Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pologne : Le gouvernement signera ACTA malgré la mobilisation des internautes

“L'accord Acta ne change en aucun cas les lois polonaises ou les droits des utilisateurs ou les usages d'internet” : en dépit d'une mobilisation massive (en français) et des controverses autour de négociations conduites secrètement, le ministre polonais de l'administration et de la numérisation, Michal Boni, a reconnu après une rencontre avec le Premier ministre Donald Tusk que le gouvernement allait signer l'accord contre le piratage en ligne  ACTA le 26 janvier, comme prévu.

Dans un entretien avec une station de radio, Boni a déclaré [pl] qu'il était impossible de ne pas signer cet accord, car il était trop tard : la Pologne a rejoint le processus de négociations en 2008 et tous les autres pays européens l'ont déjà ratifié. Il a ajouté que la Pologne “devrait insérer une clause au traité, qui explique comment nous interpréterons ces articles”.

Boni avait promis [polonais] une large concertation avec les Polonais durant la ratification du processus au niveau de l'Europe. Plusieurs associations polonaises ont exprimé [pl] leur déception devant la position du gouvernement sur ACTA et l'ont appelé à revoir sa décision.

Depuis le 21 janvier, des hackers qui disent faire partie des Anonymous ont attaqué et fait fermer des sites du gouvernement de façon presque constante, dans une manifestation virtuelle chaotique contre l'intention de ratifier le traité international ce jeudi.

User @Anonymouswiki owns up to the web attacks on the websites of the prime minister, the parliament and other government entities. Screenshot: Twitter @Anonymouswiki

@Anonymouswiki revendique les attaques contre les sites internet du premier ministre, du parlement et d'autres entités du gouvernement polonais Capture d'écran du compte @Anonymouswiki

Ces hackers ont toujours le soutien de la majorité des internautes polonais, et les attaques ont été l'une des raisons pour lequelles les médias traditionnels ont parlé de ACTA, mais les pirates sont aussi critiqués par des blogueurs polonais connus du monde de la technologie.

Macdiej Gajewski de Spidersweb les surnomment [pl] “les enfants qui pleurnichent pour leur  mp3″ et regrettent qu'ils incarnent maintenant le visage de la mobilisation, en donnant au gouvernement des arguments contre le mouvement dans son ensemble :

Critiques, méfiance, soupçons, sont une chose, mais panique, borborygmes et diffusions de fausses informations en sont une autre. A voir ce que l'on trouve sur les plus importants réseaux sociaux en ligne, et à voir les commentaires de certaines lecteurs, j'ai l'impression que l'énorme majorité des opposants n'ont aucune idée de ce que signifie ACTA. Ils ont inventé des histoires imaginaires incroyable et les relaient. Cette horde devient complètement folle  :”Empalez le Premier ministre”, “Brûlons le ministre sur le bûcher !”, “Ils nous enfermeront tous en prison”. Et puis il y a le fait que Anonymous a juste rendu ridicule toute la mobilisation aux yeux des électeurs plus âgés”.

Plus de 900 sites polonais fermeront le 24 janvier

"This is what the Internet might look like very soon. NO to ACTA" - over 900 Polish websites decided to go dark on January 24 in protest against the treaty. Screenshot: http://spiderweb.pl

"Voilà à quoi pourrait ressembler le Web très bientôt. NON à ACTA" – plus de 900 sites polonais ont décidé de devenir noirs le 24 janvier pour protester contre les lois ACTA. Capture d'écran de http://spiderweb.pl

Lui aussi opposé aux attaques sur les sites du gouvenement,  Antyweb a appelé [pl] sur son blog,  le 23 janvier, à se mobiliser d'une façon “civilisée, c'est à dire, en organisant un black-out ; il fournit un scénario et une introduction exposant cette démarche. Plus de 900 sites ont décidé de ‘tirer le rideau” et de n'afficher que des messages anti ACTA.

Allegro, équivalent polonais de Ebay, fait figurer une bannière “anti-ACTA” à côté du logo de la compagnie sur la page d’accueil. La liste des sites participant à la mobilisation en ligne est disponible ici.

Le parti d'opposition Alliance démocratique de gauche a déclaré que le gouvernement ne devrait pas signer l'accord et a rendu noir son site [pl] en signe de solidarité.

Les médias internationaux, à quelques exceptions près, ne parlent pas des manifestations en Pologne, mais les médias polonais se sont lancés dans une course, publiant des dizaines d'opinions, commentaires et analyses, et les dernières informations sur l'affaire ACTA. Pendant ce temps, le mouvement de protestation prend de l'ampleur : la page de la manifestation Nie dla ACTA sur Facebook a dépassé less 400000 fans.

Une manifestation réelle à Varsovie a rassemblé [pl] plus de 1 000 personne mardi, et une autre devrait avoir lieu aujourd'hui mercredi 25 janvier.

"Screw corporations, long live the people": many Polish protesters went on the streets on January 24. Photo by Alexey Sidorenko, used with permission.

"Merde aux multinationales, longue vie au peuple": de nombreux manifestants polonais ont défilé dans les rues le 24 janvier. Photo de Alexey Sidorenko, utilisée avec permission.

Vagla, un blogueur très lu sur les droits numériques,  a partagé ses espoirs [pl] sur Twitter le 24 janvier :

Je suppose que, lentement, les gens commencent à comprendre que ce n'est pas un débat sur les “pirates” et les “voleurs” mais aussi sur la direction dans laquelle notre civilisation se dirige.

Mise à jour:

Plus tard le 24 janvier, le Premier ministre Tusk a confirmé officiellement durant une conférence de presse [pl] que la Pologne signera  ACTA le 26 janvier. Il a aussi souligné que le gouvernement ne céderait pas au chantage, faisant allusion aux attaques contre ses sites. La Pologne défend la liberté sur le Net, a dit Donald Tusk.

 

2 commentaires

  • […] Boni avait promis [polonais] une large concertation avec les Polonais durant la ratification du processus au niveau de l'Europe. Plusieurs associations polonaises ont exprimé [pl] leur déception devant la position du gouvernement sur ACTA et l'ont appelé à revoir sa décision. Depuis le 21 janvier, des hackers qui disent faire partie des Anonymous ont attaqué et fait fermer des sites du gouvernement de façon presque constante, dans une manifestation virtuelle chaotique contre l'intention de ratifier le traité international ce jeudi. Pologne : Le gouvernement signera ACTA malgré la mobilisation des internautes · Global Voices en F… […]

  • Resistance

    NIE DLA ACTA !

    Ciąg Dalszy Dopiero Nastąpi

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site