Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ouganda: Des Protestations ont Dégénéré en Chasse à l’Homme, Trois Personnes ont été Tuées

La semaine dernière, Joshua Goldstein a blogué sur la réaction des blogueurs Ougandais face à la décision du gouvernement Ougandais de distribuer 7.100 hectares de la Forêt de Mabira à un investisseur privé pour la plantation de canne à sucre. La décision a été critiquée par la société civile Ougandaise, dont la résistance à l'attribution incluait l’usage de SMS.

Hier, les blogueurs ougandais ont blogué sur la violence et les décès dans une protestation à Kampala contre le gouvernement de l'Ouganda et l'investisseur privé, Mahendra Mehta. On signale que trois personnes sont mortes après que la protestation a dégénéré en violence. Deux d'entre elles ont été tuées par la police.

L'investisseur privé impliqué dans la saga est d'origine indienne. Les Ougandais de descendant indien sont devenus les victimes des attaques de foule pendant la violence. Communists Socks and Boots écrit :

Il y a des émeutes à Kampala. A propos de la Forêt de Mabira, et la distribution prévue d’une partie de celle-ci. Quelques types veulent monnayer un phénomène irremplaçable (communément appelé ‘Forêt de Mabira’), et d'autres veulent qu’elle soit préservée. Le type censé acheter une partie de cette forêt est Ougandais depuis plusieurs générations, mais il est d'origine indienne. Ainsi, les Asiatiques du sud ont été les victimes du vacarme vous-voulez-nous-déposséder. Et j'ai entendu que deux d'entre eux ont été tués dans les échauffourées dans la ville. J'espère que ce n'est pas vrai. Puisque, si c’est le cas, ça montre l'une des choses que je déteste à propos de la démocratie. (hé, les Danois peuvent trouver matière à écrire !)

I’ve Left Copenhagen for Uganda rapporte:

Plusieurs personnes sont mortes aujourd'hui à Kampala lors de ce qui était supposé être une manifestation pacifique en faveur de la Forêt de Mabira. Parfois les choses escaladent rapidement, et aujourd'hui le Kampala amical est simplement devenu fou. L'homme derrière la compagnie qui doit acheter le morceau de la forêt est indien, et apparemment le rassemblement a pris une direction inattendue et a converti son courroux en chasse à l’homme contre les Indiens ou ceux qui les ressemblent

Son amie iranienne a été cernée au milieu des émeutes après qu'elle eut été prise pour quelqu’un d'origine indienne :

J'étais dans une réunion toute la journée et ai entendu parler des émeutes autour de 11 AM quand un de mes collègues coopérants expliqua comment elle avait été encerclée dans sa voiture MS rouge au milieu des émeutes pendant qu’elle allait au marché de Nakesero. Elle est d'origine iranienne ainsi la foule l'a prise pour une indienne. Quand vous voyez d'autres en train d’être lapidés par une foule déchaînée, d’autres arrachés des taxis, des magasins en train d’être pillés, vous pensez ‘à l'enfer avec une voiture rayée!’ – et elle s’en est sortie.

D'autres n’ont pas eu sa chance. Certains ont été lapidés, d’autres ont été tués par la police et d'autres ont été heurtés par des voitures.

Personne ne s’attendait à ce que la situation se transforme en chasse à l’homme pour ceux qui sont d’origine asiatique:

Nous n'avons pas imaginé que les choses s’envenimeraient si rapidement et si tragiquement. Une protestation pour sauver des arbres s'est rapidement transformée en chasse à l’homme contre ceux d'origine asiatique. Pour ceux ne sont pas ougandais, la personne à qui le gouvernement veut donner la forêt est un Asiatique. Ils ont été arrachés des taxis et leurs magasins ont été vandalises. Alors que j’écris, j'ai vu le corps d'un jeune homme indien couché sur le dos d'un camion de ramassage. Je me demande si et quand sa famille le trouvera.

La protestation, argumente Kelly’s Uganda Journal, a perdu son accent environnemental:

Et j'avais raison ! Il est seulement 11 heures et tristement deux personnes sont déjà mortes, elles ont été heurtées par une voiture filant à toute allure sur la route de Kampala en essayant d’échapper aux personnes qui s’apprêtaient à lapider le véhicule. En outre la protestation a perdu son emphase environnementale et a pris une tonalité anti-Asiatique. Apparemment d’après les rapports que nous obtenons, les manifestants chantent, “allez-vous-en Muhinde!” (Indien) etc. Un Indien a été également attaqué près de la banque Centenary sur la route de Kampala et la bifurcation de la route d'Entebbe et sa moto a été brûlée. Jusqu'ici aucun gaz lacrymogène cependant… Je lui donne une heure !

