certaines personnes qui vont se distinguer par cette position législative pour gagner en popularité afin de servir leurs futurs intérêts dans leurs propres partis politiques. Cela a également un impact négatif pour la majorité des musulmans modérés d’Indonésie. Je sais que la plupart de mes amis musulmans, si ce n’est tous, trouveront cette loi stupide, irrationnelle, malveillante et totalement inappropriée en Indonésie.

Quelques réactions sur Twitter depuis Jakarta en Indonésie :

tobybudiartono: Ce n’est pas demain la veille que j’irai dans la province d’Aceh!
tommysiahaan: Pourquoi faisons-nous marche arrière ?
dHeeLicious: Je pense que cela va à l’encontre des droits de l’homme.
ohhvi: La loi sur la lapidation et les coups de bâton d’Aceh : je pensais que ça n’existait que dans l’Ancien Testament. Sans blague, je suis en 2009 ou en 2000 avant Jésus Christ ?
yogibeau: Booooo! Je jure devant Dieu que je n’y mettrai jamais les pieds
erdina: Les choses deviennent de plus en plus effrayantes dans la province d’Aceh
erdina: Je n’en reviens pas quand je relis le projet d’Aceh de faire passer cette loi de lapidation. Comment avons-nous pu laisser faire une chose pareille ?

Des groupes de défense des droits de l’homme ont également qualifié cette nouvelle loi de « cruelle et dégradante pour l’humanité ».

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site