Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Singapour : Des blogueurs font campagne contre la peine de mort

En 2008, Yong Vui Kong, un jeune Malaisien de 21 ans, avait été condamné à la peine de mort par la Haute Cour de Justice de Singapour pour détention de 42,27g d'héroïne, la peine encourue pour toute détention supérieure à 15g de cette substance illégale. Il avait affirmé être une mule et avoir été abusé [par des trafiquants] pour passer de la drogue. Il avait fait appel de la sentence, mais une semaine avant l'audience, il avait demandé à ses avocats de retirer l'appel.

En décembre dernier, représenté par l'avocat M. Ravi, il a à nouveau eu l'opportunité de faire appel. La cour d'appel de Singapour a estimé qu'il était de son devoir d'entendre de nouveaux arguments, même après la clôture d'une affaire criminelle, en particulier quand une condamnation à mort avait été prononcée.

La plupart des blogueurs sont contre la peine de mort, objectant que de nombreux pays l'ont abolie et qu'un si jeune adulte ne devrait pas être condamné à mort.

Le blogueur singapourien, Andrew Loh, a écrit dans son billet [tous les liens sont en anglais], sur le blog d'opinions The Online Citizen :

Plusieurs pays ont reconsidéré leur position sur la peine de mort. Tous les pays ont une fierté [nationale]. Pourtant, ces pays ont peut-être donné à la vie humaine une valeur plus importante que la fierté nationale – spécialement lorsqu'il y a des raisons manifestes de le faire.

Et avec la peine de mort obligatoire à Singapour, il existe des raisons évidentes de remettre en question la loi.

La blogueuse et activiste Rachel Zeng, de Singapour, a écrit :

Quoiqu'il arrive, j'espère vraiment que l'humanité et la logique vont aider les juges à prendre conscience que ce jeune homme mérite une seconde chance de racheter sa lourde faute, une faute dont il n'avait pas conscience jusqu'à qu'on lui dise, après son arrestation, que l'héroïne n'est pas aussi “bénigne” que le tabac.

Le blogueur de Singapour Xue Jianyue a écrit :

Condamner Yong Vui Kong n'empêchera pas les trafiquants d'employer des personnes de son âge pour faire passer de la drogue, encore et encore. Car on trouvera toujours dans n'importe quelle société des personnes comme Kong, sans argent, naïves et désespérées, que les réseaux de trafiquants de drogue pourront manipuler.

Il ajoute que les jeunes ne devraient pas payer un tel prix pour leur “ignorance” :

Il y a une différence entre une personne qui commet un crime en connaissant les risques et une personne qui les ignore. Nous ne devrions pas nous hâter de punir les deux par la même sanction.

Le blogueur de Singapour Terence Lee a écrit:

Et alors, même si la personne est reconnue coupable ? Cela n'a aucun sens de punir une mule alors que le parrain de la drogue pourra trouver un autre passeur désespéré.

Et pourquoi un traitement si dur ? Est-ce que le trafic de drogue est un crime aussi grave que le meurtre, et donc mérite tout autant la peine de mort ?

Où est la justice dans tout ça ?

1 commentaire

Effacer ce commentaire

Ajouter un commentaire -> uberVU - social comments

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site