Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ouganda : Un glissement de terrain fait des centaines de victimes et de disparus

Un glissement de terrain a fait au moins 80 victimes et 300 personnes ont disparu dans l'est de l'Ouganda lundi dernier (le 1er mars). Le glissement de terrain, provoqué par une journée de pluies torrentielles, a enseveli trois villages dans la région de Budda, plus de 2000 personnes se retrouvent maintenant sans abri. Mercredi matin, les recherches d'éventuels survivants étaient toujours en cours. [en anglais comme tous les liens de ce billet].

D'après le quotidien ougandais Daily Monitor, des inondations auraient eu lieu dans l'est du pays, obligeant les écoles à fermer et rendant les routes inutilisables. Les pluies devraient continuer et selon Reuters, le gouvernement ougandais craint que cinq régions en tout soient affectées par les inondations et les glissements de terrain.

Landslides in eastern Uganda on Monday left three villages covered in mud.  Photo courtesy of Apollo on Facebook.

Un glissement de terrain dans l'est d'Ouganda lundi dernier a enseveli 3 villages. Photo reproduite avec l'accord de Apollo sur Facebook.

Le blogueur ougandais Rosebell se demande pourquoi le gouvernement n'a pas fait plus pour évacuer la population de la région :

Environ 50 000 personnes, certaines vivant aux pied d'un volcan éteint, sont régulièrement exposées aux risques de glissements de terrain. Chaque saison des pluies est meurtrière dans cette partie du pays, mais les évacuations sont effectuées en tenant compte uniquement de la protection du parc naturel.

Le gouvernement n'essaie vraiment pas de trouver d'autres solutions pour convaincre les habitants de la région et pour les aider  à se reloger. Dans une région où une grande partie de la population dépend de l'agriculture, quitter le sol volcanique fertile est une décision difficile à prendre. Il vivent donc au jour le jour et espèrent qu'ils survivront à la prochaine saison des pluies.

Au centre du pays, où les pluies sont moins dangereuses, Gay Uganda écrit :

Les pluies, que j'apprécie avec culpabilité, ont frappé la population de mon pays. Je ne peux que prier. Enfin, vous voyez ce que je veux dire. J'adore la pluie, mais la pluie est accompagnée de ses bénédictions et de ses malédictions. Une moisson extraordinaire peut être bénéfique. Malgré un nombre impressionnant de victimes, aussi surprenant que cela puisse paraitre, la vie continue.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site