Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un garde-frontière indien est acquitté du meurtre d'une jeune Bangladaise

Au Bengale occidental, un tribunal spécial a jugé [anglais] qu'un garde-frontière indien n'était pas coupable de la mort par balle d'une jeune Bangladaise à la frontière entre l'Inde et le Bangladesh. Cette décision a provoqué une vague de colère au Bangladesh.

Le 6 septembre 2013, la cour a acquitté Amiya Ghosh, agent des forces de sécurité des frontières, des charges de meurtre qui pesaient sur lui. Ghosh était accusé d'avoir tiré sur Felani Khatun, d'origine bangladaise, le 7 janvier 2011 alors qu'elle tentait de traverser, en compagnie de son père, une barrière de fils barbelés à Anantapur, un point de passage de la frontière à Phulbari, un upazila (subdivision administrative) de Kurigram, pour revenir au Bangladesh [anglais]. Mortellement blessée, Khatun est restée suspendue aux fils barbelés, hurlant pendant quatre heures, jusqu'à ce qu'elle finisse par y mourir. Personne n'est venu l'aider.

De nombreuses photographies de son corps emmêlé dans les barbelés ont été publiées au moment du drame. L'acquittement de Ghosh le 6 septembre dernier n'a fait qu'empirer les relations déjà très tendues entre l'Inde et le Bangladesh.

Des étudiants forment une chaîne humaine devant la haute commission indienne dans le quartier de Gulshan à Dhaka pour protester contre le verdict rendu lors du procès pour le meurtre de Felani en Inde. Image par Indrajit Ghosh. Copyright Demotix (9/9/2013)

Des étudiants forment une chaîne humaine devant la haute commission indienne dans le quartier de Gulshan à Dacca pour protester contre le verdict rendu lors du procès pour le meurtre de Felani en Inde. Image par Indrajit Ghosh. Copyright Demotix (9/9/2013)

Le décision de la cour a déclenché de nombreuses réactions de colère [anglais] au Bangladesh, particulièrement sur les réseaux sociaux.

Sur Fabebook, Asfaque Nipun a qualifié cette cour spéciale de farce :

Le verdict est tombé ; “Personne n'a tué Felani!” Quelle mauvaise plaisanterie !

Farjana Jannat (@farjana_neela) a écrit sur Twitter qu'un tel verdict signifiait la mort de la justice :

Personne n'a tué #Felani ni suspendu son corps, tout ça s'est produit tout seul. R.I.P #Justice

Sur son compte Twitter, Subal Sarkar ( @burningNlearnin) explique qu'un tel verdict donnera lieu à de nouvelles tueries par les forces de sécurité aux frontières :

RT@bewahid: Le verdict pour le meurtre de Felani nous dit une chose : que ces meurtres brutaux vont se poursuivre.

Le Bangladesh a 3715 km de frontières communes avec l'Inde. Chaque année, nombreux sont ceux qui essuient les tirs des gardes-frontières indiens, parfois même pour avoir simplement longé la frontière. Selon un reportage de la BBC [bengali], 38 Bangladais ont été tués en 2012 par les forces de sécurité.

Sur Facebook, Shantanu Banik explique pourquoi ces personnes risquent leur vie :

Le Bangladesh est un tout petit pays qui côtoie la puissante Inde. L'immigration illégale et la traversée des frontières n'ont donc rien d'anodin. Chaque jour, des gens ordinaires prennent des risques extraordinaires dans l'espoir de trouver une vie meilleure de l'autre côté de la frontière.
C'est un délit mais un délit mineur. Personne ne mérite d'être confronté à cette politique de tir à vue pratiquée par les forces indiennes de sécurité de frontières. […]

Des étudiants forment une chaîne humaine dena nt la haute commission indienne pour protester contre le verdict rendu sur le meurtre de Felani en Inde.

Des étudiants forment une chaîne humaine devant la haute commission indienne pour protester contre le verdict rendu sur le meurtre de Felani en Inde. Image par Indrajit Ghosh. Copyright Demotix (9/9/2013)

Le Bangladesh est un marché important pour les produits et les médias indiens. De nombreux internautes ont appelé au boycott des produits indiens. L'écrivain et blogueur Akter Ahmed s'est adressé aux bangladais sur Facebook :

এই রায়ের বিরুদ্ধে আপনার ক্ষুদ্ধ প্রতিক্রিয়া এবং অনুভূতিকে সম্মান জানিয়ে বলছি- সম্ভব হলে টিভিটা একটু বন্ধ করেন, ‘কৌন বনেগা ক্রোড়পতি'র অমিতাভ বচ্চনের দরাজ গলার সামনে আপনার কথাগুলো বেশ অস্পষ্ট এবং বেমানান লাগছে!

En accord avec vos réactions et sentiments de colère, je vous le demande, s'il vous plaît, éteignez votre téléviseur. La voix d'Amitabh Bachchan's (un acteur indien qui présente la version indienne de “Qui veut gagner des millions ?”] à la télévision étouffe la vôtre.

Mais sur son compte Facebook, Muquit Muhammad n'adhère pas à cette idée :

ফেলানী হত্যার রায়ের সাথে ভারতীয় টিভি অনুষ্ঠান পছন্দ করার সম্পর্ক কি? ঐদেশের টিভি অনুষ্ঠান পছন্দ করি বলে আমার দেশের মানুষকে তাদের মেরে ফেলা যেমন জাস্টিফাইড না, তেমনি এই কুবিচারের প্রতিবাদে ঐদেশের টিভি অনুষ্ঠান বর্জনও কোনো যৌক্তিক প্রতিবাদ না|

En quoi le procès Felani est-il lié à un programme télé indien ? Au même titre qu'il n'est pas justifié de nous tuer parce que nous apprécions leurs programmes audiovisuels, il n'est pas logique de boycotter leur émissions sous prétexte qu'un mauvais verdict a été rendu.

Un événement Facebook a été créé pour organiser un sit-in devant la haute commission indienne au Bangladesh. La haute commission a demandé [anglais] à ce que l'on attende l'issue finale de ce procès. Selon un porte-parole, “une autorité compétente pourrait revenir sur le verdict”. Mais la cour spéciale ne permet pas à la famille de la victime de faire appel.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site