“Nous chantons sans peur” : au Guatemala, les voix des femmes s’élèvent contre les féminicides

Des femmes manifestent à travers la musique

Photo de l’auteure María Jossé España.

L’article initial a été publié en espagnol, le 14 octobre 2020.

[Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient vers des pages en espagnol, ndlt.]

Le 10 octobre dernier, des centaines de femmes sont descendues pacifiquement dans les rues de plusieurs villes guatémaltèques. Munies d’instruments de musique, de mouchoirs, de pancartes et de masques, elles dénoncent la violence à l’égard des femmes.

Bien que ces manifestations aient coïncidé avec le week-end consacré à la Journée internationale de la fille [fr], elles ont surtout été organisées en réponse aux meurtres récents de Litzy Cordón Guardado, étudiante, et de Laura Hernández Guevara, enseignante, dans le département de Zacapa, au sud-est du pays. Une vague de messages et de chansons soutenant les manifestations a inondé Twitter, accompagnés des hashtags #NiUnaMenos (pas une de moins), #JusticiaParaLitzy (Justice pour Litzy), et #JusticiaParaLaura (Justice pour Laura).

Selon l’Observatoire des femmes du ministère public, environ 200 plaintes pour violence de genre sont déposées chaque jour au Guatemala, dont deux pour féminicide. Selon l’Institut national des sciences médico-légales, 350 morts violentes dont les victimes sont des femmes ont été enregistrées entre janvier et septembre 2020.

Lors des rassemblements, les femmes ont chanté l’hymne Canción sin miedo (Nous chantons sans peur) de la chanteuse et compositrice mexicaine Vivir Quintana, dont les paroles décrivent les sentiments d’injustice, de tristesse et de peur ressentis par les femmes en situation de violence :

A cada minuto, de cada semana; Nos roban amigas, nos matan hermanas,” resalta, “Cantamos sin miedo, pedimos justicia; Gritamos por cada desaparecida,” seguido por “Que resuene fuerte: ¡Nos queremos vivas!; ¡Que caiga con fuerza el feminicida!

À chaque minute de chaque semaine, ils nous volent nos amies, ils tuent nos sœurs […] Nous chantons sans peur, nous demandons justice, nous hurlons au nom de toutes les femmes disparues. […] Entendez-nous : nous voulons rester vivantes ! Élevons-nous avec force contre le féminicide.

📍Ce week-end dans de nombreuses villes telles que Guatemala (ville), Huehuetenango, Xela, Comalapa, Cobán, Escuintla, Petén, Chiquimula et partout dans le pays, parlons d’une seule voix et demandons justice pour les victimes.

#PasUneDeMoins #JusticiePourFeminicide #JusticePourLitzy

Voici des photos de la manifestation organisée sur la Plaza de la Constitución dans la capitale guatémaltèque :

Une femme joue de la guitare en signe de protestation

Photo de l’auteure María Jossé España.

Une manifestante regarde les paroles de la chanson de Vivir Quintana

Photo de l’auteure María Jossé España.

Des manifestantes demandent justice pour les victimes de féminicides

Photo de l’auteure María Jossé España.

Une manifestante masquée dans la rue

Photo de l’auteure María Jossé España.

Les femmes sont descendues dans les rues munies de masques et de pancartes

Photo de l’auteure María Jossé España.

Des femmes se rassemblent et rendent hommage aux victimes

Photo de l’auteure María Jossé España.

une manifestante montre sa pancarte sur laquelle figure un message solidaire

Slogan : “Ils touchent à une de nous, nous répondons toutes.” Photo de l’auteure María Jossé España.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site