Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Thaïlande : Témoignages vidéos des violents affrontements

La violente répression [en français] par les militaires de la manifestation des Chemises Rouges en Thaïlande samedi dernier a causé la mort de 21 personnes et fait près de 900 blessés. Les affrontements se sont déroulés dans une rue animée de Bangkok, ce qui a permis aux touristes et passants de filmer et photographier la violence de la scène.

Les soldats et les manifestants s'accusent mutuellement de l'usage de balles réelles et de grenades à main. Nous ne saurons peut-être jamais qui dit la vérité mais les vidéos ci-dessous nous permettent de voir certaines scènes violentes de ce samedi.

On trouve sur Bangkok Pundit une brève description [tous les liens sont en anglais, sauf mention contraire] des vidéos :

Cette vidéo montre (39s après le début) ce qui semble être un échange de tirs et la chute de ce qui ressemble à un engin explosif (grenade M79?) au milieu d'un groupe de soldats, qui dès lors battent en retraite…

… Sur une autre vidéo on peut apercevoir au loin des personnes vêtues de noir (membres du service de sécurité des Chemises Rouges? ou des tiers auxquels faisait référence Panitan?) Au moins l'un d'entre eux tient dans ses mains une arme automatique et tire (en se basant sur une autre vidéo de la zone filmée un peu plus tôt) en direction des soldats.

Sur son blog, Vaitor, un expatrié allemand qui a reçu une balle dans le bras alors qu'il prenait des photos et filmait les affrontements, raconte :

En ce moment je n'ai qu'un/une bras/main pour écrire, ce qui est plutôt gênant, mais voici quelques photos et vidéos réalisées aujourd'hui lors des lourds affrontements entre les manifestants et la police! Malheureusement j'ai reçu une balle qui m'a cassé le bras droit…

Une liste non-exhaustive des noms des personnes tuées à Bangkok figure sur le site personalthailand. Les manifestants ont défilé avec les corps de certains dans les rues de Bangkok, promettant de maintenir la pression pour obtenir la démission du premier ministre.

FACT – Freedom Against Censorship Thailand [“Lutte Contre la Censure en Thaïlande” en français] rend responsables toutes les forces politiques majeures de la violence qui a eu lieu samedi.

Vous êtes tous coupables. La violence n'a jamais résolu les problèmes de la société et les différences d'opinion.

Nous pleurons les [Chemises] Rouges qui ont succombé. Nous pleurons les policiers et soldats morts. Nous pleurons les passants innocents pris dans les tirs. Leur sang a été versé pour rien par l’ “ammart” [bureaucratie politique]. C'est seulement si nous souhaitons réellement la liberté et la démocratie que le sang versé aura un sens. Mais si nous obtenons seulement de nouvelles élections pour mettre en place une nouvelle clique de dinosaures politiques à la bedaine bien remplie, comprenez Pheu Thai, les choses ne changeront jamais dans notre Thaïlande bien-aimée.

Les soldats ont simplement obéi aux ordres. Ils n'ont pas tiré sur ceux qui ont donné l'ordre ni pris pour cible les hommes politiques.

Les porte-paroles du gouvernement disent maintenant qu'aucune balle réelle n'a été tirée en direction des manifestants. Le grand nombre de morts et de blessés, y compris deux journalistes étrangers, est la preuve de leur mensonge !

Jotman croit que les Chemises Rouges pourraient gagner des partisans parmi les provinciaux :

La cause des Chemises Rouges a été consacrée dans le sang. Le mouvement a désormais ses martyrs. On peut s'attendre à ce que les Chemises Rouges s'arment mieux en préparation des futures combats de rue. Beaucoup d'autres supporters du mouvement d'opposition rurale, désormais au courant de la brutalité sans cœur dont les forces gouvernementales ont fait preuve envers les provinciaux venus dans la capitale, dégoûtés par les dénis de Bangkok, vont sortir du bois. Les tensions au sein des forces armées thaïlandaises pourrait mener à de véritables fractures.

Saksith Saiyasombut pense que les Chemises Rouges ne sont plus de simples partisans du premier ministre évincé Thaksin Shinawatra, car le mouvement est désormais une coalition flottante de forces qui veulent renverser le système élitiste du gouvernement.

Ce que beaucoup préfèrent négliger est que le mouvement des Chemises Rouges est désormais plus qu'une garde rapprochée de Thaskin, il n'est plus un simple outil manipulable par tout un chacun pour renverser le gouvernement actuel. C'est une force politique concrète devenue incontournable avec des revendications légitimes, avec une saine conscience politique qui hante désormais les élites politiques et les bureaucrates, qui ont échoué à reconnaître les signes d'une époque. Les problèmes ne peuvent être uniquement liés à Thaksin (qui essaye de se montrer comme le parangon de la liberté et de la démocratie, alors que c'est sans aucun doute faux) – c'est un échec collectif !

Enfin, voici quelques réactions sur Twitter :

gnarlykitty: @tambourinequeen Il y avait des choses plus inquiétantes. Des voitures défoncées, des balles/douilles confisquées/trouvées, pourtant il y a avait trop de simples badauds.
jfxberns: Je suis pour de nouvelles élections. Je pense juste que le cycle manifestation -> violence -> dissolution -> nouveau gouvernement -> manifestation doit être brisé.

Pour avoir des informations complémentaires sur la crise politique en Thaïlande, il faut lire le résumé des principaux problèmes fait par Topic Thailand. Les images des violents affrontements sont disponibles sur les sites Pantip [en thaïlandais] et Nation’s State.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site