Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Danemark : Des blogueurs du monde entier se rencontrent pour réfléchir au changement climatique

banner_180x1501La semaine dernière, Copenhague a inauguré la deuxième édition de la compétition européenne de blog TH!NK ABOUT IT – Round #2 : Climate Change (REFLECH!SSEZ-Y – Édition numéro 2 : le changement climatique). La compétition accueille 92 blogueurs de toute l'Europe et des invités du Brésil, Chine, Inde, Mexique, Afrique du Sud et États-Unis.

La compétition vise à élargir la prise de conscience du changement climatique et de débattre des conséquences de celui-ci dans différents pays, des points de vue dans le monde entier, et du traitement de ce sujet par les médias locaux et les populations. Organisé par l’EJC (Centre Européen du Journalisme) [en anglais], l'inauguration s'est déroulée sur deux jours. Le premier, se tenait une série de conférences par des experts du changement climatique, tandis que le second était dédié à la visite de l'éco-village danois de Dyssekilde [en anglais], dans le nord du pays.

L'événement a débuté par une allocution de bienvenue prononcée par Wilfried Rütten, directeur de l'EJC, suivi de Svend Olling, chef du département logistique pour le sommet sur le changement climatique de Copenhague (COP15). M. Olling a présenté le travail effectué par le gouvernement danois en vue de la compétition et les espoirs de la conférence COP15 [en français].

Des journalistes du monde entier se sont joints à une table ronde menée par Raymond Frenken, de EUX-TV [en anglais]. Des noms comme Tasha Eichenseher, productrice et rédactrice-en-chef des sujets scientifiques à National Geographic [en anglais], Gerald Traufetter, spécialiste des sciences et technologies, correspondant au magazine allemand Der Spiegel, Asbjørn Jørgensen, de l’école des médias et du journalisme d'Århus [en anglais] au Danemark, et Ramesh Jaura, directeur régional d'IPS Europe [en anglais], ont discuté de la couverture médiatique du changement climatique et des problèmes environnementaux.

François Roudié, le coordonnateur des politiques de la Commission Européenne, a fait un résumé des solutions de l'Union Européenne au changement climatique. Andreas Barkman de l'Agence Environnementale Européenne et chef du Groupe pour la Réduction des Effets du Changement Climatique a proposé un angle de lecture différent. Il a mis en évidence les problèmes que rencontreront les négociateurs lors du COP15.

Mads Christensen, le directeur exécutif de Greenpeace dans les pays nordiques, a évoqué ce que les blogueurs peuvent faire pour encourager les discussions sur le changement climatique et a rappelé les espoirs de Greenpeace pour un possible compromis à la fin du sommet. Dans son discours, il considère que, si on tient compte des négociations en cours et des discours des chefs des gouvernements du monde entier, il ne faut pas espérer une réduction massive des émissions de CO2 et un accord parfait.

La conférence probablement la plus attendue de la journée fut celle donnée par Søren Hermansen. Søren est l'un des Héros de l'Environnement [en anglais], selon le magazine Time en 2008. Il a présenté le projet expérimental Samso [en anglais] aux blogueurs présents. Cette expérience a pour but d'introduire les énergies alternatives au niveau local. Dans le cas présent, l'énergie éolienne suffit aux besoins en énergie de tout un village. Les lecteurs peuvent voir des photos du projet sur la page Flickr de Phil Lacombe.

Lors du deuxième jour de l'événement, les blogueurs ont visité l'éco-village de Dyssekilde, au nord du Danemark. 70 logements habités par 130 adultes et 50 enfants composent ce village construit il y a plus de 20 ans. Ses habitants ont en commun une approche environnementale, ayant ressenti l'urgence d'agir. Ils sont comme les pionniers d'un modèle de vie qui permet une communauté durable et plus respectueuse de l'environnement. A l'instar de l'expérience de Samso, Dyssekilde repose sur l'énergie éolienne pour satisfaire la demande énergétique des villageois, et puisqu'ils n'utilisent pas toute l'énergie produite, le surplus est revendu à une compagnie énergétique du Danemark.

Un logement de Dyssekilde

Un logement de Dyssekilde

Les maisons de Dyssekilde ont une architecture peu commune. Elles sont construites par les villageois eux-mêmes et nombreuses sont celles qui ont des panneaux solaires afin d'encourager l'usage d'énergies propres. Elles présentent des fenêtres sur les façades orientées au sud, permettant un usage maximal de l'énergie solaire et de la lumière naturelle, et minimisant ainsi l'utilisation des sources artificielles de lumière et des unités de chauffage durant la journée.

Un autre exemple de mode de vie écologique à Dyssekilde est le système de traitement non-chimique des eaux usées. Les villageois ont créé leur propre système, basé sur un traitement naturel qui utilise 30 000 saules pour nettoyer l'eau complètement, sans polluants chimiques ni autres produits. Bien que le système actuel ait atteint sa capacité maximale en 2006, ils projettent désormais de construire le plus grand système de traitement non-chimique des eaux usées au monde.

Mais qui sont ces blogueurs?

“Souhaitez-vous participer à une compétition internationale de blogueurs sur le changement climatique à Copenhague?” Quelques quatre-vingt-dix personnes ont répondu OUI à la question posée et viennent de passer trois jours au Danemark, participant à l'inauguration de TH!NK ABOUT IT, la compétition de blogs. Mais qui sont ces gens? Et pourquoi se sont-ils décidés à s'engager dans le cyber-militantisme environnemental?