Ernest Bazanye va jusqu’à dire que les Ougandais s’en foutent pas mal de l'environnement, ils recherchent simplement des personnes sur qui blâmer leurs problèmes. Les riches deviennent la cible: “L’envie s’est transformée en racisme, qui s’est transformé en meurtre,

Les Ougandais s’en foutent de l'environnement. Bien, peut-être pas vous, mais cette foule elle s’en fout. Si les Ougandais s’en pétaient, pourquoi aurions-nous un problème avec des buveeras et pourquoi les gens n'emploieraient-ils pas des ampoules d'économie d'énergie, et pourquoi néanmoins feraient-ils leur blanchisserie au bord de lac, juste à côté du signe qui leur demande de ne pas le faire, et à que diriez-vous de ce désordre appelé le canal de Nakivubo ? Et pourquoi envahissent-ils toujours les marécages ? Ils envahissent les forêts aussi ! Et que diriez-vous de tout ce kasasiro et ces déchets partout où vous allez? Et pourquoi est-ce que l’ambition de tout le monde est de posséder une 4*4 buveuse d’essence et cracheuse de fumée ?

Cette émeute n'était pas au sujet de l'environnement. Je parie si cette démo avait été pacifique il y aurait eu des camelots profitant de la situation pour vendre de l'eau minérale et des kabalagala enveloppés dans du buveera sur place.

Les gens s’en foutent de l'environnement. Les pauvres veulent juste quelqu'un sur qui blâmer leur sort, ainsi ils blâment les riches. Par quelque raisonnement tordu ceci justifie ce que nous avons fait.
L'envie s'est transformée en racisme, qui s'est transformé en meurtre.

Kelly’s Uganda Journal a plus de détails de la violence dans les rues de Kampala:

- Oh cela n'a même pas pris beaucoup de temps, cinq minutes après avoir tapé le paragraphe ci-dessus nous avons été informés que le gaz lacrymogène avait été déployé. Apparemment les gens lapident également tous les véhicules qui arrivent et tous les Indiens sont effrayés et ont fermé leurs boutiques et ont été se cacher. Toutes les routes menant à la zone sont bloquées par la police.

- maintenant ils ont brûlé plus de choses et tué un Indien, aussi les indiens, environ 50 se sont sauvés vers une mosquée proche de la zone et sont gardés à l’intérieur- je peux seulement imaginer les conversations dénigrantes et remplies de haine se tenant à l'intérieur de cette mosquée en hindi et urdu, Punjabi et pourquoi pas, au sujet des Ougandais… si seulement j'étais une mouche parlant les dialectes indiens sur le mur !… La police essaye de sécuriser la zone autour de la mosquée.

- Un Indien conduisant un tracteur pour semi-remorque à Katwe a été brûlé, camion détruit, il a été précipité à l'hôpital de Mulago… comment ceci est-il arrivé jusqu’à Katwe ?

- Les militaires ont été déployés pour aider la police impuissante, les émeutiers se sont dispersés près du CPS, la Place Constitutionnelle et La Chambre Législative…du gaz lacrymogène a été déployé près du Parlement, sur la route d'Entebbe à partir de Kampala jusqu’au Clock Tower, aussi loin que le marché de Katwe, à CPS, etc…..

Ceci est vraiment devenu hors contrôle! Franchement je ne vois pas pourquoi la police ne peut pas contenir ceci, il n y a que 400 manifestants? ? ?

- beaucoup de détonations ont été entendus.
– les militaires transportent les Indiens au Commissariat de Police Central (CPS) pour la sûreté
– les militaires ont également sécurisé une mosquée près de Owino pour les Indiens.
– le ciblage concerne les bazungu (blancs) et chinois et un professeur de ISU Canadien conduisant sur Mukwano sur le tronçon entre la Ggaba Road Light et le Clock Tower a été lapidé dans sa voiture et a dû foncer à travers la foule pour porter les gens à se disséminer.

Ndesanjo Macha

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site