La plupart des participants viennent d'Europe mais la nouveauté de cette deuxième édition de TH!NK ABOUT IT est la participation de personnes issues de différents pays émergents, tels que le Brésil, l'Inde, Le Mexique, la Chine et l'Afrique du sud. Plusieurs participants sont originaires d'Europe de l'Est, mais l'Europe de l'Ouest était aussi bien représentée, avec de nombreux blogueurs britanniques et italiens. La nature de leurs blogs et leurs motivations pour s'impliquer dans l'évènement étaient aussi diverses que leurs pays d'origine.

Le journaliste ,Brésil

Le journaliste Charles Nisz Lourenço, Brésil

Beaucoup de journalistes professionnels ont aussi pris part à la compétition, démontrant que bloguer est un atout supplémentaire pour une profession occupée à rapporter et exprimer différentes visions du monde. Charles Nisz Lourenço, du Brésil,  journaliste et futur doctorant en économie, est un nouveau venu dans l'univers des blogs. C'est seulement en février de cette année qu'il a démarré son blog personnel, Fragmentos da Realidade Cotidiana [Bribes du Quotidien, en portugais], dans lequel il a couvert des sujets politiques, financiers et environnementaux; il écrit également pour le blog Lixo Eletrônico [en portugais], à l'origine du Manifeste pour le traitement des Déchets Electroniques [en français].

Le journaliste maltais Keith Demicoli [en anglais] possède sa propre émission de télévision politique dans “le lieu le plus heureux sur terre”. C'est ainsi qu'il qualifie son pays d'origine, et participe à TH!NK ABOUT IT pour la deuxième fois.

Le journaliste maltais Keith Demicoli

Le journaliste maltais Keith Demicoli

Ding Dawei, qui traduit du chinois à l'espagnol, aussi connu sous son nom espagnol, “Diego”, travaille comme journaliste professionnel pour le journal chinois People's Daily [en anglais]. Lui aussi nouveau venu dans l'univers des blogs, il souhaite s'intéresser en particulier à la problématique du changement climatique, et élargir ses horizons.

Ding Dawei. Journaliste chinois et nouveau blogueur

Ding Dawei. Journaliste chinois et nouveau blogueur

Les non-journalistes étaient cependant la majorité. Un sympathique duo de blogueurs venus de Pilani en Inde, Anindita Nayak et son frère Abhishek Nayak, a été ravi par l'inauguration de la compétition. Elle n'a que 18 ans mais blogue déjà pour l’initiative AoC [en anglais], une délégation de jeunes présente aux négociations des Nations-Unis sur le changement climatique. Quant à lui, trop modeste au sujet de son blog qu'il décrit comme “plein de commentaires très ironiques”, a fini par révéler l'URL [en anglais]. Il blogue depuis 2006 sur l'Inde et ses politiques, et partage aussi des photos et des nouvelles des événements auxquels il participe.

Anindita Nayak et Abhishek Nayak, Inde

Anindita Nayak et Abhishek Nayak, Inde

Lucy Setian [en bulgare], de Bulgarie, travaille comme journaliste, mais a vu son rêve de projet littéraire en ligne avec son compagnon devenir réalité, Azcheta.com [en bulgare], pour lequel ils écrivent des critiques de livres et organisent des événements littéraires à Sofia, dont le désormais fameux “Un café avec des livres, sans cigarette”.  De plus, bloguer sur l'environnement lui permet d'exprimer ses aspirations politiques.

Lucy Setian, Bulgarie

Lucy Setian, Bulgarie

L'américain Devin McIntire, de Californie, vient de créer le blog The Green Cadet [en anglais], espérant faire germer sur internet des idées d'entreprises vertes, et qui sait, peut-être un jour, les rendre réelles. Il croit que les solutions aux problèmes environnementaux ne viendront pas des hommes politiques, mais plutôt des initiatives des éco-entrepreneurs locaux.

Devin McIntire, États-Unis

Devin McIntire, États-Unis

Certains blogueurs étaient notablement plus “high-tech” que les autres, comme l'italien Frederico Pistono [en anglais], qui participe à pas moins de 12 blogs! Vidéaste, depuis le début de l'inauguration il n'a cessé de filmer les blogueurs (aux conférences, dans le métro, etc), il possède certainement de très intéressantes vidéos de la compétition. Vous trouverez ici d'autres blogs où on peut se faire une idée de son travail : AsianCineBlog [en italien] et Activism [en italien].

Frederico Pistono, Italie

Frederico Pistono, Italie

D'autres blogueurs vidéo étaient présents à la compétition. L'étudiant britannique en école d'art dramatique Matthew Turner possède un compte YouTube dans lequel “il se moque de lui-même” – avec un style typiquement anglais, il traite de problèmes sérieux avec humour.

Matthew Turner, Royaume-Uni

Matthew Turner, Royaume-Uni

Radka Lankasova [en tchèque] a un blog personnel et est aussi une contributrice à l'un des blogs les plus importants de République Tchèque, mais sa motivation principale est de se faire des amis et de voyager grâce aux opportunités que lui offrent les blogs, telles que TH!NK ABOUT IT.

Radka Lankasova, République Tchèque

Radka Lankasova, République Tchèque

Certains blogueurs participant à la compétition se terraient dans la blogosphère ou ne faisaient que des expérimentations, mais l'EJC (Commission Européenne du Journalisme) espère les encourager à démarrer un blog sur l'environnement. Du 23 septembre au 16 décembre 2009, les blogueurs vont discuter du changement climatique sur la plateforme officielle de la compétition [en anglais]. Bien qu'il y ait des prix à gagner, dont l'un est le rêve de tout écologiste – participer, tous frais payés, à la conférence COP15 durant deux semaines à Copenhague, les blogueurs se sentent moins rivaux que membres d'une même communauté. Comme vous pouvez le voir, il y a plein de raisons de bloguer au sujet de l'environnement !

Ecrit en collaboration avec Diego Casaes.
Vérifications de Maisie Fitzpatrick.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site